FC Nantes: Pourquoi autant d'amour du public nantais vis-à-vis de Cardoso?

FOOTBALL Depuis qu'il a été évincé de son poste d'entraîneur du FCN, Miguel Cardoso reçoit un immense soutien, notamment sur les réseaux sociaux...

David Phelippeau

— 

L'Amour était dans le pré.
L'Amour était dans le pré. — L. Venance / AFP - S. Salom-Gomis / SIPA
  • Miguel Cardoso a été licencié mardi midi par la direction du FC Nantes.
  • Sa popularité ne cesse de grandir depuis ce limogeage.

« T’en va pas, non Miguel, t’en va pas… » Mardi, beaucoup de supporters nantais auraient pu fredonner cette chanson interprétée par Elsa dans les années 80. Le couperet est tombé pour le désormais ex-coach nantais Miguel Cardoso mardi midi. Le technicien portugais a devancé le FCN en postant un message sur son compte Twitter en remerciant la ville, le club et les supporters. Lesquels lui ont témoigné dans la foulée une affection sans faille.

En quatre mois, une grande partie du public nantais est « tombée en pâmoison » pour un entraîneur, qui pourtant part en laissant le club à la 19e place de la L1, qui n’a pas gagné une seule rencontre à la Beaujoire et dont l’équipe n’a convaincu dans le jeu que par intermittence. Pourquoi cet amour transi des fans vis-à-vis de Miguel ?

Un discours séduisant basé sur le jeu, sur le foot

Lors du premier rencard, Miguel Cardoso a tué le game. « J’aime surtout avoir une équipe qui respecte son identité de jeu et son modèle de jeu dans tous ses matchs », avait d’abord affirmé le Portugais lors de sa conférence de presse de présentation. Avant de charmer tous les observateurs en assénant : « J’aime avoir une équipe qui contrôle le match, qui construit de notre gardien jusqu’au gardien de la formation adverse. La personnalité de ma formation sera très forte car j’ai une identité très forte. » Un discours engagé aux antipodes de son prédécesseur Claudio Ranieri. « Le mec a tout de suite parlé de jeu, de foot, d’émotions, estime Antoine, supporter. Il a su nous toucher et comprendre ce qu’est l’ADN du FCN. C’est ça que les gens rêvaient d’entendre depuis très longtemps. Ce discours, c’était la première bonne nouvelle depuis tellement longtemps… »

Anthony, habitué de la tribune Loire : « Il était sympa, il parlait foot, il avait ses idées, ses convictions, un projet de jeu peut-être trop ambitieux pour la L1, mais il avait le mérite d’exister. » Jonathan de la Loire pense de son côté que Cardoso a débarqué avec « une réputation de coach formateur, bâtisseur », d’où « cette mansuétude aujourd’hui par rapport à ses résultats ». Et ce regret éternel pour tous ces fans nantais que la direction du FCN ne lui laisse pas davantage de temps.

Une affection pour Cardoso, synonyme de défiance vis-à-vis de Kita

Le licenciement de Cardoso, c’est d’abord et avant tout l’échec immense de Waldemar Kita. Même si ce dernier pourra toujours (à raison) se défendre en expliquant que le coach lusitanien n’était pas sa priorité, mais celle de son entourage. « Miguel était un peu David.. contre Goliath-Kita, poursuit Antoine. Il est arrivé très humblement, il connaissait l’équipe, le club, les joueurs, mais pas Kita. Sa naïveté n’était peut-être que de façade, mais elle était touchante. » Comme pour plus d’une dizaine de coachs depuis 11 ans, sa tête a donc fini par être coupée. Antoine toujours : « Son départ, c’est l’échec de Waldemar et Franck Kita. Et les gens se disent que ce club ne s’en sortira jamais… » Anthony voit dorénavant « la fracture de trop » entre Kita et beaucoup de fans nantais. Fred, autre aficionado du FCN, en est même révolté : « Ce n’est pas juste ce qui lui arrive, on ne verrait ça dans aucun autre club. Ce qu’a fait Kita est aberrant ! »

Une communication malicieuse et maîtrisée

Lors des dix derniers jours de son court mandat, Cardoso a encaissé les coups-bas de son président et la pression médiatique avec beaucoup de dignité. « Il s’est comporté comme un gentleman jusqu’au bout », explique une source portugaise qui le connaît bien. « Il a agi comme ça car il est formidable ou c’est un calculateur ? », tempère Antoine. Quand il y a plusieurs centaines de milliers d’euros en jeu [dans le cadre de la séparation], on est forcément moins enclin à dire ce que l’on pense… En attendant, au fil des semaines, « Miguel a su nous charmer avec sa com' », estime Anthony. Par le biais de son compte Twitter créé à son arrivée à Nantes en juin, il a toujours su émouvoir, toucher les supporters. C’est bien lui qui rédigeait tous les messages, aidé en français par un conseiller en com'.

Réunion au milieu de la pelouse avec son groupe après Nantes-Caen (1-1), embrassades avec ses joueurs, baiser sur le logo du club face aux fans, messages tendres à certains de ses protégés…

Cardoso a toujours su jouer sur la corde sensible pour conquérir les fans du FCN. Il en a même abusé quand il a senti la défiance de certains de ses joueurs et de sa direction monter. Aujourd’hui, au regard de ce vent de sympathie, il récolte les fruits de tout ce «travail» de communication et d’image.