FC Nantes: La tribune Loire fait broyer du noir à tout le stade de la Beaujoire

FOOTBALL La tribune, réputée pour être bruyante, s'est retournée contre la direction du FCN et même parfois ses joueurs, samedi soir, lors de Nantes-Lille (0-0)...

David Phelippeau

— 

Des fans en pleine tribune Loire.
Des fans en pleine tribune Loire. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Si ça continue, on ne va pas tarder à la surnommer la tribune Noire. Sanctionnée dans la semaine par le club à la suite des incidents survenus contre Toulouse le 5 novembre dernier, la tribune Loire a oscillé entre silence (saisissant par moments) et chants contre la direction, et notamment le président Kita, ce samedi, lors de FCN-Lille (0-0).

>> A lire aussi : FC Nantes: Au prochain débordement, la tribune Loire sera fermée pour trois matchs

Dès le coup d’envoi, la tribune a entonné des « Casse toi Kita… », « FC Kita, on n’en veut pas ! » ou encore « Direction démission ! ». Après dix minutes de jeu, plusieurs centaines de fans, pour la plupart membres de la Brigade Loire, ont fait irruption sous les hourras du reste de la tribune Loire.

Les chants anti-Kita ont alors repris de plus belle, entrecoupés de longs silences qui ont donné des allures de match d’entraînement ou amical à ce Nantes-Lille (0-0). Affligée par le niveau technique - comme l’ensemble du stade -, la tribune ne s’est pas gênée non plus pour chambrer les vingt-deux acteurs à grand renfort de « olé » sur les passes manquées ou les nombreuses chandelles.

>> A lire aussi : FC Nantes: Des incidents ont éclaté au stade Marcel Saupin, grosse tension avant FCN-Lille

« On se fait chier, on se fait chier… », a ensuite ironisé la Loire, qui a (dé) montré ce samedi que sans elle la Beaujoire est un stade sans vie, sans âme. A la 57e, elle a tiré à boulets rouges sur Bammou, remplacé par Harit. La Loire a sifflé l’attaquant puis l’a insulté : « Bammou, ferme ta gueule… » Une allusion aux paroles déplacées de Bammou à l’encontre de son partenaire Aristeguieta, lors de PSG-Nantes (2-0), samedi dernier.

Enfin, la Loire s’est enflammée non pas pour une action, mais pour la course effrénée d’un jeune garçon sur la pelouse au coup de sifflet final. Le point final d’une soirée très spéciale.