Football: Ben Arfa, Ligue Europa... Le Stade Rennais n’est plus la risée du foot français

FOOTBALL Les Bretons ont changé de dimension et s’affichent comme outsiders en Ligue 1...

Camille Allain

— 

Hatem Ben Arfa brandit son maillot du Stade Rennais lors de sa présentation au Roazhon Park dimanche 2 septembre 2018.
Hatem Ben Arfa brandit son maillot du Stade Rennais lors de sa présentation au Roazhon Park dimanche 2 septembre 2018. — Loïc Venance / AFP
  • Le Stade Rennais s’est fait remarquer ce week-end. Pour sa victoire face à Bordeaux, d’abord, mais surtout pour avoir conquis Hatem Ben Arfa.
  • Souvent taxé de loser, le club breton semble prêt à s’affirmer comme un prétendant aux premières places de Ligue 1, derrière le Big Four.
  • Les supporters étaient enthousiastes ce lundi au lendemain de ce dimanche de fête.

« Ça, c’est digne des très grandes équipes ce qu’on vient de voir. » A l’image de Julien Brun, qui commentait le match pour Beinsport, les Rennais ont régalé dimanche lors de leur première mi-temps face à Bordeaux. Un récital de 45 minutes et une victoire 2-0 qui sont venus conclure un dimanche de rêve pour le club de la capitale bretonne. Car sur les bords de la Vilaine, la journée avait débuté par l’officialisation de l’arrivée d’Hatem Ben Arfa.

Ce lundi, les supporters rennais venus écouter le président Olivier Létang, invité de la chaîne locale TV Rennes, étaient encore tout chose. « J’en avais les larmes aux yeux », admet Pierre, supporter rouge et noir depuis trente ans, en repensant au tour de stade d’Hatem Ben Arfa lors de sa présentation. « Là on change de dimension. » A ses côtés, Loïc partage le même engouement. « Je crois qu’on n’a jamais vu ça à Rennes. Tous les médias parlaient de nous hier. » Le message est clair. D’ordinaire, Rennes n’intéressait pas grand monde.

« Le club est passé dans une autre dimension »

Souvent moqué, le Stade Rennais semble s’être affranchi de son image de loser en se qualifiant pour la Ligue Europa, déjouant les pronostics qui penchaient pour Nice et Saint-Etienne. « Le club est passé dans une autre dimension, ça se sent. Et ça se voit quand on le découvre de l’intérieur », analysait Hatem Ben Arfa lors de sa première conférence de presse. Dimanche, son maillot floqué du numéro 18 était déjà « très demandé à la boutique », selon une source du club.

D’ailleurs, au lendemain de l’arrivée du nouveau crack, la question posée par Olivier Létang méritait réflexion. « Dans l’histoire du Stade Rennais, est ce qu’il y a eu beaucoup de joueurs de la qualité d’Hatem, avec ce parcours, qui sont arrivés dans ce club ? Je ne pense pas », lançait dimanche le président. « Même quand il ne jouait pas à Paris, Ben Arfa a toujours gardé une aura médiatique, il suscitait l’engouement des journalistes », analyse Jérémy, jeune supporter du club.

Le souvenir des recrues ratées

Mais comme lui, les fans du SRFC sont habitués à se méfier. De l’emballement, des espoirs, il y en a eu un paquet dans l’histoire de ce club sevré de trophée depuis 1971. « Je me souviens de la présentation des Brésiliens au stade de la Route de Lorient. C’était il y a presque 20 ans. On pensait jouer la Ligue des Champions », se souvient Pierre.

Ces « Brésiliens » évoqués par le supporter s’appelaient Severino Lucas, Luis Fabiano et Mario Turdo (qui était Argentin). Des recrutements coûteux tellement ratés qu’ils ont refroidi Rennes pendant une décennie. Mais ça, c’était avant.

>> A lire aussi: «C'est difficile de retourner avec son ex». Pourquoi Ben Arfa a choisi Rennes