Violences sexuelles dans le patinage : Gailhaguet a demandé la réintégration de Beyer en 2011, affirme Maracineanu

PATINAGE La ministre des Sports a répondu aux critiques du patron de la Fédération des sports de glace et appelé de nouveau à sa démission

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu.
La ministre des Sports, Roxana Maracineanu. — AFP

Une conférence de presse vient en chasser une autre. Quelques heures après la conférence de presse du patron du patinage français, Didier Gailhaguet, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, s’est exprimée à son tour ce mercredi, sur les révélations de violences sexuelles dans le patinage.

L’ex-championne de natation a affirmé que Didier Gailhaguet « a demandé au comité exécutif de la Fédération (la) réintégration de (Gilles Beyer) dans l’encadrement des équipes junior » en 2011.

Beyer écarté en 2001

Onze ans plus tôt, Beyer avait fait l’objet d’une enquête administrative, déclenchée sur la base de signalement de parents d’une jeune patineuse, qui avait conclu qu’il ne devait plus avoir « aucune fonction d’encadrement de jeunes » et avait conduit le ministère des Sports à mettre fin à ses fonctions de cadre d’Etat au 31 mars 2001.

« Il (Beyer) a été écarté de cet encadrement national et puis derrière, dix ans après, Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace, a demandé au comité exécutif de la Fédération sa réintégration dans l’encadrement des équipes junior comme "team leader" au contact de jeunes enfants », a avancé la ministre lors d’un point-presse organisé au ministère de la Justice sur le contrôle des personnes en contact avec des mineurs.

« Je pense qu’il se donne le droit de me juger »

Didier Gailhaguet avait reconnu un peu plus tôt lors d’une conférence de presse une « erreur » dans la présence de Beyer dans l’encadrement de l’équipe de France aux Championnats du monde juniors 2011. Beyer est depuis une semaine au cœur du scandale de violences sexuelles qui secoue le patinage français, accusé de viols notamment par l’ancienne championne Sarah Abitbol.

Qualifiée de « ministre moralisatrice » et « drapée dans ses certitudes », Roxana Maracineanu​ a rétorqué : « Je pense qu’il se donne le droit de me juger. Moi, je n’ai pas jugé cette personne personnellement. (…) C’est surtout dans sa fonction de président de cette fédération. »

Nouvel appel à la démission de Gailhaguet

La ministre a de nouveau appelé à la démission du patron depuis 1998 du patinage français (à l’exception de la période 2004-2007). Cette demande est « évidemment partagée par l’ensemble du gouvernement », a déclaré plus tôt mercredi la porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye lors du compte rendu du Conseil des ministres.

Gailhaguet refuse pour l’heure de démissionner, attendant les résultats de l’inspection demandée par Roxana Maracineanu sur la fédération avant de prendre une décision.