Violences sexuelles dans le patinage : « Je ne peux pas cautionner ça », quatre membres du bureau exécutif démissionnent

PATINAGE ARTISTIQUE Le patinage français est au cœur de la tourmente et son président, Didier Gailhaguet, ne veut pas démissionner

J.L.

— 

Didier Gailhaguet, président de la FFSG, à la sortie du ministère des Sports, le 3 février 2020.
Didier Gailhaguet, président de la FFSG, à la sortie du ministère des Sports, le 3 février 2020. — Bertrand GUAY / AFP

Eux ont renoncé à continuer. Alors que le bureau exécutif réuni en session extraordinaire mardi soir a décidé de faire confiance au président de la fédération des sports de glace (FFSG) Didier Gailhaguet, au moins le temps de l'enquête,  quatre de ses membres ont décidé de jeter l’éponge. Le trésorier Jean-Bernard Hamel, Alban Préaubert, président de la commission sportive nationale de patinage artistique, Christophe Lambert, ancien président de la Ligue de Bourgogne et Pascal Henry, président du club de Louviers, refusent d’apporter leur soutien au président Gailhaguet en plein du scandale des violences sexuelles dans le patinage français.

Pascal Henry, président de la Commission sportive nationale des sports extrêmes s’explique à 20 minutes : « Je fais partie de ceux qui ne supportent pas que tous les membres du comité ou du bureau fédéral soient considérés comme des pédophiles. Gailhaguet n’est pas le seul responsable, il nous a montré un dossier dans lequel il pointe les manquements de l’enquête administrative, mais il était au courant pour Gilles Beyer. »

En ce qui concerne le comité extraordinaire tenu mardi soir, il raconte :

« On est six ou sept à lui avoir demandé de démissionner en début de séance pour apaiser les choses. Et puis on a vite compris qu’il ne voulait pas. Moi je ne peux pas cautionner ça, je pense aux victimes, à tous les licenciés qu’il faut protéger d’un retrait d’agrément. Ce serait catastrophique pour les clubs ça voudrait dire qu’il faut tout reprendre de zéro. La motion n’a pas été votée à l’unanimité puisqu’on est quatre à avoir démissionné avant. »

Didier Gailhaguet organise mercredi à 14h30 une conférence de presse dans laquelle il compte bien se défendre.