FC Nantes: Il ne serait pas un peu sous-coté l'attaquant nantais Emiliano Sala?

FOOTBALL L’attaquant italo-argentin de 28 ans, deuxième meilleur buteur européen avec 10 réalisations en 12 rencontres de L1, fait taire beaucoup de monde en ce moment…

David Phelippeau

— 

Emiliano Sala.
Emiliano Sala. — Elyxandro CEGARRA/SIPA
  • L’avant-centre du FC Nantes, auteur de 10 buts en 12 matchs, ne semble pas toujours être estimé à sa juste valeur dans le foot français et européen.
  • Emiliano Sala a inscrit 24 buts sur les deux dernières saisons. Pourtant, « quand on parle d’Emiliano en général, c’est pour critiquer son niveau technique », déplore le milieu de terrain nantais Abdoulaye Touré.
  • « Il est vraiment sous-coté par rapport à tout ce qu’il fait », concède Olivier Monterrubio, ancien attaquant du FCN qui a fait venir Sala en 2015.

Il ne veut jamais rien ramener à sa petite personne. Dimanche, après la balade guingampaise (5-0), quand un journaliste l’a lancé sur son statut étonnant de deuxième buteur actuel en Europe, Emiliano Sala a presque feint de ne pas entendre pour mieux parler de « la performance collective ». C’est tout Sala ça. « Un mec simple, très humble, souffle un proche du vestiaire. Un homme plutôt casanier, nature, qui aime promener son chien tranquillement. »

En ce moment, et même depuis deux saisons, l’Italo-Argentin, âgé de tout juste 28 ans, n’est pourtant pas Monsieur Tout-le-monde. En inscrivant 2 buts face aux Bretons dimanche, il a signé ses 9e et 10e buts (en 12 matchs de L1) et dépassé Neymar (9 buts). Il talonne désormais Mbappé (11 buts). Douze buts en L1 il y a deux ans, 12 la saison dernière, 10 maintenant : Sala est devenu un attaquant qui compte dans le paysage du foot français, voire européen.

« Il mérite d’être tout en haut », selon Touré

L’avant-centre souffre pourtant d’un déficit d’image, de crédit. « […] Je dois prouver maintenant, […] je dois prouver demain, encore et encore », regrettait le joueur dans L’Equipe fin octobre. « Quand on parle d’Emiliano en général, c’est pour critiquer son niveau technique, déplore le milieu de terrain Abdoulaye Touré. Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui il est à dix buts, ce n’est pas anodin. Il fait du bien à l’équipe depuis quelques années, il mérite d’être tout en haut de l’affiche. »

Sur le marché, depuis deux ans, il a été parfois question de grosses offres de clubs chinois ou anglais pour Sala. Sans suite. L’été dernier, ça n’a pas bougé autant que prévu autour de lui. Une offre de prêt de Galatasaray est seulement tombée dans les dernières heures du mercato, mais la porte s’est fermée sur son nez.

Pas beau à voir ?

Sala, qui négocie actuellement une prolongation de contrat à Nantes (jusqu’en 2020 pour le moment), n’est-il pas sous-estimé par les observateurs et sur le marché ? « Ce n’est pas dans nos codes de voir des joueurs comme ça, estime Pascal Gastien (entraîneur actuel de Clermont en L2), qui l’a coaché à Niort (2013-2014). En France, on aime les beaux joueurs, mais moi, j’aime avant tout ceux qui sont efficaces comme peut l’être Emiliano. » Olivier Monterrubio, ex-joueur l’ayant fait venir en 2015 à Nantes, va dans le même sens : « Peut-être que la technique n’est pas toujours son fort. Lui ne fera pas des petits ponts, des râteaux, mais il est quand même super régulier depuis trois saisons. Quand je vois Diony qui est parti pour près de 7,5 millions de Dijon à Saint-Etienne, Emiliano est bien meilleur. Il est vraiment sous-coté par rapport à tout ce qu’il fait. »

Chiant, pénible…

Demandons à Romain Thomas, défenseur central de L1. « Il est chiant, pénible à marquer, lance tout à trac l’Angevin. Il a une telle grinta en lui. Il te tape toujours dedans. Pour un défenseur, il n’y a aucun répit avec un joueur comme lui. » Avec son allure de grand échalas (1,87 m), il n’est « peut-être pas beau, selon Thomas, mais il est souvent efficace ». Avant de conclure : « Je le prends tous les jours dans l’équipe à Angers… »

Une critique revient comme une antienne pour Sala : il gagnerait à moins courir pour gagner en lucidité devant le but. « A Niort, des gens bien intentionnés [ironie] lui avaient expliqué qu’il marquerait plus en courant moins. Pendant plusieurs mois, il n’a inscrit aucun but. J’avais discuté avec lui et c’est là qu’il m’avait tout avoué… Je lui avais martelé que c’était une erreur, que ce n’était pas son jeu, qu’il n’avait pas les qualités techniques pour rester statique. » Monterrubio : « S’il court moins, il se sentira moins bien. Il est comme ça Emiliano, il donne tout, il est généreux. C’est un peu un Cavani, un joueur capable de tacler dans sa surface de réparation. »

Un homme « très discret, très attachant », toujours selon Monterrubio. « Loin du star-system, une belle personne », pour Gastien. Un type présent sur les réseaux sociaux, mais qui ne se mettra jamais en avant dessus. Sala préfère, lui, flamber sur les pelouses de L1.