Tatouage d'un policier, statue déboulonnée... Attention aux intox de la semaine

FAKE OFF Soyez forts contre les fausses nouvelles

M.Co.

— 

Des policiers se sont rassemblés devant la préfecture de police de Paris, le 17 juin.
Des policiers se sont rassemblés devant la préfecture de police de Paris, le 17 juin. — ISA HARSIN/SIPA

Vous les avez sans doute vues passer sur le mur Facebook d’un ami ou sur une discussion WhatsApp. Parce que les intox côtoient de plus en plus les vraies infos, la rédaction de 20 Minutes vous aide à trier le vrai du faux.

1. Que s’est-il passé lors de l’interpellation violente d’une femme en gare d’Aulnay-sous-Bois ?

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour mettre la lumière sur ce qu’il s’est réellement passé. 20 Minutes fait le point.

2. La France a-t-elle répondu « de façon volontaire » à la demande de l’OMS de tester les cas suspects, comme l’affirme Jérôme Salomon ?

Auditionné mardi, le directeur général de la Santé a expliqué que la France « a répondu de façon volontaire » aux recommandations de l’OMS de « tester » les cas suspects. 20 Minutes s’est penché sur cette déclaration.

3. Des « violences d’agents SNCF » dans un train ? Retour sur une vidéo virale

Que s’est-il passé lors du contrôle d’un passager ? 20 Minutes revient sur le déroulé des événements.

4. L’infirmière interpellée à Paris confondue à tort avec une élue proche de La France insoumise

Les images de l’interpellation de Farida C., mardi à Paris, ont fait polémique. La soignante a été confondue à tort sur les réseaux sociaux avec Farida Amrani, une conseillère municipale à Evry.

5. Au CHU de Toulouse, la direction a-t-elle reçu une meilleure prime que des soignants ?

Sur son site Internet, la CGT du CHU de Toulouse explique avoir « découvert » que la DRH allait toucher 1.500 euros de prime, alors que des soignants mobilisés face à l’épidémie de coronavirus n’auront « que 500 euros ». « Sur les 4.432 personnels du CHU [qui toucheront 1.500 euros], 78,5 % sont des soignants », défend le directeur du CHU. 

6. Oui, forces de l’ordre et personnel soignant se sont bien applaudis mutuellement à Nîmes

Sur Twitter comme sur Facebook, plusieurs membres ou soutiens de la police ont partagé une vidéo virale montrant une compagnie républicaine de sécurité applaudir des soignants, qui leur ont rendu la pareille. 

7. Des policiers ont-ils refusé d’interpeller un individu qui les a insultés ?

Des policiers ont écrit dans une main courante ne pas avoir interpellé un passant qui les a insultés « afin d’éviter toute éventuelle émeute ou accusation future de racisme ». L’expression d’un « mécontentement », selon une source syndicale. Toutes les explications, en podcast. 

8. La croix de fer tatouée sur le bras d’un policier à Paris est-elle un symbole néonazi ?

Pour comprendre la signification de cet emblème, 20 Minutes a contacté Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l’extrême droite. Ses explications sont à retrouver ici.

9. Attention aux estimations trompeuses de la manifestation à l'appel du comité Adama Traoré

De nombreux clichés de la place de la République à Paris ont circulé, pris sous différents angles et à différentes heures le 13 juin. 

10. Oui, les militants de Génération identitaire ont évité la garde à vue après leur interpellation samedi à Paris

Des militants d’extrême droite ont déployé une banderole en marge de la manifestation contre les violences policières à Paris le 13 juin.

11. Une statue en hommage à George Orwell située devant la BBC bientôt retirée ? C’est faux

Un message trompeur publié sur Twitter laisse penser que le groupe public audiovisuel britannique veut retirer une statue de l’écrivain, car les thèmes abordés par celui-ci « ne correspondraient plus aux valeurs » de la BBC.

12. Pourquoi StopCovid fait-elle aussi peur ?

La réponse en vidéo dans cet épisode d'« Oh My Fake ».

13. Un homme arrêté par erreur aux Etats-Unis était-il un agent du FBI ?

« Oh My Fake » revient sur une vidéo montrant l’arrestation d’un homme présenté à tort comme étant un agent du FBI.

Bonus : Un fact-check de nos confrères

Nos confrères québecois de l’Agence Science-Presse ont publié un « petit guide pratique et humoristique » pour savoir si vous êtes sur le point de partager de la désinformation au sujet du Covid-19.