Retour sur Terre après 196 jours la tête dans les étoiles. Le retour de Thomas Pesquet à bord de la capsule Soyouz est prévu ce vendredi vers 16h (heure française) dans la steppe de Baïkonour (Kazakhstan). Mi-novembre, l’astronaute est devenu à 39 ans le 10e français à partir dans l’espace et le premier depuis 2008. Son retour était initialement prévu le 15 mai avant d’être reporté de quinze jours. Une occasion pour Thomas Pesquet de continuer à partager son quotidien sur les réseaux sociaux, comme il le fait depuis son départ. 20 Minutes revient pour vous sur les dix coups d’éclats les plus marquants de l’astronaute pendant ces six mois.

>> A lire aussi: Les 5 questions que vous vous posez sur la mission de Thomas Pesquet dans l'espace

Lyon ou Rome, telle est la question

Comme un petit garçon, il s’est passionné pourle paysage qui défilait sous ses yeux depuis l’espace. A bord de l’ISS, Thomas Pesquet a très vite pris les commandes du matériel photographique et filmique mis à la disposition des astronautes pendant la mission. De jour en jour, voire d’heure en heure, les terriens ont pu suivre le périple de la station spatiale à travers les clichés artistiques réalisés par l’astronaute. Paris, la Patagonie, les chutes du Niagara… Thomas Pesquet nous a fait partir en tour du monde avec ses clichés et vidéos.

Mais celui qui restera dans les esprits est peut-être celui où il souhaitait le 8 décembre une belle fête des Lumières à Lyon avec une photo… de Rome ! Une erreur vite corrigée avec un commentaire tout en autodérision : « On peut être astronaute et nul en géo apparemment :) »

Apparition dans un clip

Voir son minois dans le clip d’un artiste n’est déjà pas donné à tout le monde quand on vit sur Terre mais quand on vit dans les airs c’est encore moins probable. Mais Thomas Pesquet l’a fait. Peu de temps avant de s’envoler, il était devenu ami avec le compositeur français de musique électronique Yuksek. Les deux compères en ont donc profité pour faire un clip ensemble, Live alone, à distance depuis l’espace. C’est Thomas Pesquet lui-même qui a envoyé les images à Yuksek, également producteur, qui s’est chargé de monter le tout dans un clip dévoilé début février. L’objectif ? Montrer le parallèle entre le quotidien de l’astronaute dans l’espace et celui de l’artiste sur Terre.

A lire aussi: Thomas Pesquet chante avec les Enfoirés depuis l'espace

Des alliances spéciales (ou spatiales)

Très heureux d’être le témoin de mariage d’un de ses couples d’amis, Thomas Pesquet a tenu à marquer le coup. Dans sa minuscule valise d’1,5 kg, il a emporté les deux alliances de ses amis dans l’espace afin qu’elles soient uniques. Il les a prises en photo en apesanteur avant de poster le cliché sur les réseaux sociaux fin mars. Le couple se mariera cet été, laissant ainsi le temps Thomas Pesquet d’atterrir et de se rendre à la cérémonie… avec les alliances !

« Faites voyager vos histoires dans l’Espace »

Le 2 janvier, l’astronaute a lancé le premier concours d’écriture depuis l’espace jamais organisé. Un concours résérvé aux auteurs de moins de 25 ans en forme d’hommage à Antoine de Saint-Exupéry, l’aviateur écrivain qui a fait du Petit Prince, un personnage mondialement célèbre. Très inspiré par l’œuvre, Thomas Pesquet semble la trouver trop courte et a invité les participants du concours à emmener le petit prince sur une nouvelle planète où il ferait une autre rencontre. Au total, 8 400 personnes ont finalement répondu à son appel. Parmi les dix lauréats qui ont remporté le concours en avril - cinq en catégorie « internationale », et cinq en catégorie « France » -, la plus jeune, Elina, est âgée de 10 ans. Ces dix gagnants auront l’occasion de voyager en Europe en octobre prochain.

Une première sortie dans l’espace remarquée

Le 13 janvier, durant près de six heures, Thomas Pesquetest sorti installer de nouvelles batteries sur la station spatiale. Une mission qui n’avait rien d’exceptionnel, à ceci près que c’était la première sortie dans l’espace effectuée par l’astronaute français. Les médias du monde entier étaient braqués sur lui pour capturer ce moment. Un exercice périlleux puisque la station avance à la vitesse de 28.000 km/h, ce qui risque de l’exposer à des radiations solaires et à des collisions avec des débris de météorites. Cette sortie réussie a été suivie par deux autres sorties, très suivies elles aussi.

>> A lire aussi : A lire aussi: La conférence de presse donnée par Thomas Pesquet depuis l'espace

Voter à la présidentielle

Partir dans l’espace pendant six mois c’est sympa, mais Thomas Pesquet n’a pas oublié ses droits et surtout pas ses devoirs à l’occasion de l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai. Si la plupart des Français ont fait leur demande de procuration à la dernière minute, Thomas l’avait bien remplie avant de partir. Il a précisé avoir donné la procuration à l’un de ses collègues et avoir dû débattre avec les administrations puisqu’il ne vit pas en France.

Un selfie pour contrer les théories de complot

Les fervents amateurs de théories du complot se sont vus couper l’herbe sous le pied par l’astronaute. Si les internautes se sont amusés à dénoncer de supposés trucages photos et à affirmer que l’équipe n’était jamais allée dans l’espace, Thomas Pesquet a souhaité rétablir la vérité à travers un selfie lors d’une sortie dans l’espace. Une preuve qui n’a pas (complètement) suffi puisque les messages de complotistes ont continué à fleurir sur les réseaux sociaux.

Tweet selfie de Thomas Pesquet lors d'une sortie dans l'espace
Tweet selfie de Thomas Pesquet lors d'une sortie dans l'espace - Capture d'écran Twitter/20minutes

 

Réponse à un tweet de Thomas Pesquet sur une théorie du complot
Réponse à un tweet de Thomas Pesquet sur une théorie du complot - Capture d'écran Twitter/20minutes

Du cirque et des macarons

A l’occasion de son 39e anniversaire, le 27 février, Thomas Pesquet a reçu des macarons. Loin de se contenter de les manger, il a montré qu’il avait bien apprécié son cadeau en jonglant avec. Ces deux boîtes de sept macarons à la framboise ont été envoyées en même temps que 2,2 tonnes de ravitaillement de nourriture. Fabriqués par le pâtissier Pierre Hermé, ce dernier avait cependant dû modifier la recette pour les envoyer dans l’ISS. Leur taille a également été modifiée pour ne pas faire de miettes, un fléau dans une station spatiale.

A lire aussi: Comment les équipes du Cnes ont envoyé des macarons à Thomas Pesquet

Un «mannequin challenge» acrobatique

Le phénomène Web de la fin d’année a voyagé jusqu’à l’espace. Ne manquant rien de ce qui se passe sur Terre, Thomas Pesquet a lui aussi voulu faire un « Mannequin Challenge » fin décembre avec le reste de l’équipe d’astronautes présente. Le principe consiste à se filmer, figé, pendant une activité. Une expérience assez compliquée à réaliser en apesanteur. Mais le résultat est unique face à tous « Mannequin Challenges » plus ou moins originaux qui ont fleuri sur le Web.

Une vidéoconférence géante 

Une vidéoconférence nationale. Le 20 mars, 230.000 élèves dans 10.000 écoles ont assisté depuis leurs salles de classe à cet événement, organisé par la ministre de l’éducation de l’époque, Najat Vallaud-Belkacem. A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’astronaute a répondu aux questions des élèves français. Très pédagogue, cet ambassadeur de l’UNICEF s’est vu proposer une mission du même type à son retour sur Terre en intégrant la Réserve citoyenne de l’Education Nationale. Une proposition qu’il a acceptée « avec plaisir ».

A lire aussi: VIDEO. Des lycéens posent leurs questions à Thomas Pesquet