Thomas Pesquet en direct de l'ISS «J’espère qu’on a eu notre quota de malchance»

ESPACE Thomas Pesquet, arrivé à la station spatiale internationale le 19 novembre, a donné une conférence de presse en direct ce mercredi à 14h.…

Olivier Aballain

— 

Thomas Pesquet en impesanteur dans l'ISS
Thomas Pesquet en impesanteur dans l'ISS — ESA

Il navigue à 400 km au-dessus de nos têtes, et y restera six bons mois. Le spationaute Moins de 4 jours après son arrimage à la station spatiale internationale, Thomas Pesquet donne une conférence de presse de deux heures ce 23 novembre. L’occasion d’en savoir plus sur la vie tout là-haut, où il partage son espace-temps avec 5 autres astronautes.

A LIRE AUSSI

>> Signe que tout va bien, Thomas Pesquet tweete de l’espace

>> Les 5 questions que vous vous posez sur la mission de Thomas Pesquet dans l'espace

>> Thomas Pesquet: Comment le voyage spatial du Français va aider la médecine

 

15h38: C'est fini ! Thomas Pesquet a répondu a une question de l'inusable Michel Chevalet, à propos du voyage aller dans le vaisseau Soyouz. «On a un peu joué à Tetris pour pouvoir caser trois astronautes dans ce petit espace», confie le spationaute.

Bon voilà, 20 minutes tout emballé. C'était bien sympa ce petit live, merci de votre patience et merci à l'ESA d'avoir su organiser ça, même s'il fallait être invité à Köln/Cologne pour avoir le droit de poser des questions en direct.

15h35: Point sport. Du rugby en impesanteur, ça donne quoi ? Thomas Pesquet fait la liste des équipements sportifs présents dans la station, à la fois pour entretenir ses muscles dans la perspective du retour, mais aussi pour le «fun». Ils ont même un ballon de rugby :-)

15h30: «Notre quota de malchance». A plusieurs reprises, Thomas Pesquet a évoqué la réparation des WC cassés, lundi. «C'était un peu la tuile dès les premiers jours, mais j'espère qu'on a eu notre quota de malchance et que maintenant tout va bien se passer pour les six prochains mois»

15h28: «Le maillon faible, c'est l'astronaute». Contrairement à la réputation qui lui est faite, la station est «extrêmement bien rangée, et chaque fois que je cherche un petit objet le centre de contrôle peut me dire où le trouver exactement».

«Mais le maillon faible dans tout ça, c'est un peu l'équipage, car si il ne range pas ses outils exactement où ils les a posés, eh bien c'est perdu».

15h25: Thomas Pesquet raconte le décollage de la fusée, ce moment d'accélération où les trois astronautes se sont donnés la main.

15h22: Thomas Pesquet peut appeler «n'importe quel numéro sur Terre». Réponse à la quesiton de @tom53 ! Ce n'est pas 20 Minutes qui a posé la question ;-P, mais Thomas Pesquet raconte qu'il parvient bien à rester en contact avec ses proches.

«Grâce à la voix sur IP, on parvient à contacter presque n'importe quel numéro sur Terre et c'est important car les images du décollage étaient très impressionnants pour mes proches».

15h21: On souffre pour lui: Thomas Pesquet n'a «pas encore eu beaucoup le temps de profiter de la vue» mais il compte bien «profiter du week-end pour passer la plupart de [son] temps dans la coupola», d'où il pourra contempler la Terre. En attendant, il s'est pointé à la conf' avec une mappemonde dans les bras.

Photo de Thomas Pesquet dans l'ISS
Photo de Thomas Pesquet dans l'ISS - ESA

15h19: «Mieux que ce que j'avais imaginé». «J'imagine que je suis un peu gonflé, mais personne n'est tombé malade. On dort très bien, on flotte dans l'espace, le sac de couchage est accroché sur les murs». A une question de TF1, Thomas Pesquet répond que la station est «beaucoup mieux que ce [qu'il] avait imaginé».

15h20: «Les premiers jours se passent très bien, je suis un peu surpris. LE travail en impesanteur se passe facilement».

15h16: Thomas Pesquet s'installe dans le laboratoire européen Colombus, où il passe le plus clair de son temps à bosser. On attend le retour du centre de contrôle de Houston, Mesdames Messieurs.

15h15: C'est parti ! La conférence a commencé. Un porte-parole explique que ce genre de liaison est extrêmement rare car le signal est compliqué à transmettre depuis et vers une station qui vole à 7 km/s. Le countdown est commencé, moins 2 minutes :-)

15h05: Démarrage imminent. Pas de nouveau report cette fois. Ce live a été décidé un peu sur le pouce visiblement, puisque Thomas Pesquet l'annonce seulement à 10h30 sur son profil twitter, et que le Cnes n'a eu que ce matin la confirmation de sa tenue. Les meilleures fêtes ne sont-elles pas celles que l'on improvise ?

14h55: On a peut-être gagné 5 minutes ? Le site de l'European Space Agency annonce maintenant un début de conf' à 15h10 heure de Paris (14h10 GMT). Attention à ne pas rater le début.

14h40: Apesanteur ou impesanteur ? Petit point vocabulaire. Thomas Pesquet rapportait lundi qu'il parvenait à maîtriser à peu près ses déplacements en «impesanteur».

Oui, «l'impesanteur». C'est quand il y a une pesanteur, une attraction due à un corps céleste (la Terre, dans le cas de la station spatiale), mais qu'on ne la sent pas. C'est le cas en chute libre, à l'instar de la station qui «tombe» en tournant autour de la Terre à 28.000 km/h. 

En revanche, l'état d'«apesanteur» siginifie que l'on ne subit aucune gravité. C'est un état purement théorique, puisque tous les corps exercent une attraction les uns sur les autres, même si elle est parfois infiniment petite.

14H30: Le direct avec Thomas Pesquet durera... 20 minutes. L'agence spatiale maintient pour l'instant l'horaire de 15h15. Mais la durée de l'événement, que l'on a cru voir annoncée à deux heures (c'était davantage un créneau qu'une durée, visiblement), a été ajustée à... 20 minutes.

Capture d'écran du livestream de l'ESA
Capture d'écran du livestream de l'ESA - ESA

Début à 15h15, fin à 15h35, c'est clair. Bon, nous sommes tous bien placés ici pour savoir qu'on peut dire l'essentiel en 20 Minutes. #branding

14h20: Appel aux bonnes volontés. Pour compléter sur ce sujet crucial quand on vit à six dans un espace confiné (cf. post précédent), voici un peu de documentation sur le dernier appel à projets de la NASA :-P

>> A lire aussi : La Nasa en appelle aux Internautes pour résoudre «le casse-tête du caca dans l’espace»

 

14h15: Bizutage ? Corvée aux WC. Vous qui pestez parfois contre votre chasse d'eau récalcitrante, imaginez ce qui peut se passer là-haut.

D'après un tweet envoyé de la station spatiale, lundi, Thomas Pesquet a eu l'immense privilège d'intervenir sur le dispositif d'évacuation des..., enfin on se comprend, qui apparemment a eu des ratés.

Le spationaute tricolore et son collègue, le colonel américain Shane Kimbrough, ont été désignés «à la courtepaille» pour s'y coller. «Ils refilent tout le sale boulot aux nouveaux», s'est plaint Thomas Pesquet sur twitter.

14h10: Le saviez-tu ? Thomas Pesquet a été choisi parmi 8.330 candidats pour faire partie des six astronautes de la promo 2009 de l'agence spatiale européenne (ESA). Sur ces six-là, il est le dernier à partir, mais Proxima est une grosse mission. La mission a été annoncée en mars 2014.

>> Thomas Pesquet, l’astronaute tellement parfait qu’il en serait presque énervant

14h05: @Tom53 Ah, ceci n'est pas un tchat. J'ai bien noté ta question sur les contacts avec les proches via Skype, mais je ne suis pas sûr de pouvoir la poser. Ceci dit si on a un créneau, juré je la pose en premier.

14h00: Bienvenue sur ce live avec Thomas Pesquet (et le reste du monde). Première nouvelle: Le live est reporté à 15h15. Arf. On ne fait pas ce qu'on veut tout là-haut :-) D'ici là il y a encore beaucoup à raconter, je crois qu'on ne va pas trop s'ennuyer quand même.

13H30: Thomas Pesquet vous fait patienter en musique. Le spationaute avait prévu une playlist sur Deezer pour son voyage de 48h dans le vaisseau Soyouz... A environ 19h00 hier soir, il a remis ça avec un morceau de SomethingALaMode, 5 AM. Toujours classe, Thomas.

 

Premier indice, on ne s'y attendait pas: Thomas Pesquet est très, très content :-)

 

Rendez-vous à 14h !

La conférence doit durer deux heures. On ne sait pas encore si tout le monde pourra poser des questions, car le centre de controle est basé... En Allemagne. Eh oui ! Dans l'espace au moins, l'Europe est une réalité.