Coupe du Monde 2018: «Les joueurs n'avaient qu'une envie, c'était de repasser» sur les Champs-Elysées, confie Deschamps

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus est revenu sur la polémique à la suite du passage jugé trop court des Bleus sur l'avenue parisienne...

L.Br.

— 

Didier Deschamps après la victoire de l'équipe de France au Mondial 2018.
Didier Deschamps après la victoire de l'équipe de France au Mondial 2018. — Dave Shopland/BPI/Shutt/SIPA

Alors que chaque joueur est rentré dans sa ville d’origine pour retrouver les siens, Didier Deschamps, l'homme préféré des Français depuis dimanche, a donné une interview au JT de TF1 ce mercredi. Le sélectionneur des Bleus est revenu sur la victoire de son équipe et sur les polémiques qui ont suivi leur retour en France.

« Sincèrement, tous les joueurs n’avaient qu’une envie, c’était de repasser une deuxième fois… », a confié Didier Deschamps, interviewé par Julien Arnaud. Le coach des Bleus réagissait à la polémique sur le passage trop rapide des joueurs sur les Champs-Elysées, où des centaines de milliers de fans s’étaient rassemblés pour fêter leur retour. « Si on avait pu prolonger ce partage de joie et d’émotions avec le public français, on l’aurait fait bien volontiers […] mais en termes d’organisation, cela ne dépendait pas de moi, ni de la fédération et nous, on a suivi ce qui nous a été proposé », a expliqué Didier Deschamps pour clore l'affaire.

« Faudra me supporter encore deux ans »

L’entraîneur des Bleus a également commenté les critiques sur le jeu de l’équipe de France, venues de joueurs déçus comme le belge Thibaut Courtois, qui l'avait vraiment mauvaise. « Je peux comprendre que des joueurs à chaud n’aient pas la lucidité, le recul nécessaire et qu’ils ne se rendent pas compte de la portée de leurs mots », a balayé Didier Deschamps.

« La qualité footballistique était là chez les 23 joueurs que j’ai sélectionné, mais le plus important dans une aventure comme ça, c’est la notion de groupe, de solidarité, le collectif et chacun a joué un rôle important. »

Quand à son maintien au poste de sélectionneur, DD s’en est sorti par une petite blague. « À partir du moment où mon président compte sur moi jusqu’en 2020, je serais là ! Faudra me supporter encore 2 ans. »

>> A lire aussi : «Jouez au ping-pong mais ne faites pas les cons à tourner»… Le recadrage de Deschamps à Mendy et Sidibé

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018. Beckenbauer souhaite la «bienvenue au club» à Deschamps

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018. Le sélectionneur belge n'opterait «certainement pas» pour la tactique défensive des Bleus

>> A lire aussi : Coupe du Monde 2018. Le jour où Benjamin Pavard a failli abandonner l'idée de devenir pro