Coupe du monde 2018: «On était l’équipe la plus glaçante»… Raphaël Varane assume totalement le style de jeu des Bleus

FOOTBALL Raphaël Varane s’est livré dans « L’Equipe » ce mercredi, en répondant notamment aux critiques faites sur le style de jeu des Bleus durant cette Coupe du monde…

J.L.

— 

Raphaël Varane s'est imposé durant toute la Coupe du monde comme le véritable patron défensif des Bleus.
Raphaël Varane s'est imposé durant toute la Coupe du monde comme le véritable patron défensif des Bleus. — FRANCK FIFE / AFP

Raphaël Varane a vécu les célébrations post-Coupe du monde, surtout sur les Champs-Elysées, « comme si c’était une perfusion de bonheur directement dans les veines ». C’est l’une des belles formules de la longue interview que le défenseur du Real Madrid a accordée dans L'Equipe de ce mercredi. Taulier défensif ultime des Bleus durant toute la compétition, celui-ci est notamment revenu sur les critiques émises par des joueurs belges et croates quant au style de jeu de l’équipe de France. Il ne se sent « pas du tout touché » par les commentaires de Thibaut Courtois ou Dejan Lovren.

« On joue dans des clubs où il y a du super football. On n’était pas venus pour jouer, on était là pour gagner, pour détruire l’adversaire. On sait qu’on n’a pas fait le plus beau jeu du tournoi. On s’en foutait d’être moches. C’était tout pour l’équipe. »

« On s’est dit qu’on irait au plus efficace, au plus pressé »

L’ancien défenseur central lensois estime que la bascule concernant le style DD 2018 s’est effectuée après le premier match du Mondial : « On savait qu’on avait une équipe avec beaucoup de talents, avec des joueurs qui jouent au ballon. Contre l’Australie [2-1], on a essayé de jouer au ballon, ça n’a pas marché. On s’est dit qu’on irait au plus efficace, au plus pressé. Ça ne nous a pas trop mal réussi. »

C’est peu de le dire, même si Raphaël Varane tente sans surprise d’atténuer le côté win ugly : « Il ne faut pas non plus nous caricaturer comme étant l’équipe la plus moche de tous les temps ! On était l’équipe la plus glaçante, oui, c’est ça, on était glaçants. On était des tueurs à sang-froid. » Et devenus si bouillants hors des terrains depuis dimanche soir.

>> A lire aussi : «Si j'ai l'étoile, je m'en fous du jeu qu'on a fait»… Griezmann remet les Belges à leur place