FC Nantes-Bordeaux: «Il faut une remise en question...», dit Briand, un peu au bout du rouleau

FOOTBALL Apathiques, les Bordelais ont raté leur derby de l'Atlantique, ce dimanche, en s'inclinant (1-0) à Nantes

David Phelippeau

— 

Jimmy Briand n'a pas mâché ses mots à l'issue de la défaite bordelaise.
Jimmy Briand n'a pas mâché ses mots à l'issue de la défaite bordelaise. — LOIC VENANCE / AFP
  • Les Girondins de Bordeaux ont perdu le derby de l’Atlantique ce dimanche après-midi à la Beaujoire, battus 1-0.
  • Si Benoît Costil a multiplié les arrêts réflexes et parades salvatrices, les Bordelais ont rendu une mauvaise copie.
  • Au point de faire dire à Jimmy Briand : « Il faut que chacun se regarde dans une glace pour voir ce qu’il fait de bien et ce qu’il fait de mal car sinon la fin de saison va être longue. »

« Aujourd’hui, il ne faut pas avoir peur des mots, on n’est pas bons. » Jimmy Briand a résumé en une phrase la prestation des Girondins ( 13es), battus (1-0) à Nantes, ce dimanche. Les Bordelais ont raté leur derby de l’Atlantique du début à la fin. De fond en comble. Benoît Costil a toutefois masqué les errances actuelles des Girondins en multipliant les arrêts réflexes et parades salvatrices. « Ce n’est tellement pas important ça… », s’est agacé le gardien de but. L’essentiel est effectivement ailleurs pour les Bordelais qui ont concédé à la Beaujoire leur 4e défaite 1-0 d'affilée à l’extérieur.

Briand très remonté

Et Jimmy Briand l’a compris. Il a sorti l’artillerie lourde. « Quand on n’est pas bons, on ne mérite pas de ramener des points. Et ça fait plusieurs matchs qu’on joue à lancer la pièce. Parfois ça tombe du bon côté, et d’autres fois, on perd… Il va falloir une remise en question de tout le monde pour pouvoir avancer car aujourd’hui hormis Benoit [Costil] qui a été irréprochable, le reste ce n’est pas ça. On a une équipe pour bien faire, mais aujourd’hui on est mauvais… » Autre chose à ajouter ? Briand ne s’arrête plus : « Il faut que chacun se regarde dans une glace pour voir ce qu’il fait de bien et ce qu’il fait de mal car sinon la fin de saison va être longue. »

Offensivement, c'est affligeant

Face à Nantes, l’impuissance offensive fut criante. Bordeaux n’a cadré que deux frappes sur lesquelles le gardien de but nantais Tatarusanu n’a eu besoin que de se pencher… Les hommes d’Eric Bédouet n’ont pas eu une seule occasion franche. De Préville et Kalu ont été invisibles. Briand semblait avoir des jambes, mais il n’a guère eu l’occasion de les utiliser ou alors pour marcher. Eric Bédouet a bien tenté de secouer l’apathie de ses hommes en faisant entrer Kamano et Karamoh, sans que cela ne change le visage de l’équipe.

«La fin de saison va être longue...»

« On n’a eu que des frappes de loin, c’est signe que c’est difficile d’aller dans la surface adverse, analyse Benoît Costil. Le problème c’est nous, les joueurs, ce n’est pas suffisant en termes d’engagement, de qualité technique, de courses sans et avec ballon. Cela manque de connexion entre nous. On n’a que des bons joueurs, mais on doit arriver à jouer ensemble. Il faut qu’il y ait des automatismes entre nous… » Avant de couper court pour éviter de prêter le flanc à toute polémique : « Je ne suis pas entraîneur et il y a des gens qui sont plus à même de parler de ça… »

Eric Bédouet, un poil, résigné, avoue : « De toute façon, tout est compliqué depuis le mois de janvier. De temps en temps, il y a du mieux. Il ne faut pas s’affoler non plus. On n’a aucune marge de manœuvre. La fin de saison va être très longue… » Ça, on l’avait compris.