OM-Bordeaux: Vraiment, Eric Bédouet? Le Vélodrome à huis clos, un désavantage pour Bordeaux?

FOOTBALL Selon Eric Bédouet, le huis clos total à Marseille « peut peut-être les favoriser. » Après réflexion, cela semble peu probable

Jean Saint-Marc

— 

Le Vélodrome à huis clos lors de la rencontre face à Francfort.
Le Vélodrome à huis clos lors de la rencontre face à Francfort. — B. Horvat / AFP
  • Marseille, dixième de Ligue 1 avec 31 petits points, reçoit Bordeaux (douzième avec un match en moins), ce mardi, à 19 heures, dans un Vélodrome vide.
  • Ce huis clos total, décidé par la LFP après les incidents lors d'OM-Lille, peut-il avantager les Girondins, comme le pense leur coach, Eric Bedouet ? C'est peu probable.

Le genre de décla qui vous ferait presque tomber de votre chaise. Selon Eric Bédouet, le huis clos conservatoire décrété pour OM-Bordeaux, ce mardi (19h), au Vélodrome, n’est « agréable ni pour eux, ni pour nous. Mais eux, ça leur donnera un peu de calme et ça peut peut-être les favoriser. » Etonnant, non ? Avec un soupçon de mauvaise foi, décryptons cette petite phrase.

>> Cette saison, l’OM s’est bien loupé à huis clos. Un Vélodrome où l’on s’entend respirer, ça paralyse. Surtout quand la centaine de membres du contingent francfortois se fait entendre en fin de match. Face à l’Eintracht Francfort, l’OM s’était laissé surprendre bêtement, en fin de partie (1-2), à onze contre dix.

Le huis clos, « c’est nul, nul, nul », pleurnichait Maxime Lopez après le match. Reconnaissant, toutefois, que ce n’était pas une excuse : « c’était une faute professionnelle que de perdre ce match. » Rudi Garcia proposait le même refrain : « Ça aide l’adversaire mais ce n’est pas une raison de s’endormir. »

>> Si si, l’équipe qui reçoit peut gagner des matchs sans supporters. Rudi Garcia a raison. Il est possible de gagner un match à huis clos intégral. Albert Emon l’a montré, en janvier 2007, en battant Auxerre (3-1), dans un Vélodrome silencieux, balayé par le mistral. Il avait briefé ses joueurs : interdiction formelle d’annoncer les combinaisons à voix haute. « On avait même disputé un match amical à huis clos, pour répéter », raconte à 20 Minutes l’ancien entraîneur marseillais.

Comme nous, il estime qu’Eric Bédouet se fourvoie : « C’est vraiment gênant pour la motivation, ce huis clos, car les Marseillais auraient tenté de retourner le Vélodrome. Mais ils n’ont pas eu assez de temps pour s’entraîner ! » Car en janvier 2007, l’OM ne jouait qu’une fois par semaine et avait eu une grande marge de manoeuvre pour préparer ce rendez-vous. Cette fois-ci, la LFP a annoncé le huis clos huit jours avant la rencontre.

Rudi Garcia a tout de même eu le temps de mettre des boules Quiès à ses joueurs à l’entraînement… Car Lyon l’a montré, cette saison, face à Donetsk, avec une impressionnante remontée (0-2 puis 2-2)... Un point qui, finalement, a qualifié l’OL pour les huitièmes de finale de Ligue des champions. Donc un match à huis clos, ça ne se gagne pas forcément, mais ça peut ne pas se perdre.

>> Le contexte purement sportif est aussi favorable à Bordeaux. Reconnaissons-le, Eric Bédouet a plutôt raison quand il affirme que « si le public avait poussé derrière eux, ça aurait été un avantage pour eux de l’avoir. Mais s’il avait grondé contre l’équipe comme il l’a fait ces derniers temps, ça aurait pu les gêner. » Sauf que les Winners, le plus chaotique des groupes de supporters, ont justement interrompu leur grève des encouragements, ce week-end. Et décrété l’union sacrée contre la LFP.

La LFP n’a pas seulement décidé que ce match se disputerait à huis clos. Elle a également privé l’OM de son coach (pas de banc pour Rudi Garcia) et de son meilleur joueur, Florian Thauvin, suspendu trois matchs pour un geste d’humeur sur le Lillois Youssouf Koné. « FloTov » est impliqué dans 43 % des buts de l’OM, en Ligue 1, cette saison. Alors Eric… Est-ce vraiment un cadeau, ce huis clos ?