VIDEO. OL-Shakhtar: «Le foot est moins beau comme ça»… Entre silence pesant et mini-Ahou, ça a donné quoi ce huis clos?

FOOTBALL Moins d'un millier de spectateurs ont assisté au match de Ligue des champions entre Lyon et le Shakhtar Donetsk (2-2), mardi dans un Parc OL assez déprimant...

Jérémy Laugier
— 
Junior Moraes fête ici avec ses partenaires son premier but mardi soir lors du match à huis clos disputé au Parc OL.
Junior Moraes fête ici avec ses partenaires son premier but mardi soir lors du match à huis clos disputé au Parc OL. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Sanctionné par la commission de discipline de l’UEFA après les incidents en marge d’OL-CSKA Moscou en mars dernier, le club lyonnais a dû recevoir mardi le Shakhtar Donetsk à huis clos.
  • Si la rencontre s’est révélée assez passionnante en deuxième période (2-2), le contexte si spécial des tribunes vides laisse un souvenir très mitigé à tous les protagonistes.

Bien sûr, on était curieux à l’idée d’en savoir plus sur les consignes en plein match de Bruno Genesio. Bien sûr, capter à la télévision des gamins lâchant dans le couloir menant à la pelouse un « Moi, j’ai Fekir, tu marques hein ! » prête à sourire. Bien sûr, mettre 20 minutes et non une heure pour rejoindre en voiture Décines un soir de Ligue des champions n’est pas désagréable. Mais quelle sinistrose que ce huis clos total au Parc OL, une fois l’avant match lancé, notamment durant la présentation des équipes quand même effectuée par le speaker du stade.

Dès les premières situations de cet OL-Shakhtar Donetsk (2-2), mardi, on a compris pourquoi les matchs à huis clos débouchaient si souvent sur des prestations galère, sans passion ni intensité. « On ne va pas se le cacher, c’est triste pour le football de voir un stade comme ça, loin d’une ambiance de fête, regrettait le milieu lyonnais Lucas Tousart après la partie. Mais c’est comme ça, jouer des matchs à huis clos fait partie d’une carrière. »

« Ce soir, nos supporters nous ont manqué »

« C’était spécial, on connaît l’apport de nos supporters et ce soir, ils nous ont manqué », poursuit le capitaine Nabil Fekir. Mais alors que tous les acteurs semblaient s’ennuyer ferme dans ce contexte assez lunaire (0-0 jusqu'à la 45e minute), le Parc OL a tout de même réservé une drôle de surprise à ses joueurs. Parmi le petit millier de spectateurs présents, un invité VIP s’est mis à donner de la voix au cœur de la première période.

A la 28e minute de jeu, l’homme très en verve s’est improvisé capo en osant même lancer un Ahou, ce chant cher au virage nord, sous forme de clapping. Il a poursuivi son show, entre un « Quand le virage se met à chanter… », cette fois repris par des applaudissements « fournis », un « Allez Nabiiiiiiiil » ou encore l’inévitable « Qui ne saute pas n’est pas lyonnais ».

Un joueur du Shakhtar hué par une partie du public à sa sortie

L’ambiance est même montée d’un cran en deuxième période dans la tribune ouest, au fur et à mesure que la rencontre devenait dingue (0-2 à la 69e, 2-2 à la 72e). « Je ne m’étais pas imaginé marquer mon premier but avec Lyon en Ligue des champions dans un stade à huis clos, sourit le latéral de l’OL Léo Dubois, auteur de l’égalisation. C’est particulier et j’espère que ça ne se reproduira pas ici car le foot est moins beau comme ça. »

Lors de son remplacement (75e), le milieu offensif du Shakhtar Alan Patrick a même été hué par une bonne vingtaine de personnes, de manière audible donc. Un peu plus, le sursis de l'UEFA planant toujours sur l’OL se serait presque retrouvé menacé…