Ligue Europa: Avec cette défaite d'entrée, les joueurs de l'OM ont commis une «faute professionnelle»

FOOTBALL Ce sera compliqué pour l’OM de sortir d’un groupe aussi relevé après s’être incliné à domicile…

J.S.-M.

— 

Rudi Garcia vocifère dans un Vélodrome vide.
Rudi Garcia vocifère dans un Vélodrome vide. — C. Paris / AP / SIPA
  • A domicile et à 11 contre 10, les Marseillais auraient dû s’imposer face à Francfort.
  • Avec cette défaite 2-1 pour la première journée de la phase de poules, les Olympiens hypothèquent grandement leurs chances de qualif' pour la Ligue Europa, dont ils étaient finalistes l’an dernier.

Les journalistes marseillais se sont d’abord bien marrés. « Allez, chiche de lancer un aux armes », lance un voisin en tribune de presse. Quelques « Mitroglou, Mitroglou » saluent les frappes ratées et face à face manqués de Valère Germain. Puis peu à peu, c’est la soupe à la grimace : « ils vont finir par perdre », entend-on derrière nous. Bien vu : pourtant à 10 contre 11 à partir de l’heure de jeu, et après avoir ouvert le score d’entrée (Ocampos, 2e), Marseille s’est laissé surprendre par Francfort ( 2-1).

« C'est une faute professionnelle d’avoir perdu ce match », balance Maxime Lopez. Et il n’a pas tort. L’OM avait fait le plus dur : un but d’entrée, une flopée d’occasions… Et surtout, Jetro Willems avait craqué, recevant un second carton jaune. « On avait repéré l’arrière gauche et on a réussi à le faire sortir… A 11 contre 10, on aurait dû être plus tueurs devant », développe le milieu de terrain marseillais.

« Nul, nul, nul »

« On pouvait faire mieux », dira sobrement Luiz Gustavo, entré plus tôt que prévu après la blessure d’Adil Rami. L’international français, qui d’habitude nique la science a dû cette fois s’incliner face à sa cuisse. On n’a pas vu sa moustache en zone mixte, par contre Florian Thauvin est passé, pour se dédouaner : « Ça peut arriver de louper des occasions », lâche l’ailier, qui fait partie de ceux qui ont déçu, ce jeudi soir, dans un Vélodrome vide. Le huis clos, « c’est nul, nul, nul », martèle Maxime Lopez, mais ce n’est pas une excuse : « ça aide l’adversaire mais ce n’est pas une raison de s’endormir », lance Rudi Garcia.

Comme à son habitude, il a pointé les erreurs d’arbitrage, et, notamment, ces deux penaltys non sifflés après des fautes dans la surface de réparation allemande. « L’arbitre principal a été parfait mais il n’a pas reçu l’aide nécessaire, il y a des erreurs flagrantes au niveau de l’arbitrage », lance le coach olympien, qui rappelle que la goal line technology n’a pas fait son chemin jusqu’à la Ligue Europa, où règnent toujours les (très contestés) arbitres de surface. « Avec la pression du stade plein, ils auraient peut-être sifflé plus facilement », note, assez justement, Maxime Lopez.

Il était décidément très juste, ce jeudi, en zone mixte, puisqu’il a aussi eu un mot pour Nemanja Radonjic, dont la relance plein axe pleinement ignoble a provoqué le second but allemand, celui du break : « Il était dégoûté… Il rentre, il fait cette erreur… Enfin, ce sont des choses qui arrivent. »

Ne dramatisons pas, mais l’OM est tout de même très mal embarqué dans une poule où se débattent aussi la Lazio Rome et l’Apollon Limassol. « Le groupe est compliqué, reconnaît Florian Thauvin. L’an dernier, c’était nous qui marquions les buts en fin de match pour prendre des points précieux… » Apparemment, il faudra de nouveau faire des miracles cette année…