Nicolas Pallois.
Nicolas Pallois. — LOIC VENANCE / AFP

FOOTBALL

FC Nantes-Bordeaux: Souvent caricaturé, Nicolas Pallois finit toujours par se faire aimer

Le défenseur central du FCN (31 ans), qui souffre d'une réputation de joueur «un peu bourrin», sait pourtant se rendre indispensable partout où il passe

  • Placardisé en début de saison avec Miguel Cardoso, Nicolas Pallois – qui affrontera Bordeaux, son ancien club, dimanche – est devenu un élément indiscutable au FCN.
  • Défenseur au physique impressionnant (1,90 m), Pallois est souvent moqué et caricaturé.

C’est une de ses cibles préférées. Le dimanche soir, dans l’émission « J + 1 » sur Canal +, il n’est pas rare que Julien Cazarre se « paie » Nicolas Pallois. Dans les séquences, le défenseur nantais – qui retrouvera Bordeaux dimanche à 15 h à la Beaujoire – passe pour un benêt aux gestes de footballeur pas toujours très esthétiques. « Il a un côté Hodor dans "Game of Thrones", personnage qui ne dit que son nom, s’amuse l’humoriste. Ce grand type chauve avec la tête vers le bas car il est plus grand que les autres, les yeux mi-clos et il a l’air de chercher son souffle. Son physique [1,90 m], sa démarche, ça ne pouvait pas être un grand technicien. D’ailleurs, ce n’est pas ce qu’on lui demande. »

Certains clichés sur son physique de déménageur escortent la carrière du défenseur central nantais, qui a ému le monde entier samedi dernier aux obsèques de son meilleur ami, Emiliano Sala. « Nicolas a pourtant des qualités athlétiques exceptionnelles, mais pas que ça, soutient Pascal Gastien, qui l’a coaché à Niort en L2 de 2012 à 2014. Je lui reprochais même un peu de suffisance. »

Talonnade dans sa surface de réparation

Aussi surprenant que cela puisse paraître pour un défenseur à la réputation rustre, c’est une caractéristique qui revient souvent à son endroit. « Je me souviens d’un de ses premiers matchs sous le maillot lavallois à Guingamp en Coupe de la Ligue, raconte Philippe Hinschberger, son entraîneur chez tes Tangos. Il évoluait au poste de latéral gauche, il avait voulu faire un geste technique inapproprié dans sa zone et il y avait eu but derrière… » Gastien se rappelle, lui, « d’une talonnade à son gardien pour chambrer l’avant-centre à Châteauroux » qui avait eu des conséquences fâcheuses. 

Gourvennec fait son mea culpa sur le cas Pallois

Depuis son arrivée au FCN en 2017 - sur recommandation de Claudio Ranieri -, le natif d’Elbeuf, âgé de 31 ans, a plus souvent convaincu que déçu. Sa mise au placard en début de saison sous l’ère Cardoso n’était pas étrangère aux mauvais résultats. « Quand il est concentré, je ne vois pas qui peut lui poser des problèmes », encense Pascal Gastien. A son arrivée à Nantes en octobre, Vahid Halilhodzic l’a assez vite remis dans le circuit et en a fait au fil du temps un titulaire indiscutable et indispensable. « C’est un garçon solide, appliqué, discipliné. Il réalise des super matchs depuis un moment », confiait début février coach Vahid.

A Bordeaux, Jocelyn Gourvennec a fait amende honorable sur le cas Pallois. En 2017, le technicien actuel de Guingamp a mis son veto en disant à ce moment-là à un des membres de la direction : « Si vous lui offrez une prolongation de quatre ans, il va s’asseoir dessus et se reposer là-dessus. Il se bougera beaucoup moins. » Quelques semaines plus tard, il s’est rendu compte de son erreur car sa défense Jovanovic-Toulalan a pris l’eau et lui avec. Après son limogeage, il avait ainsi reconnu son erreur : « Dans les moments difficiles, le caractère de certains partants nous a manqué. Pour Pallois, je m’en veux. J’aurais dû insister pour qu’il reste. Son association avec Toulalan, que j’avais envie de voir derrière, était intéressante. Le tandem Jovanovic - Toulalan n’a pas été solide. »

« Un mec adorable, attentionné »

Tout au long de sa carrière, Pallois – salarié d’une entreprise de menuiserie avant d’être footballeur pro – a souffert de cette image de joueur « qui a l’air un peu bourrin », selon Hinschberger. « Il a l’air pataud, s’esclaffe Julien Cazarre. Pallois, rien que son nom. Tu n’imagines pas Messi s’appeler Pallois. Il est Pa… llois, t’es de Pau et t’es rugbyman ! » Et pourtant, « il a toutes les qualités modernes du défenseur central, estime l’ancien coach de Laval. Il prend de la place, ce n’est pas quelqu’un de pas rapide ». « Il a des qualités d’appui et de puissance étonnantes », corrobore Gastien, qui avoue néanmoins l’avoir beaucoup secoué au quotidien à Niort pour qu’il gagne en concentration.

Humainement, les témoins décrivent « un mec adorable, attentionné », selon Gastien, « un peu ronchon quand il ne joue pas », pour Hinschberger. « Une bonne personne », dit-on au FCN. De simple, de calme, de posé. Aux antipodes du « sauvage » caricaturé par Cazarre et beaucoup d’autres.