Hommage à Sala: En réponse à la polémique des amendes, la Ligue se défend et se justifie

FOOTBALL Le FC Nantes a écopé d'une amende de 21.000 euros en tout pour les hommages à l'Argentin lors des réceptions de Saint-Etienne et Nîmes

David Phelippeau

— 

L'hommage à Sala avant la recontre Nantes-Saint-Etienne.
L'hommage à Sala avant la recontre Nantes-Saint-Etienne. — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP

Lorsque le communiqué est tombé, les commentaires peu amènes envers la Ligue de foot professionnel ont été légion. Mercredi soir, on a appris que la commission de discipline de la LFP a décidé d’infliger 16.500 euros d’amende au FC Nantes pour « usage d’engins pyrotechniques et jets d’objets » lors du match contre l’AS Saint-Etienne le 30 janvier, le premier disputé par les Canaris en L1 après la disparition de leur ancien attaquant argentin le 21 janvier au soir.

Une amende de 4.500 euros a aussi été infligée aux Canaris, pour les mêmes raisons, lors de la réception de Nîmes le 10 février, trois jours après l’officialisation de la mort d’Emiliano Sala. Lors de ces deux rencontres, les fans nantais avaient utilisé des fumigènes pour rendre hommage à l’Argentin.

Une sanction réduite par rapport au barème, 6.000 euros en moins

Mercredi, à la Commission, le FC Nantes avait plaidé le fait que les rencontres FCN-Saint-Etienne et FCN-Nîmes étaient des « matchs en hommage à Sala ». La LFP a expliqué dans un SMS envoyé à 20 Minutes qu’elle avait pris en compte l’argument du club nantais et réduit la sanction financière. « Après avoir entendu le FC Nantes, qui a déjà pris des mesures tangibles pour identifier les personnes qui ont allumé ces fumigènes, et apprécié le contexte particulier de la rencontre Nantes - Saint-Etienne, la commission de discipline de la LFP, qui agit en toute indépendance, a sanctionné le club d’une amende réduite par rapport au barème habituel. » Ce soir-là, 15 fumigènes ont été allumés. Selon le barème de la LFP, un fumigène coûte 1.500 euros. Le FCN aurait dû normalement payer 22.500 euros en tout au lieu de 16.500 euros infligés par la LFP mercredi soir, soit une «ristourne» de 6.000 euros.

La LFP en profite pour rappeler « l’utilisation d’engins pyrotechniques dans les stades est interdite par la loi, [ils] sont extrêmement dangereux [ils peuvent brûler jusqu’à 1.700 degrés] et provoquent chaque saison des blessures parfois très graves pour ceux qui les utilisent et les personnes à proximité ». Au FCN, « on subit la sanction », mais elle ne surprend pas plus que cela. « La LFP ne veut pas faire d’exception et ne veut pas ouvrir de brèches dans lesquelles certains pourraient s’engouffrer. »

En conclusion, l’instance a indiqué que les amendes « sont reversées à des associations via le programme RSE [Responsabilité sociale et environnementale] déployé par la LFP tout au long de la saison ».