FC Nantes: Miguel Cardoso sur un siège éjectable, mais cette fois-ci, au Celta Vigo

FOOTBALL Le Portugais, viré début octobre du banc nantais, a rebondi en Espagne, mais ce n'est pas simple du tout pour lui

David Phelippeau

— 

Miguel Cardoso, le 26 novembre dernier.
Miguel Cardoso, le 26 novembre dernier. — Javier Etxezarreta/SIPA
  • Miguel Cardoso est entraîneur du Celta Vigo en D1 espagnole depuis novembre.
  • Son bilan est très compliqué car il n’a gagné que 3 fois en 13 matchs (9 défaites).
  • Son avenir s’inscrit en pointillé au Celta.

Au bord du précipice. Cette saison, Miguel Cardoso a souvent le vertige. Après avoir été congédié du FC Nantes début octobre notamment pour insuffisance de résultats sportifs, l’entraîneur portugais se sait encore en danger au Celta Vigo (17e et premier non relégable, à 1 point du 19e). Son bilan sportif en Liga est du même acabit que celui qui lui avait valu d’être remplacé par Vahid Halilhodzic à Nantes : en 13 matchs de championnat, 9 défaites pour seulement 3 victoires (et 1 nul). « Certains médias espagnols estiment que c’est sa dernière chance ce week-end [samedi, 18 h 30] au Deportivo Alavès », raconte François David, journaliste chez beIN SPORTS en Espagne.

Fin janvier, après un revers (2-1) à Valladolid qui intervenait après 4 défaites, la presse hispanique avait déjà placé la tête du Portugais sur le billot, mais le Celta avait gagné (1-0) dans la foulée contre Séville… L’ancien coach nantais est en sursis actuellement ? « Beaucoup de joueurs sont derrière lui et le président et la direction sportive du club aussi, tempère Damien, suiveur du Celta Vigo (@CeltaVigoFrance). Les supporters, en revanche, grognent, mais c’est davantage la direction du club qui est visée… »

Les mêmes soucis dans le jeu qu’à Nantes ?

Alors qu’une frange de fans nantais - sans doute plus sous le charme du joli discours de Cardoso que du jeu pratiqué par les Canaris - soutenait le Portugais, les socios du Celta Vigo semblent faire preuve de moins de mansuétude vis-à-vis de leur coach. D’autant qu’hormis « deux ou trois premiers matchs peut-être prometteurs », selon Damien, le Celta ne convainc pas grand monde. « C’est le Nantes du début de saison, estime François David. Un jeu fait de petites passes, mais quand tu n’es pas le Barça, tu te fais flinguer. »

Damien n’a pas manqué beaucoup de matchs des Bleu Ciel et Blanc. Son constat est sans appel : « Il est venu avec des idées de jeu de possession, mais il n’y a aucune ou très peu d’intensité. A sa première conférence de presse, il avait insisté sur ses principes : presser haut, jeu de possession… Au final, le Celta a le ballon, mais souvent dans son camp. Il n’y a aucune verticalité dans le jeu. » Le suiveur et supporter du Celta se souvient d'« un jeu en triangle dans la surface de réparation très dangereux » ou « de diagonales fatales dans le dos du latéral souvent très haut » sur différents matchs.

Une préparation physique a priori mauvaise dont il n’est pas responsable

« La préparation physique insuffisante », « le recrutement de l’été dernier » et « le départ de joueurs importants [Castro Otto, Was, Fontas, Sergi Gomez] sur le plan défensif » ne peuvent pas être imputés à Miguel Cardoso et peuvent expliquer en partie son absence de résultats. « S’il ne prend pas des points dans les 2 ou 3 matchs, Cardoso ne devrait plus être là mi-mars… », conclut néanmoins Damien. Et peut-être connaître un deuxième limogeage en six mois.