Serena Williams, LeBron James... Pourquoi Ahmadinejad se met-il à tweeter sur le sport et le droit des femmes?

TWITTER Depuis quelques semaines, l’ex président iranien inonde Twitter de posts sur les valeurs véhiculées par le sport, les inégalités dans le monde… et le droit des femmes...

H. B.

— 

L'ex-président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad.
L'ex-président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad. — Hadi Mizban/AP/SIPA

Qu’est-il arrivé à l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad ? Depuis quelques semaines, l’ex-chef de l’Etat inonde Twitter de posts sur les valeurs véhiculées par le sport, les inégalités dans le monde… et le droit des femmes. Des sujets qui ont quelque peu dérouté les internautes, certains se demandant même si son compte n’avait pas été piraté.

Mahmoud Ahmadinejad est en effet connu pour avoir réprimé, lorsqu’il était au pouvoir, les militants démocratiques et féministes de son pays, et pour ses prises de position négationnistes et anti-sionistes. C’est aussi lui qui, en 2009, à interdit Twitter en Iran, une interdiction toujours en vigueur aujourd’hui mais qui ne l’a pas empêché de rejoindre le réseau social en 2017.

Serena Williams, LeBron James, Kaepernick…

Le sport est devenu le nouveau sujet de prédilection d’Ahmadinejad. L’ancien président iranien a commencé à tweeter sur ce sujet début août, apportant son soutien au basketteur américain LeBron James, en bisbille avec Donald Trump. « M.@realDonaldTrump. Je pense que tout le monde, particulièrement le président, doit aimer tout le monde et ne pas faire de différences. J’aime @KingJames #MichaelJordan @RaufMahmoud et tous les sportifs et je leur souhaite le meilleur. »

Dans un tweet début août, le président américain avait en effet suggéré que LeBron James était «idiot» et qu’il préférait Michael Jordan.

Quelques jours après, Mahmoud Ahmadinejad a décidé de voler cette fois-ci au secours de la championne de tennis Serena Williams. Il s’est exprimé sur la controverse autour de la tenue de la joueuse de tennis américaine, se demandant sur Twitter pourquoi le comité de l’Open français lui manquait de respect en ne lui permettant pas de le porter pendant la compétition. « Pourquoi le French Open manque-t-il de respect à Serena Williams ? Malheureusement, certaines personnes dans tous les pays, y compris le mien, n’ont pas compris le vrai sens de la liberté ».

Un tweet pour le moins ironique puisqu’en Iran, les femmes ne sont pas autorisées à porter ce qu’elles veulent. Elles sont obligées de porter le voile, le hijab, sous peine de se faire arrêter par la police religieuse.

Plus récemment, Ahmadinejad s’est laissé aller à un commentaire sur le championnat de football américain. Et il a apporté son soutien à Colin Kaepernick, footballeur qui avait mis un genou à terre pendant l’hymne américain pour protester contre le racisme et les violences policières. « La #NFL saison va commencer cette semaine, malheureusement une fois @Kaepernick7 de plus n’est pas sur une liste de la NFL. Même s’il est l’un des meilleurs quarterbacks de la Ligue ».

« Une nouvelle stratégie de communication »

Quand il ne tweete pas sport, Ahmadinejad parle aussi des inégalités dans le monde ou encore de la nécessaire participation de la société civile pour faire advenir les réformes politiques.

Selon le journaliste Steve Inskeep, Mahmoud Ahmadinejad n’est pas vraiment intéressé par le sport, le football américain ou les inégalités dans le monde. Selon lui, il s’agit « d’une nouvelle stratégie de communication faite pour détourner les critiques du terrible bilan des Droits de l’homme en Iran », explique le journaliste de The Atlantic, qui a déjà interviewé l’ex président iranien à deux reprises.

« Il diffuse ces pensées avec une critique acerbe des États-Unis, du capitalisme et des paroles aphoristes sur le pouvoir, l’élite et la justice », ajoute Steve Inskeep, qui fait également remarquer le paradoxe entre le nouvel engouement pour Twitter de l’ex chef de l’Etat iranien alors que la plateforme est toujours officiellement interdite en Iran.

Une interdiction qui, en tout cas, ne semble pas beaucoup déranger Mahmoud Ahmadinejad puisque ce dernier a récemment tweeté que malgré son emploi du temps chargé, il « gardera toujours le temps pour #Twitter ».