Iran: Mahmoud Ahmadinejad ne sera pas candidat à la présidentielle de 2017

PREISDENTIELLE L'ancien chef d'Etat iranien abandonne...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ex-président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad a jeté l'éponge pour l'élection présidentielle de 2017
L'ex-président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad a jeté l'éponge pour l'élection présidentielle de 2017 — Hadi Mizban/AP/SIPA

L’ex-président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad ne briguera pas un nouveau mandat. Il a jeté l’éponge pour l’élection présidentielle de 2017 après avoir été dissuadé par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

Mahmoud Ahmadinejad a annoncé sa décision de ne pas être candidat dans une lettre adressée à l’ayatollah Khamenei, rendue publique ce mardi par les médias iraniens.

« Pas dans l’intérêt du pays »

« En vous remerciant de vos déclarations importantes […] et pour mettre en œuvre votre souhait, je vous informe que je n’ai aucune intention de participer à la présidentielle de l’année prochaine », écrit-il.

Lundi, le guide suprême, sans jamais prononcer le nom de l’ex-président, avait déclaré : « Un certain monsieur est venu me voir, pour son propre intérêt et pour l’intérêt du pays, je ne lui ai pas dit de ne pas participer [à la présidentielle], mais que ce n’était pas dans l’intérêt du pays. »

>> A lire aussi : Des hommes se photographient en hijab par solidarité avec les femmes

« Cela provoquerait une bipolarisation nocive pour le pays » alors qu’il « a besoin d’unité, en particulier des forces croyantes et révolutionnaires », avait jugé l’ayatollah Khamenei.

Qui pour se lancer dans la course ?

Le retrait de Mahmoud Ahmadinejad intervient alors qu’un autre conservateur, Mohsen Rezaï, ancien chef des Gardiens de la révolution (armée d’élite du régime), a également annoncé lundi son retrait de la course présidentielle.

L’actuel président modéré Hassan Rohani, élu en 2013, devrait solliciter un dernier mandat de quatre ans auprès des électeurs.

>> A lire aussi : Téhéran exécute 20 personnes accusées de terrorisme

Les conservateurs tentent de s’unir pour soutenir un seul candidat face à Hassan Rohani.

Le maire de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, pourrait à nouveau se lancer dans la course, après avoir été déjà candidat à deux reprises, en 2005 et 2013.