Girondins de Bordeaux : «Le FCGB n’est pas un produit financier», les Ultramarines déploient des banderoles hostiles au rachat du club

FOOTBALL Le groupe de supporters bordelais a mené une nouvelle action ce vendredi matin pour interpeller l’opinion publique…

Clément Carpentier

— 

Les différentes banderoles installées par les Ultramarines.
Les différentes banderoles installées par les Ultramarines. — Les Ultramarines
  • Des banderoles ont été déployées notamment sur la rocade bordelaise.
  • Les Ultramarines sont très hostiles au rachat du club par un fonds d’investissement américain.
  • Ils réclament toujours un rendez-vous avec Alain Juppé.

Petite surprise ce vendredi matin pour les automobilistes de la rocade bordelaise. En plus des habituels panneaux sur l’état du trafic, ils ont découvert plusieurs banderoles sur les ponts surplombant l’axe routier. Des banderoles installées au petit matin par les Ultramarines pour dénoncer une nouvelle fois le rachat des Girondins de Bordeaux par un fonds d’investissement américain.

Comme lors du rassemblement avant le match de Ligue Europa face à La Gantoise, il y a une semaine, les messages lancés par le principal groupe de supporters bordelais sont très clairs : « Le FCGB n’est pas un produit financier », « King Street/GACP not welcome » ou encore « Club historique en danger ». L’objectif est clairement ce vendredi d’alerter l’opinion publique sur ce qu’il se passe autour du club bordelais.

Toujours dans l’attente d’un rendez-vous avec Alain Juppé

« On veut maintenir la pression », affirme Florian Brunet, l’un de leurs porte-paroles. Les Ultramarines veulent à tout prix obtenir un rendez-vous avec Alain Juppé pour se faire entendre. Le maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole est considéré par beaucoup comme le dernier obstacle à la vente du club. Un vote aura lieu le 28 septembre prochain devant le conseil d’administration de Bordeaux Métropole pour valider l’arrivée des Américains. Ces derniers devront d’ici là apporter des garanties financières sur leur capacité à payer le loyer du stade.

Si ce n’est pas le cas, le processus de vente pourrait très clairement en prendre un coup. Il y a une dizaine de jours, Alain Juppé affirmait à 20 Minutes n’avoir « aucun commentaire » à faire pour l’instant sur ce dossier.

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: Manager, santé, style de jeu… Ricardo va vite devoir lever certains doutes

>> A lire aussi : Mercato Bordeaux: Karamoh et Cornelius vont rejoindre les Girondins en prêt

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: «Brigands internationaux», les Ultramarines fous de rage contre le futur repreneur