FC Nantes : Le mutisme de Randal Kolo Muani face au but doit-il inquiéter ?

LIGUE 1 L’attaquant nantais Randal Kolo Muani ne marque plus. Muet depuis quatre matchs, il n’en reste pas moins un élément important de l’effectif d’Antoine Kombouaré, qui lui accorde toute sa confiance

Pierre-Alexandre Aubry
— 
Malgré ses dificultés dans la finition, Randal Kolo Muani garde la confiance de son entraîneur.
Malgré ses dificultés dans la finition, Randal Kolo Muani garde la confiance de son entraîneur. — Thibaud Moritz
  • Depuis quelques matchs, Randal Kolo Muani a du mal à concrétiser ses occasions franches.
  • Une absence de but qui n’inquiète pas pour autant son entraîneur, Antoine Kombouaré.
  • Le FC Nantes reçoit Clermont ce samedi, à 17 heures. Le promu a encaissé 20 buts depuis le début de la saison. 

Son coup d’éclat face à Angers SCO a marqué les esprits. Lors de la victoire du FC Nantes (1-4), le 19 septembre, l’attaquant des Canaris, Randal Kolo Muani avait marqué la rencontre de son empreinte. Un coup de génie dans la surface adverse : grâce à un contrôle parfaitement orienté, il parvenait à mettre à terre deux défenseurs angevins, avant de crucifier Bernardoni. Le tout, avec une sérénité déconcertante, qui avait même bluffé Thierry Henry, au micro d’Amazon Prime. L’ex-attaquant des Gunners l’avait alors comparé à son ancien coéquipier nigérian : Nwankwo Kanu.

L’attaquant nantais inscrivait ainsi son deuxième but de la saison, accompagné d’une passe décisive. Mais depuis, le jeune espoir du FC Nantes de bientôt 23 ans est resté muet. En tout cas au niveau de son compteur buts. Ses face-à-face manqués contre Troyes puis le week-end dernier à Bordeaux illustrent les difficultés actuelles de l’attaquant dans la finition. Lui qui a terminé sa première saison de Ligue 1 l’an passé avec un total de 9 buts.

« S’il ne marque pas et qu’on gagne nos matchs… »

De son côté, le coach nantais Antoine Kombouaré, n’est pas inquiet. « C’est comme l’équipe. Parfois, il y a des cycles positifs et ça marche. D’autres fois, ça peut être plus compliqué. Il faut être capable d’en parler et de travailler avec lui. Il ne faut pas que ce soit un problème. Le plus important, c’est qu’aujourd’hui on gagne. »

Le technicien du FCN, qui le considère comme un véritable attaquant – « dans l’axe »-, n’hésite pas non plus à le faire jouer parfois à droite. « C’est un joueur important pour nous, quel que soit son poste. » Quant au sujet de la finition de « RKM », Antoine Kombouaré rétorque : « Je préfère quand il marque des buts et nous fait gagner des matchs. Peu importe sa position. Mais si à la fin de la saison, il ne marque pas et qu’on gagne nos matchs, je signe de suite. »

Une façon de balayer d’un revers de manche le mutisme de Randal Kolo Muani ces dernières journées de Ligue 1. Il faut dire que le joueur reste précieux sur le front de l’attaque nantaise. Au pressing, dans la conservation du ballon, dans sa capacité à déborder… Car si son ascension (plutôt rapide) connaît une baisse de régime du point de vue statistique, Randal Kolo Muani n’en reste pas moins un jeune joueur plein de promesses. Des promesses à confirmer face à Clermont Foot ce samedi. Un promu qui encaisse beaucoup de buts : 20 depuis le début de la saison (17e défense du championnat). L’occasion pour Kolo Muani de retrouver son instinct de tueur, dans une Beaujoire qui ne demande que ça.