Ligue Europa : L'OM « se réserve le droit de porter plainte » après les cris racistes entendus face à la Lazio contre Dieng

RACISME Des cris de singe auraient à nouveau été entendus en Italie, à la Lazio cette fois, lors du match de Ligue Europa de l’OM jeudi soir

A.L.G. avec AFP
— 
Des fans de la Lazio s'en seraient pris au jeune Dieng lors du match contre l'OM jeudi soir.
Des fans de la Lazio s'en seraient pris au jeune Dieng lors du match contre l'OM jeudi soir. — Filippo MONTEFORTE / AFP

L’Olympique de Marseille a indiqué jeudi soir qu’il se réservait le droit de « porter plainte » à la suite de « présomptions » de cris racistes émanant du public de la Lazio Rome lors du match de Ligue Europa au Stadio Olimpico (0-0). « Suite à la présomption de cris racistes à l’encontre de nos joueurs, le club rappelle qu’il condamne fermement toute forme de discrimination. L' OM se réserve le droit de déposer plainte dans l’hypothèse où l’UEFA viendrait à confirmer ces graves accusations », a affirmé le club sur Twitter.

Plusieurs journalistes présents à Rome ont affirmé après la rencontre avoir entendu des cris de singe émaner de la tribune des fans de la Lazio, visant notamment l’attaquant sénégalais Bamba Dieng, entré en cours de match. Interrogés en conférence de presse, ni l’entraîneur Jorge Sampaoli ni le gardien Pau Lopez n’ont confirmé avoir entendu de tels cris racistes.

Le foot italien et le racisme, épisode 34.987

Le portier espagnol a expliqué qu’il ne s’était « pas rendu compte ». « C’est vrai que quand Dieng avait le ballon, il a été un peu sifflé, mais je ne pense pas que c’était fait expressément. Cengiz Under et moi, qui avons été joueurs de la Roma, on a été sifflés aussi ce soir, je pense que c’était de la même façon, pas différemment à ce sujet-là », a-t-il développé.

La Lazio, qui a la réputation d’avoir des tifosi résolument fascistes, a déjà été sanctionnée (amendes, fermetures de tribunes…) dans le passé par l’UEFA et la Fédération italienne pour le comportement de ses supporteurs. Les incidents racistes sont récurrents dans les stades italiens : le Belge Romelu Lukaku, l’Ivoirien Franck Kessié, le Brésilien Dalbert ou l’Anglais Ronaldo Vieira en ont déjà été victimes, comme le Français Mike Maignan cette saison.