Ligue Europa : Glen Kamara (Glasgow Rangers) victime de racisme à Prague dans un stade rempli d’enfants

FOOTBALL Le club écossais va saisir l’UEFA après le match de jeudi soir sur la pelouse du Sparta Prague

20 Minutes avec AFP
— 
Glen Kamara met un genou à terre contre le racisme avant le coup d'envoi du match entre son équipe des Glasgow Rangers et du Sparta Prague, jeudi soir dans la capitale tchèque.
Glen Kamara met un genou à terre contre le racisme avant le coup d'envoi du match entre son équipe des Glasgow Rangers et du Sparta Prague, jeudi soir dans la capitale tchèque. — Petr David Josek / AP / Sipa

Glen Kamara a été victime d’insultes racistes jeudi soir, sur la pelouse du Sparta Prague. Lors d’un match de Ligue Europa perdu par les Glasgow Rangers (1-0), le milieu finlandais de la formation écossaise, dont les parents sont d’origine sierra-léonaise, a été visé par les supporteurs du club tchèque. Les Rangers ont annoncé vendredi qu’ils allaient saisir l’UEFA. Le 18 mars, Kamara (25 ans) avait été ciblé par le défenseur du Slavia Prague Ondrej Kudela, qui avait été suspendu pendant 10 matchs.

Ce n’est pas la première fois que les fans du Sparta sont associés à ce type d’incident : en août, le milieu de terrain de l’AS Monaco Aurélien Tchouaméni avait été la cible de cris racistes lors de la victoire des Monégasques dans la capitale tchèque, en match de qualification pour la Ligue des champions.

10.000 supporteurs, en grande majorité des enfants

Sanctionné par l’UEFA, le Sparta devait d’ailleurs jouer le match contre les Rangers à huis clos. Mais l’instance du foot européen a finalement autorisé la présence d’environ 10.000 supporteurs, dont la plupart étaient des enfants.

Kamara a été exclu jeudi après avoir reçu un deuxième carton jaune. Juste après le match, l’entraîneur des Rangers Steven Gerrard avait avoué ne pas s’être rendu compte de l’hostilité du public envers son joueur.

« Les sanctions ne sont pas suffisantes »

« J’ai pris conscience [de l’incident] après avoir revu le match avec le son des tribunes, et je suis assez surpris de ne pas m’en être rendu compte sur le moment », a déclaré l’ancien capitaine des Reds. « J’ai parlé à Glen Kamara et cette conversation va rester privée. Glen va bien, a-t-il ajouté. Il y a des centaines de milliers de gens, peut-être même plus, qui sont déçus et frustrés parce que ce problème arrive trop souvent et malheureusement les sanctions ne sont pas suffisantes. »

L’avocat de Kamara, Aamer Anwar, a de son côté affirmé que « Prague [avait] un sérieux problème avec le racisme ». « Comme d’habitude l’UEFA est invisible. »

Dans un communiqué, le Sparta Prague a qualifié ces déclarations de « désespérantes » : « Son activisme et son harcèlement en ligne devraient faire l’objet d’une procédure en Ecosse », a estimé le club tchèque, qui a également regretté que les enfants qui ont assisté à ce match soient présentés comme les auteurs d’actes racistes. « C’est absolument incroyable qu’après un match on doive voir des enfants innocents attaqués et accusés sans raison de racisme. Insulter les enfants sur Internet et dans les médias est inacceptable, ridicule et triste », a regretté le Sparta.