Mort d’Emiliano Sala : « Ne dis rien à personne », des SMS de David Henderson révélés lors du procès

PROCES L'homme qui devait initialement piloter l'avion transportant le joueur à Cardiff est actuellement jugé au pays de Galles

N.C. avec AFP
— 
David Henderson, qui a organisé le vol qui devait amener Emiliano Sala à Cardiff, est jugé au pays de Galles en octobre 2021.
David Henderson, qui a organisé le vol qui devait amener Emiliano Sala à Cardiff, est jugé au pays de Galles en octobre 2021. — Dimitris Legakis/Athena Pictures/SIPA

Le parquet britannique a reproché mardi à l’homme accusé d’avoir organisé le vol ayant transporté Emiliano Sala, mort dans le crash de l’avion en 2019, d’avoir été motivé par l’appât du gain au mépris de la sécurité, embauchant un pilote qu’il savait non qualifié. David Henderson, 67 ans, est jugé à Cardiff pour avoir agi d’une manière imprudente ou négligente susceptible d’avoir mis en danger l’avion dans lequel l’attaquant argentin du FC Nantes voyageait pour rejoindre le club de Cardiff, où il venait d’être transféré.

« M. Henderson, en tant qu’opérateur, a organisé » les vols aller et retour entre Nantes et Cardiff en janvier 2019, a expliqué aux jurés le procureur Martin Goudie. Ces deux vols « ont été organisés parce que c’était dans son intérêt financier », a-t-il affirmé, et « il a ignoré certaines exigences (de sécurité) lorsque cela l’arrangeait, lui et ses intérêts commerciaux. »

Selon Martin Goudie, l’accusé, surnommé « le pilote fantôme », devait initialement piloter l’appareil, qui s’est abîmé dans la Manche le 21 janvier 2019. Mais, occupé, il avait fait en sorte que David Ibbotson, pilote de 59 ans dont le corps n'a pas été retrouvé, prenne sa place. Le procureur a accusé le sexagénaire d’avoir ainsi agi par négligence « en utilisant un pilote » dont il savait pertinemment qu’il « n’était ni qualifié ni compétent pour effectuer ces vols ».

En effet, « M. Ibbotson n’avait pas de licence de pilote commercial, sa qualification pour (ce) type d’avion avait expiré en novembre 2018 et il n’était pas compétent pour voler dans les conditions météorologiques que M. Henderson savait que ces vols pourraient rencontrer », a souligné Martin Goudie.

« Boite de pandore »

David Henderson avait bien été averti d’inquiétudes concernant les compétences d’Ibbotson, mais il les avait balayées, écrivant au pilote dans un SMS que le seul « prérequis était la volonté d’écouter et d’apprendre ». « Nous avons tous les deux la possibilité de nous faire de l’argent », avait-il aussi envoyé au pilote décédé, dans un texto lu par le procureur, « mais pas si nous contrarions les clients ou si nous attirons l’attention de la CAA », l’organisme qui réglemente l’aviation civile au Royaume-Uni.

Quelques heures après le crash, l’accusé avait envoyé des messages à plusieurs personnes leur demandant de « se taire » et suggérant que l’incident ouvrirait « toute une boîte de Pandore », a fait savoir le procureur aux jurés. Le 21 janvier 2019, à 21h41, Henderson écrit ainsi au mécanicien David Smith : « Le Malibu a disparu en rentrant de France. » Quelques minutes plus tard, il complète : « Ne dis rien à personne. »

Deux semaines de procès

« Ibbo a fait s’écraser le Malibu et s’est tué avec le passager VIP ! Sacré désastre. Il y aura une enquête », a-t-il aussi envoyé le lendemain à la personne qui s’était inquiétée des compétences du pilote. Celui-ci a perdu le contrôle de l’appareil, qui s’est ensuite brisé en vol, lors d’une manœuvre effectuée à une vitesse trop élevée, « probablement » destinée à éviter le mauvais temps pour pouvoir voler à vue, avait affirmé en mars 2020 le rapport définitif du bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB).

Le corps du joueur de 28 ans, dont la disparition avait ému le monde du football, avait été retrouvé dans la carcasse de l’appareil, plus de deux semaines après l’accident, à 67 mètres de profondeur. Sa dépouille avait été rapatriée en février 2019 en Argentine. Le procès, qui a commencé lundi avec la sélection des jurés, doit durer deux semaines.