Mort d'Emiliano Sala: La personne arrêtée est le «pilote fantôme» David Henderson

DRAME L’Anglais de 64 ans, soupçonné d’homicide involontaire, devait piloter l’avion mais n’est jamais monté dedans

B.V.

— 

Le poster de Sala à la Beaujoire.
Le poster de Sala à la Beaujoire. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

C’est l’un des plus grands mystères autour de la mort d’Emiliano Sala. Pourquoi David Henderson n’est pas monté dans l’avion qu’il devait à l’origine piloter ? Visiblement, la police anglaise se pose aussi la question puisque l’Anglais de 64 ans, arrêté puis relâché, est soupçonné selon le Times of London d'homicide involontaire. C’est ce média britannique qui annonce que le « pilote fantôme » est bien la personne arrêtée mercredi dans le cadre de l’enquête sur le crash de l’avion qui transportait le footballeur Emiliano Sala de Nantes à Cardiff, le 21 janvier 2019.

« Nous avons mené une vaste enquête sur les circonstances de la mort de M. Sala et continuons de travailler avec des agences partenaires, notamment l’autorité de l’aviation civile, a expliqué dans un communiqué mercredi soir Simon Huxter, inspecteur-détective de la police du Dorset. Dans le cadre de cette enquête, nous devons déterminer s’il existe des preuves de soupçon de criminalité et, à la suite de nos enquêtes, nous avons arrêté un homme de 64 ans de la région du North Yorkshire soupçonné d’homicide involontaire. »

Un ou deux pilotes sur le tarmac ?

Cet homme est donc David Henderson, pilote expérimenté mandaté par l’agent de joueurs Willy McKay pour prendre les commandes du vol. Ce qu’il ne fera jamais. Selon nos informations recueillies à l’époque des faits de sources aéroportuaires, c’est au dernier moment qu’Henderson aurait finalement laissé les commandes de l’avion à Dave Ibbotson, pilote dont le corps n’a jamais été retrouvé et pas habilité à diriger cet avion.

« Trois personnes ont bien passé les différents barrages à l’aéroport Nantes-Atlantique, écrivions-nous le 23 janvier. Ils ont tous les trois rejoint le tarmac. Un seul pilote est toutefois monté dans l’avion, Dave Ibbotson, qui n’était donc pas prévu initialement sur le vol. Le troisième homme, dont le registre de vol indique qu’il pourrait s’agir d’un certain Dave Henderson, pilote très expérimenté, n’est pas monté dans l’avion. Pourquoi n’a-t-il finalement pas pris place dans l’appareil ? Mardi, Dave Henderson a posté un message sur son compte Facebook en précisant qu’il était bien vivant. Ce mercredi matin, sans doute harcelé, il a désactivé son compte. Plusieurs de ses proches ont assuré à la BBC qu’il ne s’agissait pas de lui et qu’il n’était pas à Nantes – ni en France – lundi. »

Henderson a payé les frais d’Ibbotson à Nantes

Ce qu’il a par la suite réitéré dans une interview donnée à Ouest-France. « Je ne suis pas venu à Nantes depuis un an », a-t-il soutenu avant de préciser qu’il ne pouvait expliquer comment sa carte d’identité avait été contrôlée autrement que par « une erreur ». Il assure, par ailleurs, qu’il avait proposé la semaine précédente à David Ibbotson d’aller passer « le week-end » à Nantes pour le remplacer. Un enquêteur explique à Ouest-France que les caméras de surveillance sur le tarmac montrent bien « Ibbotson et Sala, avec leurs valises, en train d’attendre avant le décollage […] et il n’y a aucune autre personne avec eux. » Le mystère autour de la présence ou non de David Henderson à Nantes reste donc épais.

Le Times ajoute que Henderson a réglé tous les frais d’Ibbotson dans la ville française car ce dernier avait perdu sa carte de crédit, ce qui ne confirme ni n’infirme sa présence à Nantes avant le funeste vol, puisqu’il a pu transmettre ses coordonnées bancaires à distance. Ce que l'agent Willy McKay avait lui-même expliqué à Ouest-France : « Ibbotson a égaré sa carte de crédit avant de partir et ne pouvait pas régler ses frais d’hôtel et de taxes sur place. »

Plusieurs fois contacté par 20 Minutes, David Henderson n’a jamais répondu à nos sollicitations. Il est aujourd’hui soupçonné par la police britannique d’avoir commis un « acte illégal » dans le cadre de vol. Libre, il reste sous le coup d’une enquête.