Bordeaux-Nantes : Pourquoi Kombouaré a-t-il raison de devenir gourmand avec ses Canaris ?

FOOTBALL Auteur d’une nouvelle prestation solide, le FC Nantes s’installe dans la première partie du classement

Clément Carpentier
— 
Antoine Kombouaré avec son ailier Moses Simon.
Antoine Kombouaré avec son ailier Moses Simon. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Les Canaris ont arraché un très bon match nul (1-1) face aux Girondins lors de la 10e journée de Ligue 1.
  • Ils confirment leur renouveau (une défaite sur les cinq derniers matchs) et ne sont finalement qu’à deux points du podium.
  • Avec un état d'esprit retrouvé et une équipe plus mature, les Nantais peuvent espérer bien mieux que le maintien cette saison. 

Au Matmut Atlantique,

Alors bien sûr tout est loin d’être parfait ! Le bateau tangue encore beaucoup parfois. Le capitaine Pallois est souvent obligé de le remettre hors de l’eau, quelques fois de façon irrégulière, mais il ne coule plus ! Et rien que pour ça, les Canaris doivent s’en satisfaire. Ce dimanche dans un Matmut Atlantique plein à craquer à l’occasion des 140 ans des Girondins, ils n’ont pas lâché. Même quand le stade a explosé après l’ouverture du score de l’attaquant bordelais Hwang. Les coéquipiers de Pedro Chivirella ont gardé la tête haute et le milieu espagnol a fini par les récompenser pour arracher un nul logique en terre bordelaise (1-1) lors de cette 10e journée de Ligue 1.

Mais comme vous le savez, l’appétit vient en mangeant et celui d’Antoine Kombouaré est particulièrement grand :

« Je suis déçu sur le score. Pour moi, c’est deux points de perdus aujourd’hui. Ça me paraît invraisemblable de prendre un contre à l’extérieur. Et nous, on a eu beaucoup de situations après une entame compliquée. »

Pas faux. Si ses joueurs ont souffert dans la possession (60/40), ils ont cadré sept tirs contre un seul pour les Girondins. Et chaque équipe a touché la barre. Au final, peu importe. Ce n’est pas forcément le résultat qu’il faudra retenir du côté du coach des Canaris mais bien le contenu. Plus précisément, l’attitude et l’état d’esprit de son groupe.

« Une équipe aujourd’hui plus mature et surtout qui en veut plus »

A Bordeaux, les Nantais ont confirmé leur renouveau. Une seule défaite sur les cinq derniers matchs, pour trois victoires et un nul. Tout ça pour une place dans la première partie de tableau. Avec un bon gardien (Lafont), deux défenseurs centraux (Girotto et Pallois) qui rattrapent pas mal de coups et des ailiers de feu (Kolo Muani, Bukari, Simon…), les Canaris ont un beau petit potentiel. « C’est vrai que ça fait du bien d’être plus au haut dans le classement, avoue le défenseur Sébastien Corchia, c’est sûr qu’avec la saison très compliquée de la saison dernière, on essaie de ne pas faire les mêmes erreurs. Après la saison est longue et là on a un match contre Clermont qui va être super important. »

La sinistrose des derniers mois s’éloigne au fil du temps. Les têtes vont un peu mieux. Antoine Kombouaré tient peut-être quelque chose :

« J’avais demandé aux joueurs de montrer de la personnalité, du caractère et ils l’ont fait. C’est ce que j’aime, c’est ce que je veux voir de mon équipe. Il faut montrer de la révolte. A Reims, on avait coulé, là non ! »

Alors pourquoi pas aller voir plus haut… Au classement, les Nantais sont tout simplement à deux points du podium après dix journées. Qui l’eut cru ? Le Kanak sent bien qu’il a sous la main « une équipe aujourd’hui plus mature et surtout qui en veut plus ». « Ça me donne envie d’être encore plus exigeant avec les joueurs, lance-t-il. Je veux avoir des joueurs ambitieux ! » Ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas entendu ce discours à Nantes.