FC Nantes: Vente, Vahid, projet de stade, mercato... Franck Kita prend (enfin) la parole

FOOTBALL Ce jeudi, le directeur général délégué du FCN – qu'on entend peu – a passé en revue les dossiers chauds de l'été

David Phelippeau

— 

Franck Kita, DG du FCN.
Franck Kita, DG du FCN. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Apès la présentation de Dennis Appiah, Franck Kita a échangé avec les médias ce jeudi midi.
  • Le directeur général délégué est évidemment revenu sur la vente avortée du club et a affirmé que le dossier était bien refermé.
  • FK a aussi parlé mercato et annoncé l'arrivée d'une troisième recrue ce week-end.

Comme un symbole. L’entraîneur Vahid Halilhodzic toujours silencieux, c’est Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, qui a lancé la saison ce jeudi midi. Le discours d’un futur président peut-être ? « Ce n’est pas d’actualité aujourd’hui… », a lancé FK pour évacuer un sujet qui devrait revenir sous peu sur le tapis, Waldemar Kita ayant envie de prendre un peu de recul. Vente, avenir de coach Vahid, projet de stade, mercato… Pendant près de 50 minutes, dans une chaleur étouffante, Franck Kita – qui a fixé comme objectif « un top 10 » en Ligue 1 et faire « quelque chose en Coupe » – a passé en revue les dossiers chauds du moment.

Un processus de vente « définitivement terminé »

Depuis plusieurs mois, on a été approché par une société qui souhaitait racheter le club. Au fur et à mesure des nombreux retours qu’on a eus, des négociations, les parties se sont un rapprochées. Ce sont des dossiers très compliqués, où il y a une certaine manipulation et pression politique. A la fin, on nous a d'ailleurs poussés à faire appel à la DNCG, mais comme on n’avait pas de garanties suffisantes, on a préféré de nous-mêmes arrêter le processus. On a même été relancé [par le fonds d’investissement mardi, le jour de l’arrêt des négociations], mais aujourd’hui, je peux vous dire que c’est définitivement terminé.

Le FCN toujours à vendre?

On n’a pas envie de mener de plus amples négociations avec ces repreneurs [Kosmo Holding, un fonds d'ivestissement suisse]. La saison reprend et nous allons poursuivre nos projets. On n’a aucunement envie de vendre, mais on est toujours attentif à toutes les opportunités. Et il faudra que le projet soit sérieux et viable.

Un projet de stade pas abandonné

Il y a toujours un projet de rénovation pour la Beaujoire. J’estime que c’est dommage de mettre des millions d'euros pour rénover une enceinte qui ne peut plus rien accueillir en termes de compétition internationale et alors que nous avons un projet de stade entièrement privé [la mairie y a mis fin en février]. Cet argent doit plutôt être donné au foot amateur. Notre projet de nouveau stade doit rebondir. On ne peut pas rester comme ça. Il faut des infrastructures nouvelles, c’est tellement évident aujourd’hui. La concurrence est mieux armée que nous. On a beaucoup de soutien économique, politique. On a eu des approches de communes un peu partout car tout le monde est prêt à accueillir un tel projet.

Vahid Halilhodzic confirmé sur le banc

Il y a eu des crispations et des tensions la saison dernière, mais c’est normal car on a vécu une saison incroyable. Dans une période inédite, on n’a pas toujours les bons mots ou on ne prend pas toujours les bonnes décisions. Mais, le coach Vahid nous a sortis de la galère et il fait du bon travail. Là, on part sur une nouvelle saison. La phrase qu’il a dite hier à un supporter [«Aujourd’hui, je suis là, demain, je ne sais pas c’est de l’humour »], c’était de l’humour. Il travaille très bien. On a eu de bons résultats. Il y a un effectif qui est là, des joueurs qui vont arriver. Il y a déjà eu deux recrues, il y en aura une troisième ce week-end. Bien sûr, Vahid Halilhodzic sera sur le banc à Lille [lors de la première journée].

Quelques dossiers chauds du mercato

Avec le dossier de la vente, on a perdu de l’énergie, mais pas du temps pour le mercato. C’était impossible à la reprise qu’il y ait tout l’effectif et toutes les recrues. On n’est pas tributaires de ventes pour acheter. On souhaite garder Valentin Rongier. C’est notre capitaine… La porte n’est pas ouverte, elle est entrouverte. C’est normal qu’il soit approché, mais il ne partira pas n’importe où. Toutes les parties doivent être satisfaites s’il quitte le club. Il n’y aura pas de bras de fer. Quant à Majeed Waris, le coach, qui a une vision de manager à l’anglaise, nous a dit qu’on ne pouvait pas aller plus loin sur ce joueur [option d’achat à 6 millions d’euros].

Un FCN à l’étroit à la Jonelière

Le fait que les filles soient montées en Ligue 2 [en main dernier] nous pénalise énormément. On est très heureux, mais très pénalisés au niveau infrastructure. Les filles doivent être équipées comme les hommes. On adore le centre d’entraînement, mais on est bloqués car il nous faudrait des terrains en plus, des bâtiments en plus, et sur le site actuel [de la Jonelière], il n’y a aucune solution. Notre académie est bloquée, on risque de descendre d’une catégorie [le FCN devrait rester au moins jusqu’en 2022 en catégorie 1A, mais ne peut pas grimper en label prestige]. On prospecte pour un terrain dans le grand Nantes [pour un centre d’entraînement], mais on aimerait être plus soutenu, aidé…