FC Nantes: La famille Kita renonce à vendre le club

FOOTBALL Les négociations ont été stoppées ce mardi

David Phelippeau

— 

Waldemar Kita et son fils, Franck.
Waldemar Kita et son fils, Franck. — AFP

Et ça a fait pschitt. Rebondissement dans le rachat du FC Nantes par un fonds d’investissement, représenté par Benjamin Leigh Hunt. Ouest-France annonce ce mardi après-midi que le processus de vente est annulé. « Les négociations sont stoppées », a confirmé à 20 Minutes un proche du dossier. 

Un acheteur incapable « de produire un dossier complet à la DNCG »

Dans un communiqué publié ce mardi, le club nantais explique : « Le président du FC Nantes M. Waldemar Kita constate que le fonds d’investissement anglais LFE Football Group Limited qui s’était spontanément présenté comme candidat au rachat du club ne présente pas le minimum de garanties bancaires exigées par les instances du football professionnel (DNCG) pour poursuivre une discussion. En conséquence, Waldemar Kita, conscient des enjeux ne peut pas poursuivre des discussions avec ce fonds qui est dans l’incapacité de produire un dossier complet à la DNCG. »

Puis il explique : « Waldemar Kita réaffirme son attachement au FC Nantes, à ses joueurs, à ses salariés et à ses supporters et ne laissera jamais l’avenir du club dans les mains de candidats qui n’assument pas leurs responsabilités et dont le sérieux et la crédibilité ne sont pas garantis. Le FC Nantes est une institution que Waldemar Kita continuera de construire avec passion dans la continuité des 76 ans de l’histoire du club. »

Un coup de pression sur le fonds de la part des Kita?

Les tractations pour un rachat avaient débuté en février entre le FC Nantes et ce fonds d’investissement. Un accord aurait même été trouvé à hauteur de plus de 100 millions d’euros. Un rendez-vous devant la DNCG était prévu ce mardi, mais il avait été annulé en fin de semaine dernière car il manquait des documents. Il y a encore quelques jours, des proches du dossier indiquaient pourtant à 20 Minutes que le processus était « en très bonne voie ». C'est d'ailleurs pour cette raison que ces derniers se demandent si ce renoncement de la famille Kita ne s'apparenterait pas à un coup de pression mis à l'acheteur, avec lequel il y aurait eu un différend sur le timing du déblocage des fonds. 

Selon les informations de 20 minutes récoltées ce mardi soir, un fonds d'investissement suisse du nom de Kosmo Holding, aussi représenté par Benjamin Leigh Hunt, aurait été au centre des discussions. Un élément qui obscurcit encore davantage ce dossier.