FC Nantes-PSG: «Retarder le titre de Paris», les Canaris ne pensent qu'à ça

FOOTBALL Le PSG, extrêmement amoindri, peut être sacré champion de France s’il l’emporte à la Beaujoire mercredi soir (19 h)

David Phelippeau

— 

Diaby pourrait être titulaire et retrouver le Nantais Rongier mercredi soir.
Diaby pourrait être titulaire et retrouver le Nantais Rongier mercredi soir. — John SPENCER/SIPA
  • Le FC Nantes accueille, mercredi, en match en retard, un PSG, privé de nombreuses stars et touché après sa gifle (5-1) prise à Lille dimanche.
  • En cas de victoire, Paris sera sacré champion de France.
  • Compte tenu des absences, le FCN rêve de repousser l'échéance du sacre du PSG.

C’est quand même le moment idoine d’enquiquiner le PSG. Le soir idéal pour repousser encore de quelques jours le titre de champion de France du club de la Capitale. Le match parfait pour briser une série noire (18 matchs d’affilée en championnat sans succès) qui s’étire depuis la remontée du FCN en L1 en 2013. Ce mercredi soir (19 h), à la Beaujoire, en match en retard de la 28e journée, Nantes accueille un PSG, giflé (5-1) à Lille et handicapé par une kyrielle d’absents (Verratti et Bernat suspendus, Marquinhos, Thiago Silva, Meunier, Cavani, Neymar blessés ou en période de reprise et, enfin, Di Maria dans le groupe normalement après plusieurs semaines d'absence).

Il suffit d’une victoire aux hommes de Thomas Tuchel pour être sacré champion de France. « On aimerait bien retarder le titre de Paris, lance Abdoulaye Touré. Mais si on se fixe cet objectif, on peut vite déjouer. Le premier objectif sera de faire un bon résultat. Et à ceux qui disent que Paris sera champion à Nantes, on leur donne rendez-vous mercredi soir. » Le milieu de terrain nantais fait une allusion à certains médias parisiens qui, dès dimanche soir, affirmaient sans vergogne à l’issue de la déroute lilloise que le PSG allait donc remporter son 8e titre à la Beaujoire.

Halilhodzic craint beaucoup Mbappé

Hécatombe de blessures à Paris, équipe de Nantes en confiance après avoir battu (2-1) Lyon vendredi, maintien quasiment assuré pour les Canaris… Beaucoup de voyants sont au vert pour le FCN avant ce choc à domicile qui est prévu à guichets fermés depuis plusieurs semaines déjà (entre 33.500 et 34.000 supporters attendus). « Je vous le dirai après le match », lance, très prudent, l’entraîneur Vahid Halilhodzic, qui sera privé d’Eysseric et Mance, lorsqu’on lui demande si c’est le moment idéal de jouer les Parisiens. « Ils seront vexés, ils vont réagir, poursuit coach Vahid. Il y a toujours des joueurs de classe mondiale. Mbappé peut gagner à lui tout seul le match… Les Parisiens vont chercher à se racheter. »

Halilhodzic peut se targuer de bien connaître l’environnement du club de la Capitale même si ce dernier a sans doute bien changé depuis son passage sur le banc de 2003 à 2005. « Paris reste Paris. Après ce qu’il s’est passé dimanche soir, ça va causer un peu [sous-entendu au club et dans les médias]. Je connais. Paris, c’est l’image d’un grand champion… » Rêve-t-il de retarder la joie du titre de Tuchel et ses hommes de quelques jours ? « J’aimerais bien oui, sourit le technicien bosnien. Après, c’est facile à dire, mais il faut le faire… »