FC Nantes: «Les joueurs ne me remettent pas du tout en question», se défend Vahid Halilhodzic

FOOTBALL Avant la venue de Lyon à la Beaujoire, vendredi, l'ambiance s'est quelque peu tendue à la Jonelière, les joueurs ayant formulé lundi des reproches à leur coach

David Phelippeau

— 

Vahid Halilhodzic et Abdoulaye Touré.
Vahid Halilhodzic et Abdoulaye Touré. — FRANCK FIFE / AFP
  • Le FC Nantes (15e), qui accueille Lyon vendredi, n’a plus gagné un match de championnat depuis le 24 février.
  • Lundi, à la Jonelière, les joueurs ont adressé des reproches à leur entraîneur.
  • Vahid Halilhodzic réfute avoir été la cible des critiques de son groupe.

Il est urgent de gagner pour le FC Nantes. Les Canaris (15es), qui reçoivent Lyon vendredi à la Beaujoire (20 h 45), n’ont plus crié victoire en Ligue 1 depuis le 24 février et le derby de l’Atlantique ( 1-0 contre Bordeaux). « Le plus vite possible, il faut gagner un match, a insisté en conférence de presse l’entraîneur Vahid Halilhodzicce mercredi midi. Quand il y a des mauvais résultats, il y a du mécontentement, c’est normal. » Chez les supporters, du côté de la direction, mais chez les joueurs aussi. Et le mécontentement de ces derniers n’est pas lié seulement à la mauvaise série qui s’étire depuis presque un mois (4 défaites toutes compétitions confondues).

Lundi matin, au lendemain du morne revers (1-0) à Toulouse, les joueurs se sont d’abord réunis sans le staff pour mettre des mots sur ce qui ne va plus. Dans la foulée, quatre joueurs ont été reçus par l’entraîneur Vahid Halilhodzic. Des critiques lui ont été formulées. Les quatre « représentants » du groupe lui auraient reproché pêle-mêle son absence de remise en cause, son manque de souplesse (pas assez de repos notamment), des manques sur le plan tactique et de l’organisation de jeu.

Séance annulée par le coach mardi

En fin de matinée, le Bosnien a annulé la séance prévue mardi… Officiellement pour une raison très personnelle. Ou a-t-il cédé aux doléances de ses joueurs, qui disent avoir besoin de plus de plages de repos ? « Non, l’entraînement d’hier n’a pas été annulé à la demande des joueurs », s’est énervé le coach. Quelques minutes avant, il avait pourtant reconnu : « Il y a un peu de fatigue, mais c’est normal quand on joue tous les trois jours qu’il n’y ait pas beaucoup de repos. On me dit qu’on travaille trop. Les joueurs veulent plus de journées libres. Hier [mardi], je leur ai donné exceptionnellement un jour pour qu’ils puissent se reposer… »

Coach Vahid affirme qu’il n’y a aucun malaise avec les joueurs

L’entraîneur a nié par ailleurs avoir été la cible de reproches de ses joueurs lundi matin. « Je peux discuter avec eux. Avoir des échanges, c’est important. On ne peut pas faire plaisir à tout le monde. Moi, je suis là pour essayer de sauver l’équipe. Ce n’est pas interdit de discuter et on peut ne pas être d’accord. » Vahid Halilhodzic a glissé au passage un petit tacle à son groupe : « Partout, on revendique, c’est la mode. Pourquoi pas ? Avant, ils ne travaillaient pas assez avec l’entraîneur [ Miguel Cardoso licencié en début de saison], maintenant on travaille trop… […] Quand les résultats ne sont pas là, c’est normal qu’il y ait un peu de frustration. »

Avant d’ajouter : « Les joueurs ne me remettent pas du tout en question. Ils sont très contents de notre travail. Mes relations avec eux n’ont pas changé, et mon exigence est toujours la même. Non, le lien ne s’est pas dégradé avec le groupe… » Le Bosnien a cherché à dédramatiser l’épisode de lundi matin qui n’est pourtant pas anodin.

La suite de la saison ? « Je ne lâche pas, a asséné coach Vahid. Les joueurs non plus. Je ne dors pas bien, je vis très mal la situation. Il n’y a pas de problèmes, mais quand on ne gagne pas le premier responsable, c’est l’entraîneur. »