TFC-FC Nantes: Kita avait promis de «tripler la prime»? Sabordé par Girotto, le FCN a pourtant encore perdu

FOOTBALL Réduit à dix dès la 18e minute, le FC Nantes a concédé son quatrième revers d’affilée ce dimanche à Toulouse (1-0)

Nicolas Stival

— 

Le Nantais Andrei Girotto a été expulsé dès la 18e minute dimanche à Toulouse.
Le Nantais Andrei Girotto a été expulsé dès la 18e minute dimanche à Toulouse. — P. Pavani / AFP
  • Le FC Nantes, battu à Toulouse ce dimanche (1-0), se fait doubler par son adversaire du jour et glisse à la 15e place de Ligue 1.
  • L’expulsion logique d’Andrei Girotto dès la 18e minute a plombé son équipe.
  • Selon Vahid Halilhodzic, le président Waldemar Kita avait promis de tripler la prime en cas de victoire au Stadium.

 

Non, l’argent ne fait pas tout dans le football. Prenez le TFC-Nantes (1-0) de ce dimanche. « Le président avait fait la proposition de tripler la prime, a lâché Vahid Halilhodzic après le match. On était venus pour gagner. » Malgré l’initiative de Waldemar Kita, le FCN a concédé sa quatrième défaite de rang toutes compétitions confondues.

Désormais à quatre points derrière Toulouse, le 15e de Ligue 1 possède certes sept longueurs d’avance sur le barragiste caennais. Mais il s’agit maintenant de recevoir Lyon, troisième, puis l’intouchable PSG…

Ceci dit, Kita ne pouvait pas prévoir que son équipe allait se retrouver à dix dès la 18e minute, à la suite d’une très vilaine semelle d’Andrei Girotto sur le tibia de Max-Alain Gradel. Après recours au VAR, le Brésilien recevait son troisième rouge en deux mois, le sixième de la saison pour les Nantais. « On joue souvent à dix, on se fout dans la merde tout seul, pestait Nicolas Pallois, l’œil sombre. On dit des choses et ça ne vient pas. Déjà qu’à onze, ce n’est pas facile… »

Tatarusanu meilleur Nantais

« Désormais, on va commencer à dix et on va donner un penalty au départ, comme ça, ce sera réglé », ironisait Halilhodzic. Contesté ces dernières semaines, mais meilleur joueur de son équipe ce dimanche, Ciprian Tatarusanu a détourné le « péno » de Max-Alain Gradel (26e). Le portier roumain n’a en revanche rien pu faire sur la tête d’Issiaga Sylla, après une première tête de Christopher Jullien sur le poteau (55e).

Nantes a craqué alors qu’il a dominé la seconde période, à dix contre onze, après un premier coup de semonce signé Gabriel Boschilia (transparent par ailleurs), auteur d’un coup franc sur la transversale juste avant la pause. Mais Majeed Waris ou Valentin Rongier n’ont pas pu égaliser en fin de match. « On a trois ou quatre occasions qu’on ne peut pas rater, glissait l'entraîneur franco-bosnien. C’est rageant, frustrant, tout ce que vous voulez. »

Vahid et le VAR, pas le grand amour

Halilhodzic, qui a lancé le remuant milieu Samuel Moutoussamy à la place de Boschilia au retour des vestiaires, n’avait pourtant « rien à reprocher » à ses joueurs sur la seconde mi-temps. Il a surtout regretté des décisions du VAR « toujours contre nous », quatre jours après l'arbitrage contesté de François Letexier au Parc des Princes, en demi-finale de Coupe de France (3-0 pour Paris). « Cela devient pathétique », a-t-il lâché. Un peu comme la propension de son équipe à se saborder face à des adversaires qui sont pourtant tout sauf des foudres de guerre…