FreeBuds 4i : A 99 euros, les écouteurs de Huawei affichent un bon prix, mais pour quelle qualité ?

AUDIO Testés par « 20 Minutes », les nouveaux écouteurs True Wireless FreeBuds 4i de Huawei offrent un bon rapport qualité prix pour un équipement vendu moins de 100 euros

Christophe Séfrin

— 

Nous avons testé les écouteurs FreeBuds 4i de Huawei — 20 Minutes

Stars des ventes depuis l’arrivée des AirPods d’Apple, les écouteurs True Wireless nous font de l’œil pour trouver leur place dans nos oreilles. Avec ses nouveaux FreeBuds 4i, Huawei veut proposer des écouteurs 100 % sans fil avec réduction de bruit capables de séduire le plus grand nombre. Face à une concurrence exacerbée au sein de laquelle des ténors comme Apple, Sony, Jabra, ou Sennheiser jouent une belle partition, la nouvelle mélodie à prix serré du fabricant chinois peut-elle séduire ?

L'autonomie des FreeBuds 4i de Huawei peut atteindre jusqu'à 22 heures.
L'autonomie des FreeBuds 4i de Huawei peut atteindre jusqu'à 22 heures. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

« Accessibles, mais pas cheap »

Dépenser 99 euros pour des écouteurs True Wireless avec réduction de bruit active, c’est un bon prix. Généralement, il s’agit du tarif moyen d’écouteurs 100 % sans fil de qualité, mais basiques. « Avec les FreeBuds 4i, on va retrouver un concentré de qualité pour tous. Il s’agit d’écouteurs accessibles, mais surtout pas cheap », confie Huawei France à 20 Minutes.

Succédant aux FreeBuds 3i, les petits derniers gagnent en compacité. Leur petite tige très « AirPods like » est plus discrète, et leur boîtier de recharge s’est également aminci. Les FreeBuds 4i sont disponibles en blanc, en noir, mais aussi en rouge, la tonalité de cette dernière couleur rappelant farouchement celle de certains casques Beats Audio.

Jusqu’à 22 heures d’autonomie

Avec sa finition laquée, leur écrin est caressant. Doux au toucher, ce petit galet peut offrir aux FreeBuds 4i jusqu’à 22 heures d’autonomie (soit 10 heures sur une seule charge). Ce qui n’est pas mal. Les écouteurs plus cher font un peu mieux cependant, comme les Mode II de Marshall (179 euros/25 heures) ; les T5 II True Wireless de Klipsch (179 euros/24 heures) ou les True Wireless II de Sennheiser (299 euros/28 heures). Notons que les FreedBuds 4i se chargent en USB-C mais pas par induction. Dommage pour le constructeur de smartphones qui, avec ses Mate 20 Pro et P30 Pro, fut le premier à proposer des terminaux mobiles avec charge sans fil inversée. Ainsi, le dos de ces téléphones fait office de plaque de recharge pour des écouteurs compatibles…

Les FreeBuds 4i de Huawei ne sont pas adaptés pour une pratique sportive.
Les FreeBuds 4i de Huawei ne sont pas adaptés pour une pratique sportive. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Constat à l’usage : le joli revêtement coloré qui s’applique aux FreeBuds 4i les rend un peu délicats à extraire de leur boîtier. Les doigts peinent à s’emparer du premier coup des petits appendices très lisses qui glissent.

Les iPhone addicts peu à la fête

Si les écouteurs s’appairent automatiquement avec un smartphone Huawei (ils sont instantanément reconnus, comme les AirPods d’Apple avec un iPhone), il faut passer par un classique appairage Bluetooth avec une autre marque de mobiles. Sous Android, l’application Huawei AI Life servira ensuite de passerelle. Sous iOS, « il n’y a pas d’application à jour », indique Huawei. Cette guéguerre de clochers peut décourager les utilisateurs d’iPhone. A défaut d’investir dans des AirPods plus cher (à partir de 179 euros), ils risquent de ne pas vouloir confier leurs deniers à la paroisse Huawei…

Les FreeBuds 4i plus à l'aise avec un smartphone Huawei.
Les FreeBuds 4i plus à l'aise avec un smartphone Huawei. - HUAWEI

Une fois plantés dans les oreilles, les FreeBuds 4i ne bougent pas. Parfaitement maintenus, ils supportent allègrement les mouvements. Super pour aller courir dans un rayon de 10 km de chez soi ! Sauf que… les écouteurs n’affichent aucun indice d’étanchéité. On ne peut donc clairement pas les recommander pour une activité sportive.

De leur côté, les commandes des écouteurs sont tactiles, mais très limitées : un double tap sur l’une des tiges active la lecture, la mise en pause de la musique, ou la prise d’appels, tandis qu’un appui long module la réduction de bruit. Au choix : réduction active, réduction passive ou mode Tansparence, ce dernier étant particulièrement recommandé dans les transports.

Une réduction de bruit limitée

Télétravail oblige, nous n’avons pu tester la réduction de bruit des FreeBuds 4i dans le métro, le RER et encore moins en avion, comme nous le faisons d’habitude. Nous avons jeté notre dévolu sur les abords de l’autoroute A15, près de Paris, et pu constater que la réduction de bruit des écouteurs se faisait bien sentir, mais qu’elle restait assez limitée.

Les FreeBuds 4i disponibles en rouge, mais aussi noir ou blanc.
Les FreeBuds 4i disponibles en rouge, mais aussi noir ou blanc. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Même à 100 mètres de la voie, le va-et-vient des véhicules s’entend encore nettement. Au milieu d’un groupe d’ami (six personnes max, hein !), le bruit des conversations est également largement atténué, mais les pointes sonores, les voix plus perçantes, donc aiguës, restent encore intelligibles.

Un son clair, sans basses excessives

Musicalement, les FreeBuds 4i n’ont pas forcément à rougir face à des écouteurs vendus plus de 99 euros. Néanmoins, si le son diffusé est clair, précis, plutôt adapté à la plupart des répertoires, ils manque selon nous d’un peu de basses. Plusieurs fois, nous nous sommes ainsi surpris à vouloir enfoncer un peu plus les deux écouteurs dans nos oreilles pour tenter de décrocher artificiellement ce supplément de basses fréquences en jouant sur l’isolation passive des FreeBuds 4i. Rien de véritablement gênant, mais on trouve sur le marché des écouteurs True Wireless au même prix qui s’avèrent un peu plus musclés en graves, tels les Elite 65t de la marque Jabra, voire les Enco W51 d’Oppo.

Huawei, actuellement à la peine avec ses smartphones privés des services de Google pour cause d’embargo américain, veut s’affirmer sur d’autres types de produits. Ainsi, le constructeur chinois tente-t-il de se faire aussi un nom dans l’univers des écouteurs, des casques, des enceintes audio et des wearables (montres et bracelets connectés). C’est aussi dans le monde du PC que Huawei pourrait se différencier, comme avec ses nouveaux MateBook D16 et MateBook X Pro, deux nouveaux ordinateurs qui, en ce printemps 2021, possèdent de sérieuses prétentions.