VIDEO. Huawei Sound X: Un son d’orfèvre, mais une enceinte déconnectée des réalités

AUDIO Le géant de la téléphonie Huawei s’associe au fabricant d’enceintes français Devialet pour sa Sound X, une enceinte accessible au son magistral mais aux fonction trop limitées

Christophe Séfrin

— 

Huawei adopte le son français pour son enceinte Sound X — 20 Minutes
  • Dans la tourmente avec ses derniers smartphones comme le P40 privés des services de Google, Huawei se diversifie dans l’audio.
  • Le constructeur place aujourd’hui la barre assez haut en s’associant au français Devialet pour son enceinte Sound X lancée à moins de 300 euros.
  • Si le plaisir de l’écoute est véritable, la Sound X dissimule de nombreuses lacunes qui devront être comblées pour totalement convaincre.

C’est l’histoire d’une collab’. Où quand le géant mondial des télécommunications Huawei embarque le « petit » constructeur d’enceintes français Devialet dans l’aventure d’une enceinte de salon. Son nom : la Sound X. Et la voici débarquant sans crier gare dans nos contrées en plein mois de juillet.

Non, la Sound X n’est pas un clone de l’enceinte HomePod d’Apple, mais il n’est pas interdit d’imaginer que les ingénieurs de Huawei s’en sont inspirés. « Nous avons voulu jouer l’élégance avec un jeu de matières », revendique-t-on chez Huawei France qui lance sa Sound X à 299 euros. Cylindrique (28,8 cm de hauteur pour 16,5 cm de diamètre et pesant 3,5 kg), l’appareil à la finition noire laquée est une enceinte de salon Wifi et Bluetooth. Elle vient titiller Sonos et ses enceintes Play : 1 et Move ou encore Bose et son Home Speaker 500 sur le terrain du son de qualité au salon. Pour la faire fonctionner, deux options : le Wifi et l’application AI Life de Huawei, ou le Bluetooth. Les possesseurs de smartphones NFC appaireront la Sound X en un claquement de doigts.

Des haut-parleurs qui s’affolent

Les premiers sons joués sur la Sound X révèlent instantanément que l’enceinte a du coffre. Intégrant deux haut-parleurs de basses et six haut-parleurs large bande placés dans le bas de l’appareil en couronne, l’enceinte possède du mordant.

Deux haut-parleurs principaux sont montés dos à dos pour éviter les vibrations.
Deux haut-parleurs principaux sont montés dos à dos pour éviter les vibrations. - HUAWEI

Placés dos à dos (une technique qui neutralise les vibrations), les deux haut-parleurs principaux offrent des basses très profondes (jusqu’à 40 Hz) et s’affolent dès que l’on pousse le volume. Un évent sur le flan de la Sound X permet d’observer les mouvements saccadés de l’un des deux haut-parleurs dont le débattement peut atteindre jusqu’à 20 mm. Impressionnant.

Bluetooth pou Wifi pour écouter sa musique sur la Sound X.
Bluetooth pou Wifi pour écouter sa musique sur la Sound X. - HUAWEI

Durant nos tests, la Sound X a su démontrer son potentiel pour sonoriser une pièce à vivre de taille respectable. On module le volume soit depuis son smartphone, soit depuis la zone tactile et rétroéclairée située sur le sommet de l’enceinte. Le son produit est particulièrement chaleureux. Il manque sans doute un peu de finesse dans les hautes fréquences, mais l’espace est parfaitement rempli avec une bonne adaptation à la plupart des registres sonores. On déplore l’absence d’égaliseur dans l’application AI Life. Cela aurait permis de personnaliser la restitution audio. Mais à l’image de Bose, Devialet qui opère ici ne souhaite pas voir sa signature sonore dénaturée.

De nombreuses fausses notes

Autres regrets : la Sound X ne dispose d’aucun système d’auto-calibration et il n’est pas possible de coupler deux Sound X pour obtenir une paire d’enceintes stéréo. Et si l’on tire le fil de la pelote des lacunes arrive bientôt l’absence de plateformes de streaming dans l’application AI Life. A l’exception des titres musicaux que l’on a téléchargés, impossible, donc, de jouer ses playlists Deezer ou Spotify autrement qu’en Bluetooth. Dommage d’avoir à se passer dans ce cas du Wifi qui assure pourtant une transmission sans compression.

Le sommet de l'enceinte Sound X de Huawei dispose d'un plateau de commande tactile.
Le sommet de l'enceinte Sound X de Huawei dispose d'un plateau de commande tactile. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Enfin, la Sound X n’intègre pas d’assistant personnel. Avec ses six micros, elle est pourtant prévue pour cela ! Lancée en Chine avant Noël, la Sound X y embarque Celia, l’assistant maison. Or à ce jour, Huawei est bien en peine d’avancer la moindre date pour l’intégration de Celia ou de tout autre assistant dans son enceinte pour le marché français… On a donc le sentiment que la Sound X n’est pas encore « tout à fait prête » et que son constructeur nous en propose une version non encore finalisée. Dans l’état, elle conserve néanmoins sa vocation première en étant une très bonne enceinte de salon pour laquelle le savoir-faire de Devialet est primordial.

Un produit qui n’existe pas

Le fabriquant français, qui a notamment bâti sa réputation sur son enceinte Phantom (vendue à partir de 1.790 euros quand même) apporte sans conteste sa marque de fabrique à la Sound X. « Nous souhaitons créer des produits qui n’existent pas. Le fait de travailler sur des modèles de licence évite d’écorner la marque et la perception des appareils » défend le constructeur lorsque 20 Minutes l’interpelle sur cette collaboration autour d’une enceinte vendue moins de 300 euros.

Devialet avait déjà surpris fin 2018 en étant partenaire de la Freebox Delta. Après Huawei, c’est aussi sur la nouvelle enceinte SoundForm Elite de l’accessoiriste Belkin (299 euros) que Devialet appose parallèlement sa griffe.