«Horizon» le nouveau réseau social de Facebook en réalité virtuelle va-t-il faire un bide?

NOUVELLE TECHNOLOGIE Alors que Google abandonne la VR, Facebook continue de miser sur cette technologie en préparant le lancement début 2020 du réseau social Horizon, accessible uniquement via son casque Oculus.

Marie De Fournas

— 

Va-t-on changer notre façon d'aller sur les réseaux sociaux?
Va-t-on changer notre façon d'aller sur les réseaux sociaux? — Pixabay / JESHOOTS-com
  • Avec Horizon, Facebook espère convertir les gens à la VR et rentabiliser son investissement dans Oculus
  • Pour les experts, la réussite d’Horizon dépendra surtout de la démocratisation ou non des casques en réalité virtuelle. Ce qui n’est pas encore gagné.

Mercredi dernier, en même temps qu’il présentait son tout dernier smartphone Pixel 4, Google annonçait l’abandon de sa plateforme de réalité virtuelle Daydream VR et de son casque Daydream View. Un désintérêt pour cette technologie que Facebook ne semble pas partager puisque le 26 septembre dernier, il dévoilait son tout dernier bébé : Horizon. Un réseau social en réalité virtuelle dont le lancement est prévu pour 2020. Ce nouveau monde sera uniquement accessible en enfilant le casque VR Oculus, propriété du géant du Web.

Comme le montre la courte vidéo de présentation, les utilisateurs pourront se créer un avatar et rencontrer les autres usagers sur une sorte de grande place. De celle-ci, ils pourront également accéder à d’autres espaces pour jouer, explorer des mondes, construire des communautés et même dans un futur proche, construire de toutes pièces leur propre univers. Mais mêler réalité virtuelle et réseau social, est-ce vraiment l’idée du siècle ?

Un « univers persistant » qui pourrait « séduire un large public »

Sur le principe, les experts trouvent intéressant de créer un « univers persistant », c’est-à-dire un monde virtuel qui continue d’exister et d’évoluer même quand l’utilisateur se déconnecte. « Regrouper des gens au même endroit pour partager une activité c’est quelque chose qui fonctionne », commente Julien Villedieu, délégué général
du syndicat national du jeu vidéo (SNJV). Il suffit de voir le succès de Twitter, Facebook, Tik Tok, Instagram, ou encore des applications de rencontre comme Tinder, pour le comprendre.

« Horizon n’est pas le premier univers persistant, analyse Laurent Michaud, en charge des jeux vidéo chez Idate, l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe. Il y a le très connu mais aujourd’hui délaissé Second life, mais aussi dans le monde du gaming, le célèbre jeu World of warcraft. » Pour autant, les technologies actuelles permettent de rendre ces « univers persistants » très fluides. « Cela a donc du sens pour Facebook de travailler dessus, d’autant qu’en ajoutant une dimension cartoonesque à ce monde, il pourrait séduire un large public », explique l’expert d’Idate. Pour autant rien n’est gagné pour Marck Zuckerberg. Au contraire.

« Additionner des choses qui paraissent innovantes et attractives ne suffira pas »

« Le fait qu’Horizon soit lancé par Facebook n’est pas un gage de réussite, c’est un pari risqué », tempère Julien Villedieu en prenant comme exemple l'échec du réseau social Google +, pourtant lancé par le géant Google et dont tous les détenteurs d’une boîte Gmail possédaient automatiquement un compte. « Les consommateurs sont en permanence abreuvés d’expériences nouvelles, poursuit le délégué général du SNJV. Pour qu’ils se l’approprient, il faut que l’offre soit de qualité, qu’il y ait une originalité au niveau de l’expérience de jeu et de l’expérience sociale. Additionner des choses qui paraissent innovantes et attractives ne suffira pas ».

« Pour se divertir à plusieurs avec des gens en réseaux, on n’a pas besoin de mettre un casque. On peut par exemple jouer à Mario Kart Tour en multijoueurs depuis son portable », argumente Julien Villedieu pour qui le casque VR pourrait justement être la cause de l’échec de ce nouveau réseau.

« Facebook essaie de rentabiliser son investissement dans Oculus »

« Pour qu’un réseau social marche, il faut qu’il y ait du monde. Or, même si la technologie des casques VR a fortement évolué, le taux d’équipement des foyers reste faible », justifie le membre du syndicat national du jeu vidéo. S’il y a quelques années, beaucoup s’imaginaient que la réalité virtuelle s’installerait vite dans l’usage quotidien des foyers, la réalité est tout autre. « On est encore au début du déploiement, estime Laurent Michaud. Fin 2019 on comptait 5,5 millions de casques actifs dans les foyers au niveau mondial. » Même dans le monde du gaming, les joueurs restent encore frileux et pour cause. « Cela coûte cher [comptez 449 euros pour un Oculus Quest] pour un catalogue de contenu pas vraiment florissant », constate l’expert.

Pour Julien Villedieu « Facebook essaie de rentabiliser son investissement dans Oculus qu’il a racheté en 2014 pour deux milliards de dollars ». Il est vrai qu’en plus d’un déploiement timide de la VR, Oculus est loin d’être leader sur le marché. Selon les chiffres de l’Institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe, entre l’année 2016 et l’année 2018, le casque Sony PlayStation s’est vendu à plus de 3,1 millions d’exemplaires, contre près d’1,1 million pour Oculus et 847.000 pour HTC. Avec Horizon, Facebook espère convertir les gens à la VR, mais aussi rattraper son concurrent Sony.

« Le même enthousiasme que Pokémon go avec la réalité augmentée »

Pour les experts, la réussite d’Horizon dépendra donc surtout de la démocratisation ou non des casques en réalité virtuelle. « Si la VR se développe, alors c’est un beau challenge », concède le délégué général du syndicat national du jeu vidéo (SNJV). Laurent Michaud va même plus loin : « Horizon pourrait alors créer le même enthousiasme que Pokemon go avec la réalité augmentée ».

Le développement de la VR ne sera pas la seule condition non plus. L’encadrement de cet univers sera aussi une question. « Il faut que la plateforme soit animée par des équipes, que la sécurité des utilisateurs soit assurée et qu’il y ait une bonne modération », insiste le membre d’Idate. Facebook est régulièrement pointé du doigt sur la qualité de sa modération sur son célèbre réseau. Qu’en sera-t-il sur Horizon où les utilisateurs seront également cachés derrière des avatars ? Réponse début 2020, lors du lancement de la version bêta.