OL-Sparta Prague : Un doublé et un déclic avec Lyon pour Islam Slimani, l’attaquant qui « ne doute pas » ?

FOOTBALL De retour de blessure, le recordman du nombre de buts inscrits avec la sélection algérienne s’est montré décisif, jeudi soir, pour venir à bout des Tchèques (3-0) en Ligue Europa

Jérémy Laugier
— 
Islam Slimani jubile, après avoir inscrit un doublé jeudi contre le Sparta Prague (3-0).
Islam Slimani jubile, après avoir inscrit un doublé jeudi contre le Sparta Prague (3-0). — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Pour la première fois depuis le 22 septembre, Islam Slimani était titularisé jeudi à la pointe de l’attaque lyonnaise.
  • Dans ce large succès (3-0) contre le Sparta Prague, l’attaquant algérien de 33 ans s’est distingué en inscrivant un doublé en trois minutes, vers l’heure de jeu.
  • Altruiste au possible, Islam Slimani sait qu’il aura un coup à jouer dans les prochaines semaines, surtout en l’absence de Moussa Dembélé (blessé au péroné).

Au Parc OL,

En trois sélections avec l'équipe algérienne ces deux derniers mois, Islam Slimani avait inscrit plus de buts que sous le maillot de l’OL, depuis son arrivée dans le Rhône en janvier 2021 (6 contre 5). Une stat' étonnante qui en dit long sur les difficultés du meilleur buteur de l’histoire des Fennecs (38 réalisations en 78 capes) à faire décoller pour de bon sa carrière lyonnaise. Freiné par une blessure musculaire contractée avec l’Algérie en octobre, l’ancien attaquant de Leicester avait donc l’occasion d’enfin briller jeudi, pour sa quatrième titularisation sous les ordres de Peter Bosz.

Face au Sparta Prague en Ligue Europa, Islam Slimani s’est longtemps montré généreux, même précieux, comme pour servir Xherdan Shaqiri sur la première grosse occase du match (0-0, 8e), mais aussi maladroit dans le dernier geste. On a d’ailleurs cru que sa soirée risquait de basculer à la 30e minute. Lancé plein axe par Shaqiri, il se retrouve archi-seul pour s’en aller tranquillement défier Florin Nita. Face au gardien tchèque, il opte pour un plat du pied sécurité, ou plutôt six mètres à côté. Avec son allure de joueur parfois emprunté, l’ex-chouchou du Sporting Portugal aurait alors pu sombrer, dans un match complexe à débloquer.

Après avoir manqué un duel avec Florin Nita en première période, Islam Slimani a su habilement dribbler le gardien tchèque à l'heure de jeu.
Après avoir manqué un duel avec Florin Nita en première période, Islam Slimani a su habilement dribbler le gardien tchèque à l'heure de jeu. - Laurent Cipriani/AP/SIPA

« J’aurais déjà dû dribbler le gardien »

« Quand on voit les ballons longs qu’il a toujours su garder, on comprend qu’il était déjà important pour nous en première période, défend Peter Bosz. Quand on ajoute ensuite ses deux buts, c’est super. » Car à l’heure de jeu, Islam Slimani a subitement été on fire pendant trois minutes. Un décalage de Rayan Cherki et l’attaquant de 33 ans raconte comment il s’est débloqué, lui qui n’avait marqué cette saison que contre Brest, en Ligue 1 (1-1 en août).

Je n’ai pas douté du tout. La preuve, j’ai réussi mon deuxième face-à-face. Ce sont des choses qui arrivent aux attaquants. On peut manquer des trucs, il faut juste rester concentré pour faire mieux après. J’aurais déjà dû dribbler le gardien sur mon premier duel. »

Peter Bosz se méfie d’une rechute musculaire pour Slimani

Islam Slimani a retenu la leçon, et la confiance a tellement tourné qu’il a enchaîné, à la 63e minute, avec un joli coup de tête smashé, hors de portée de Florin Nita (2-0, 63e). Préservé juste derrière par Peter Bosz, qui reconnaît « avoir eu peur qu’il se blesse à nouveau », Islam Slimani a cédé sa place à Karl Toko Ekambi, ultime buteur du soir (3-0, 90e+2).


Une question nous vient forcément à l’esprit, alors que le choix numéro un de l’entraîneur en avant-centre, Moussa Dembélé, n’est pas encore prêt à revenir de sa blessure au péroné : ce premier doublé en club de l’Algérien depuis septembre 2019 avec l’AS Monaco (2-2 à Strasbourg) va-t-il servir de déclic ?

Un buteur de séries, que ce soit au Sporting ou à Monaco

« Ça fait longtemps que je n’ai pas joué et enchaîné, rappelle-t-il. Cette victoire, tout comme la qualification, va me faire du bien, à moi et à toute l’équipe. On a un effectif riche et faire tourner tous ces joueurs de qualité ne va rien changer pour nous. Je suis là pour aider l’équipe, en marquant ou d’une autre manière. Quand on a l’occasion de jouer, il faut tout donner pour elle, c’est ça les grands clubs. » Islam Slimani, qui voit le déplacement de dimanche (20h45) en Ligue 1, à Rennes, « comme un tournant », est en tout cas un attaquant de séries.

Avec Monaco, entre août et octobre 2019, il avait enquillé 5 buts et 6 passes décisives en 7 matchs. Pareil en janvier 2016 au Sporting, avec même 8 buts en 5 matchs. « J’ai montré qu’on pouvait compter sur moi », insistait à raison, jeudi soir, le joueur. S’il continue à être performant en pointe, il permettra à Lucas Paqueta de revenir dans le cœur du jeu, là où le Brésilien préfère être. Rien que pour ça, cet OL-Sparta (3-0) en apparence anodin pourrait avoir chamboulé la saison lyonnaise.