OL-RC Lens : « Ils sont clairement à leur place »… Malgré la défaite, les Lensois ont reçu un concert de louanges à Lyon

FOOTBALL Le travail du groupe de Franck Haise, actuel dauphin du PSG en Ligue 1, a été loué samedi avec une étonnante unanimité par les joueurs et le coach de l'OL, malgré le succès lyonnais (2-1)

Jérémy Laugier
— 
A l'image de Przemyslaw Frankowski, ici à la lutte samedi avec Bruno Guimaraes, le RC Lens ne manque pas de révélations inattendues. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
A l'image de Przemyslaw Frankowski, ici à la lutte samedi avec Bruno Guimaraes, le RC Lens ne manque pas de révélations inattendues. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK — AFP
  • L’OL, qui a beaucoup souffert samedi soir, est parvenu à battre le RC Lens (2-1), au bout d’une belle leçon de réalisme.
  • Les Sang et Or ont confirmé à cette occasion que la qualité de leur projet de jeu pourrait leur permettre de lutter très longtemps avec les prétendants au podium en Ligue 1.
  • L’entraîneur lyonnais Peter Bosz s’est ainsi fendu d’un hommage appuyé à l’emballant match proposé par le Racing.

Au Parc OL,

« C’est la meilleure équipe contre laquelle nous avons joué cette saison jusque-là. Ils sont bien organisés, costauds, ils jouent au ballon, ils n’ont pas peur, avec un bon pressing. Il y a des matchs qu’on ne méritait pas de perdre mais peut-être qu’aujourd’hui, on ne méritait honnêtement pas de gagner. » Peter Bosz est certes le nice guy absolu sur les bancs de Ligue 1 cette saison, mais il s’illustre aussi par sa sincérité à toute épreuve depuis son arrivée à Lyon. Ses compliments plus qu’appuyés, à destination de son adversaire du soir, que l’OL a battu dans la douleur samedi (2-1), ne peuvent donc pas être une posture de communication calculée.

Deux mois après l’avoir emporté sans trembler à Monaco (0-2), et un mois après un tour de force encore plus marquant à Marseille (2-3), les Lensois se sont encore montrés à la hauteur, devant plus de 50.000 supporteurs au Parc OL. Avec pas moins de 18 tirs tentés (dont 10 cadrés), ils ont poussé Anthony Lopes à sortir un match XXL pour éviter aux Lyonnais de sombrer. « C’est l’équipe qui nous a le plus mis en difficulté cette saison », confirme le milieu Maxence Caqueret, s’inscrivant dans la droite lignée de son coach.



« Il nous a manqué plus de personnalité dans le jeu »

Quand on sait que l’OL s’est déjà coltiné le PSG (3-2), ça en dit long sur la forte impression laissée par les Sang et Or, dans leur schéma tactique si bien rodé avec trois défenseurs centraux et les deux pistons hyperactifs, Przemysław Frankowski et Jonathan Clauss. Houssem Aouar et Anthony Lopes complètent la liste du concert de louanges du soir. « C’est une très belle équipe, joueuse et qui prend des risques », détaille l’auteur du deuxième but lyonnais. « Ils sont clairement à leur place, ils produisent du jeu et ils sont efficaces dans toutes les zones », ajoute le gardien de l’OL, incontestable homme du match avec ses sept arrêts, dont un petit miracle devant Gaël Kakuta (2-0, 47e).

De retour de blessure, le meneur de jeu lensois a signé une entrée déterminante à la mi-temps, avec une passe décisive à la clé pour Arnaud Kalimuendo (2-1, 61e). Aussi habile balle au pied que face aux micros, celui-ci a délivré une analyse bien différente de l’hommage lyonnais, et même de l’unanime enflammade autour du Racing dans le monde du football français.

C’est triste car on devait d’emblée jouer au ballon face à une équipe comme ça et ne surtout pas refuser le jeu. Aujourd’hui, les Lyonnais ont eu la maîtrise tout le long du match techniquement. Il nous a manqué plus de personnalité dans le jeu. »

« On a toujours joué avec beaucoup d’intentions »

Pourtant, il nous semble que s'il y a un qualificatif qui colle parfaitement aux troupes de Franck Haise, c’est bien « la personnalité ». L’entraîneur lensois confirme d’ailleurs que la prestation du Parc OL ne dénote pas du remarquable parcours actuel, qui en fait toujours le dauphin du PSG en Ligue 1.

« A part la première période à Montpellier (1-0), on a toujours joué avec beaucoup d’intentions, confie Franck Haise. Là, nous avons livré un gros match contre un adversaire de qualité. Ne pas partir avec au moins une petite récompense après cette performance, ça me frustre un peu. » On le comprend, tant on a encore eu droit à un modèle de cohérence du côté du Racing.



« Le plus important pour nous, c’est de nous maintenir rapidement »

« On est toujours dans nos principes et nos valeurs, apprécie Jean-Louis Leca. On a perforé pas mal de fois les Lyonnais sur nos sorties de balle. Ils ne venaient même plus nous chercher sur nos relances aux six mètres. » Cette manière qu’ont les Lensois d’imposer leur style de jeu, du Vélodrome au Parc OL, est forcément lourde de sens. Si bien qu’après leur 7e place en tant que promu au printemps dernier, ils peuvent légitimement nourrir des ambitions européennes.

« Non, le plus important pour nous, c’est de nous maintenir rapidement, lâche Gaël Kakuta, toujours dans sa posture de climatiseur du soir. Avoir d’autres ambitions, c’est normal, mais il faut bien faire les choses dans l’ordre. » N’en déplaise au prudent ex-Amiénois, ce groupe aux dents longues (et à +15 sur la zone rouge) a pourtant tout pour bousculer cet ordre préétabli en Ligue 1.