OM – RC Lens : « S’il y a quelque chose à mettre en avant, c’est le Racing Club de Lens », Jean-Louis Leca vante le travail de son club après la victoire contre Marseille

FOOTBALL Le Racing Club de Lens a battu l’Olympique de Marseille (3-2) dimanche soir au stade Vélodrome et monte sur la deuxième place du classement de Ligue 1

Adrien Max
— 
Jean-Louis Leca face à Bamba Dieng.
Jean-Louis Leca face à Bamba Dieng. — Christophe SIMON / AFP
  • Le Racing Club de Lens a battu l’Olympique de Marseille 3 buts à 2 dimanche soir lors de la 8e journée de Ligue 1.
  • Les Lensois passent devants les Marseillais au classement et s’emparent de la deuxième place.
  • Jean-Louis Leca, le gardien de Lens, a vanté le travail exceptionnel réalisé par le club et la philosophie de jeu de son entraîneur Franck Haise.

Au stade Vélodrome,

Du bonheur à l’état pur. Le Racing Club de Lens a réalisé une superbe prestation dimanche soir contre l’Olympique de Marseille, couronnée d’une belle victoire (3-2), qui plus est à l’extérieur, pour la 8e journée de Ligue 1. « Je suis fier et heureux du résultat, mais au-delà du résultat, je suis fier de notre performance. On a joué avec des intentions, de la personnalité. Gagner de cette manière ici, face à cette équipe, ça donne beaucoup de joie et de fierté », a parfaitement résumé Franck Haise, l’entraîneur Lensois, à l’issue de la rencontre.

Les Sang et or sont parfaitement rentrés dans leur match, rendant méconnaissable un OM jusqu’alors invaincu. Allant même jusqu’à mener 2-0 après l’ouverture du score de Sotoca sur penalty (9e), et un bijou de frappe enroulée de Frankowski (27e). Il aura fallu un Dimitri Payet de gala, avec un magnifique coup franc (33e), puis un penalty (45e+3), pour maintenir les Marseillais a flot à la mi-temps.

« On peut dire bravo aux deux équipes »

Mais les Lensois sont restés les mêmes sans vraiment douter, sûrs de leur force et de leur organisation tactique. « Ce qui me plaît c’est de réaliser ce match dans la durée, avec un score de parité à la mi-temps et un peu de frustration de s’être fait remonter. Mais on a continué à jouer, à proposer du jeu, à bien défendre. C’est beaucoup de joie, c’est bien pour le club », a savouré Franck Haise.

Parce qu’après avoir « pris la foudre », selon les mots de Jean-Louis Leca, le gardien nordiste, et notamment une frappe sur la barre d’Under et une tête de Bamba Dieng, les Lensois ont réussi à remporter ce match grâce à une tête de Wesley Said, qui venait d’entrer (71e). Les deux équipes se sont rendues coup pour coup durant toute la seconde mi-temps, offrant un superbe spectacle pour cette affiche du dimanche soir.  « On peut dire bravo aux deux équipes, il n’y a pas beaucoup d’équipes qui nous ont posé autant de problèmes depuis le début de la saison. C’est super de voir des équipes avec la volonté de jouer, d’animer différemment et tant mieux. Mais surtout tant mieux pour nous d’en sortir vainqueur », a souligné Franck Haise.

« C’est une famille et ça se ressent »

L’entraîneur Lensois est l’autre grand vainqueur du soir, dans ce duel d’équipes joueuses, et il est clairement en train de réaliser un travail incroyable avec ce groupe. Comme en témoigne la large banane arborée par Jean-Louis Leca en conférence de presse. « Il y a beaucoup de fierté, ce soir je voudrais mettre en avant ce que fait le club depuis 4 ans, mettre en avant le travail et la qualité de notre staff, de notre entraîneur, mettre en avant le travail de nos dirigeants, du président. Quand tu sors de soirée comme ça, dans un match qui peut vraiment basculer en notre défaveur, dans un Vélodrome en fusion, en gardant ce calme, en mettant le pied sur le ballon, avec cette continuité depuis plusieurs mois, ce n’est que du positif », a-t-il dressé.

« S’il y a quelque chose à mettre en avant, c’est le Racing Club de Lens », a plusieurs fois répété Jean-Louis Leca. Et si Seko Fofana, Florian Sotoca ou le très jeune David Pereira Da Costa, pour sa première titularisation, ont été très bons, c’est bien le collectif Lensois à mettre en avant. « On parle souvent de groupe, d’équipe, là c’est une famille et ça se ressent », a résumé Leca, imité par son entraîneur : « Si je devais avoir un petit mot sur chaque joueur monstrueux, je vais rester là longtemps. C’est le collectif qui est exceptionnel ». Et qui permet à Lens de dépasser l’OM et de leur prendre la deuxième place du classement.