RC Strasbourg : « On a encore la main mais… » Battu par Montpellier, le Racing se met à trembler

LIGUE 1 Le Racing n’a plus qu’un point d’avance sur le barragiste, Nantes, à deux journées de la fin

Thibaut Gagnepain

— 

Alexander Djiku fulmine... Le Racing vient d'encaisser le troisième but de Montpellier, signé Laborde.
Alexander Djiku fulmine... Le Racing vient d'encaisser le troisième but de Montpellier, signé Laborde. — PATRICK HERTZOG / AFP
  • Le RC Strasbourg s’est incliné ce dimanche contre Montpellier (2-3) dans le cadre de la 36e journée de Ligue 1.
  • Les Alsaciens se retrouvent en danger à deux journées du terme de la Ligue 1. Ils n’ont plus qu’un point d’avance sur Nantes, le 18e.
  • « C’est compliqué mais on a encore notre destin entre nos mains. Si on gagne les deux prochains matchs, on est sûr de rester en », tempère l’attaquant Ludovic Ajorque

 

Un silence étourdissant, des têtes basses et certains joueurs qui quittent la Meinau sous les timides sifflets de supporters désabusés. Le RC Strasbourg a vécu un sale après-midi ce dimanche. Battu par Montpellier (2-3), le club alsacien a obscurci sa fin de saison. Pire, il peut se mettre à trembler en regardant le classement : le barragiste, Nantes, est revenu à un point et le 19e, Nîmes, à trois unités. A deux journées de la fin, la marge est infime et la peur du gouffre légitime.

« C’est compliqué mais on a encore notre destin entre nos mains. Si on gagne les deux prochains matchs, on est sûr de rester en Ligue 1 », tempère Ludovic Ajorque avec son habituelle combativité. « On n’a pas le droit de penser, seulement même de penser, qu’on va descendre. »

« Je ne suis pas inquiet sur le mental des joueurs »

L’attaquant, comme son coach, se raccroche à ce qu’il a vu de positif ce dimanche. Soit une belle réaction d’orgueil lorsque le Racing… était mené 3-0 à la 50e minute de jeu. « La situation aurait pu partir en live et les garçons se sont accrochés. On n’a pas lâché […] Je ne suis pas inquiet sur le mental des joueurs », appuie Thierry Laurey, plutôt satisfait de la prestation de ses hommes, « exceptées ces quatre minutes abominables ».

Celles-ci ont eu lieu juste après la pause, alors que les partenaires de Stefan Mitrovic étaient déjà menés 1-0 après la tête sur corner de Laborde (36e). En deux actions, la partie a viré au cauchemar. D’abord quand Delort a devancé Djiku sur une passe décisive d’Hilton de plus… de 70 mètres (0-2, 46e) !

« C’est assez hallucinant, il l’a fait en voulant dégager un ballon », peste le technicien strasbourgeois avant de saluer la troisième réalisation du MHSC. A savoir un retourné acrobatique de Laborde après deux dégagements ratés de Mitrovic et Dijku (0-3, 50e). « Ce n’est pas le genre de buts que vous verrez tous les week-ends… »

« On a pris deux buts bêtes. Quand t’es dans une situation compliquée, t’as tout contre toi », reprend Ludovic Ajorque, toujours avec l’idée de ne pas baisser la tête. « Il n’y a pas eu que des choses négatives aujourd’hui. » Comme cette réaction donc, qui a mené à la réduction du score du buteur maison (1-3, 69e) et ce rapproché final grâce à Zohi (2-3, 95e). Pendant la dernière minute de temps additionnel, l’espoir d’un match nul miraculeux est même apparu. Avant de vite disparaître.

Le RC Strasbourg devra lutter jusqu’où bout pour assurer sa place dans l’élite. A Nice dimanche prochain puis peut-être pour un pré-barrage contre Lorient le 23 mai. « Le classement s’est resserré mais on est encore en vie. On a encore la main mais il va falloir prendre des points » , conclut Thierry Laurey.