FC Nantes-Bordeaux : Remontada de dingue… Le FCN gagne un troisième match d’affilée

FOOTBALL En battant (3-0) Bordeaux ce samedi, à la Beaujoire, les Canaris ont enchaîné une troisième victoire d’affilée

David Phelippeau

— 

Imran Louza, auteur du deuxième but nantais sur penalty.
Imran Louza, auteur du deuxième but nantais sur penalty. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP
  • Les Canaris ont gagné (3-0) contre Bordeaux, ce samedi, et enchaîné du coup un troisième succès de rang.
  • Les Nantais sont toujours 18es et barragistes, mais se rapprochent un peu de les équipes juste au-dessus au classement, notamment Bordeaux (à deux points) et Lorient (à un point).

Qui l’eût cru ? Le FC Nantes, qui n’avait remporté que cinq rencontres lors des 33 premières journées de Ligue 1, vient d’en gagner trois d’affilée, avec la dernière victoire (3-0) ce samedi contre Bordeaux à la Beaujoire. Une série inattendue réalisée au meilleur des moments, c’est-à-dire dans la dernière ligne droite du championnat. Il reste deux matchs aux Nantais, toujours 18es et barragistes, mais désormais à un point de Lorient (17e) et à deux points de Bordeaux (15e).

Personne n’aurait pu imaginer, il y a quinze jours, à Strasbourg, après une mi-temps indigne d’une formation jouant sa survie, que le FC Nantes prendrait neuf points sur neuf possibles (victoires à Strasbourg et à Brest et contre Bordeaux). Personne. Pas même le coach nantais, Antoine Kombouaré. « Je l’aurais rêvé oui, mais cru non, sourit le technicien nantais. On ne va pas se mentir. C’est pour cela que je suis vigilant. Il faut garder les pieds sur terre et continuer d’être exigeant tous les jours pour atteindre notre objectif à l’arrivée. »

A deux matchs de l’issue de la saison (déplacement à Dijon et réception de Montpellier), Nantes peut légitimement rêver maintenant d’un maintien, et peut-être même d’un maintien sans passer par les barrages. « D’où on vient, restons calmes… », tempère Kombouaré quand on lui demande s’il regarde désormais davantage les équipes devant lui que dans le rétroviseur.

Une équipe méconnaissable, des cadres aussi

En attendant, les Canaris n’en finissent plus de gagner et de marquer. Deux buts à Strasbourg, quatre à Brest et trois ce samedi contre un Bordeaux (15e) qui pourrait devenir la nouvelle cible à viser et surtout à dépasser au classement. Kombouaré toujours : « Pour la dynamique, je préfère être à ma place qu’à celle de Bordeaux. Mais la réalité, c’est qu’on est toujours derrière. »

Comment expliquer cette métamorphose en quelques jours ? Kombouaré ne change pas un système qui gagne (4-2-3-1 ou 4-4-2). Il ne remplace pas non plus des cadres qui ont retrouvé leur niveau (Louza, Blas, Simon, Pallois) ou des hommes sur lesquels il ne comptait peut-être pas vraiment il y a encore quelques semaines et qui tirent l’équipe vers le haut aujourd’hui (Coulibaly, auteur de l’ouverture du score à la 19e minute, et Chirivella).

Ajoutez à tout cela un Randal Kolo Muani décisif, buteur (70e) et qui a provoqué le penalty transformé par Louza (51e), ça donne une formation conquérante au meilleur moment dans l’opération maintien. « On a pris conscience que nous étions dans la zone rouge, explique Kolo Muani. Que notre carrière est en jeu et qu’on ne devait pas faire descendre le club. » Une prise de conscience tardive, mais peut-être salutaire pour le club.

Actuellement, le FC Nantes, qui n’avait plus gagné à la Beaujoire depuis début octobre, affiche le visage d’une équipe en pleine confiance, en plein renouveau. « Quand on récupère les ballons, il y a des espaces, analyse Antoine Kombouaré », qui a rendu un vibrant hommage à Henri Michel (dont la statue était inaugurée ce samedi matin), « l’homme d’un club, le plus grand joueur nantais ». « On joue mieux collectivement et on arrive à mieux préparer les situations. On a des joueurs de couloir qui font des différences, que ce soit avec Simon et avec Blas. On a des centres et de la présence. Le ballon leur brûle moins les pieds comme c’était le cas encore à Strasbourg. Il y a l’envie de jouer ensemble, de défendre ensemble. » Et désormais de gagner ensemble pour maintenir le FCN en Ligue 1.