20 Minutes : Actualités et infos en direct
CYCLISME« J’ai lâché, je suis mort »… Comment Pogacar a définitivement perdu le Tour

Tour de France 2023 : « J’ai lâché, je suis mort »… Comment Pogacar a définitivement perdu le Tour

CYCLISMEEn lâchant plus de 5 minutes dans les pentes raides du col de la Loze à Jonas Vingegaard, Tadej Pogacar a définitivement dit adieu à ses rêves de victoire sur le Tour
Tadej Pogacar  a pris deux roustes coup sur coup sur les routes du Tour de France.
Tadej Pogacar a pris deux roustes coup sur coup sur les routes du Tour de France. - Thibault Camus/AP/SIPA / SIPA
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

L'essentiel

  • Tadej Pogacar a craqué ce mercredi sur la route des Alpes, laissant définitivement la victoire finale à un Jonas Vingegaard surpuissant.
  • A l’arrivée, le Slovène compte 7'35'' de retard sur son principal concurrent. Il vise désormais une victoire d’étape d’ici dimanche et l’arrivée aux Champs-Elysées.
  • Cette 17e étape marque aussi la fin d’un combat titanesque entre les deux hommes, même si on aurait aimé que ça dure un peu plus longtemps.

Une mornifle du droit mardi lors du contre-la-montre entre Passy et Combloux, un crochet du gauche ce mercredi, au sommet du col de la Loze. En à peine 24 heures et deux étapes, Jonas Vingegaard vient de mettre une double claque retentissante à Tadej Pogacar, avec une addition salée de 7’35’’ d’écart au général, et de s’adjuger - sauf accident - son deuxième Tour de France consécutif.

Si le discret Danois tente tant bien que mal de nous faire avaler que le suspense n’est pas mort, lui-même ne croit pas à ce qu’il dit : « Bien sûr que je suis soulagé d’avoir plus de 7 minutes d’avance, c’est formidable. Mais comme je l’ai déjà dit, on n’est pas encore à Paris, il reste encore des étapes épineuses mais je vais faire de mon mieux. Je crois que Pogacar n’abandonne jamais et qu’il va à nouveau tenter quelque chose, je pense que les étapes à venir seront hyper excitantes », a réagi le maillot jaune à l’issue de l’étape au micro de France TV. A d’autres !

Sur le visage du jeune Slovène, une autre vérité se dessine. Le sourire et la malice ont laissé place au désarroi. Encore sonné par son K.-O. technique dans les portions les plus difficiles du monstrueux col de la Loze, 24 heures après un premier gros coup de soupière lors du chrono, Pogacar a compris que l’affaire était pliée. « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, j’arrive en bas de la dernière ascension complètement vidé, j’ai beaucoup mangé mais ce n’est pas arrivé jusque dans les jambes, a-t-il expliqué. Je suis déçu de ne pas avoir pu pousser comme je l’aurais voulu. C’est comme ça… ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Un plan tué dans l’œuf

C’est comme ça mais c’est quand même foutrement dommage que ce combat épique auquel nous avons assisté pendant plus de deux semaines, ces jeux du chat et de la souris, ces calculs de boutiquiers pour compter les maigres secondes d’écart entre les deux hommes au général, ne se termine par une peignée monumentale à quelques jours de l’arrivée sur les Champs. On n’imaginait pas un seul instant Pogi refaire son retard de la veille, trop dur, trop inaccessible, mais on espérait au moins le voir tenter quelque chose, une sorte de chant du cygne magnifique dans la splendeur du paysage alpestre.

Il n’en fut rien. Sans montrer le moindre signe de lassitude, le train des Jumbo a une nouvelle fois fait la loi et dicté le tempo en tête de peloton, avec un Pogacar bien timide dans leur roue, sans que les UAE ne tentent quoi que ce soit, comme ils l’avaient pourtant annoncé la veille. Parce qu’ils étaient tout simplement moins forts aujourd’hui, à l’image de leur leader, incapable de suivre la roue de Vingegaard dans les derniers kilomètres du col de la Loze. « J’ai lâché, je suis mort », dira-t-il à son équipe avant de virer son oreillette, comme pour signifier que la messe était dite.

Une victoire d’étape pour bien finir chez UAE

Pour en rien arranger, cette 17e étape avait mal commencé pour Pogacar, victime d’une chute toute bête alors que les premières attaques rythmaient le début de la course, forçant le leader des UAE à faire de gros efforts pour ne pas se faire distancer par Vingegaard. « C’était vraiment pas de chance, c’était dans l’ascension, l’échappée était en train de se former, j’étais deuxième ou pas loin, et devant moi le coureur a ralenti, a changé sa trajectoire et j’ai touché sa roue. Je ne sais pas ce qui s’est passé », a rembobiné le Slovène après la course.

Mais qu’importe, finalement, a aucun moment on a senti le double vainqueur du Tour 2020 et 2021 capable de faire douter le TGV danois dans cette étape de la dernière chance. Il lui reste désormais à terminer ce Tour de la meilleure des manières, pourquoi pas en visant la dernière étape de montage, samedi, dans les Vosges. « Si je me remets d’aujourd’hui, je veux offrir une victoire d’étape à mon équipe, a assuré Pogi. On va essayer de le faire, que ce soit pour moi, Adam (Yates), Felix (Grosschartner) ou Marc (Soler). On va essayer de le faire pour qu’il y ait aussi Adam sur le podium avec moi. » Et pour la revanche au sommet, il faudra patienter jusqu’à l’année prochaine désormais.

Sujets liés