Losc-OM : « Il nous a guéris », Nasser Larguet l’entraîneur qui a su amener de la sérénité au moment où il y avait le feu

FOOTBALL Nasser Larguet, en poste sur le banc de l’OM depuis le départ d’André Villas Boas, devrait diriger son dernier match de championnat ce mercredi contre Lille après l’arrivée de Jorge Sampaoli

Adrien Max

— 

Nasser Larguet dirigera très probablement son dernier match avec l'OM contre Lille mercredi.
Nasser Larguet dirigera très probablement son dernier match avec l'OM contre Lille mercredi. — LAURENT SANSON/SIPA
  • Après l’arrivée de Jorge Sampaoli, Nasser Larguet devrait diriger son dernier match sur le banc de l’OM contre Lille ce mercredi.
  • En un mois, cet entraîneur qui n’avait jamais dirigé d’effectif professionnel est parvenu a rapporté de la sérénité dans un club qui en avait bien besoin.
  • Les personnes qui l’ont côtoyé au cours de sa carrière vantent tous ses qualités humaines.

Ce n’est qu’un au revoir. L'entraineur intérimaire, même s’il n’aime pas ce qualificatif, de l'Olympique de Marseille Nasser Larguet va très probablement diriger son dernier match de championnat ce mercredi à Lille (21 heures). Jorge Sampaoli, intronisé vendredi dans un communiqué du propriétaire Franck McCourt, est arrivé ce mardi. Mais il ne pourra pas être sur le banc contre Lille puisqu’il doit respecter une septaine d’isolement après son arrivée du Brésil.

Nasser Larguet, 62 ans, en poste depuis le départ d’André Villas Boas le 2 février, aura fait forte impression auprès des suiveurs de la Ligue 1, mais aussi au sein de sa propre équipe, malgré son inexpérience en tant que coach d’un effectif professionnel. « Il a apporté du calme. Il a réussi à ramener une unité à travers une concurrence saine et un discours simple. On peut dire qu’il nous a guéris après ce mauvais début de saison. Ça ne s’est pas vu que c’était sa première expérience. Il a tout de suite été à l’aise, sûrement parce qu’il connaissait pas mal de jeunes joueurs. C’était très clair, simple, limpide dans ce qu’il attendait de nous. Il nous a permis de nous remettre en question, son passage est très positif », a confié Dimitri Payet sur l’apport de Nasser Larguet à l’effectif.

« Plutôt que d’imposer ses idées, il arrive à fédérer »

Une sérénité qu’il a pu amener grâce à son expérience de formateur, lui qui a passé l’ensemble de sa carrière à former des jeunes à Cannes, à Caen, à Strasbourg puis au Maroc, avant de revenir en France à Caen, puis à l’OM à l’été 2019 en prenant en main le centre de formation. « Ça vient de mon tempérament, même quand il y a le feu il faut prendre du recul et l’éteindre avec des mots et des actes. Le foot se joue à 11, avec un effectif de 30 joueurs, ils doivent tous adhérer au projet, et quels que soient les éléments extérieurs, quand ils partent sur le terrain ils doivent être focus sur la performance », explique-t-il.

Etre capable de faire adhérer à son projet, simplement à travers la parole, est l’un de ses principaux atouts, qui a fortement marqué son passage au centre de formation de Strasbourg. « Il arrivait de Caen et du Havre et avait une grosse réputation. Mais plutôt que d’imposer ses idées, il arrive à fédérer, et à emmener les gens dans la même direction, sans qu’ils s’en rendent compte forcément, en leur donnant l’impression que la décision vient d’eux. Et il a la même manière d’expliquer ses séances sur le terrain. Son passage reste un très grand souvenir à Strasbourg, ces trois ans étaient trop courts, mais il n’a laissé que des bons souvenirs. Il nous sert de référence, c’est un peu un père spirituel », relate François Keller, entraîneur de l’équipe réserve.

« Je ne suis pas du tout surpris par son beau parcours avec l’OM. C’est un grand professionnel qui connaît le football, un homme avec de grandes qualités humaines, en termes de management c’est un sage, il a un côté apaisant. Il a toujours prôné les valeurs collectives », résume Jean-Marc Kuentz, assistant de Thierry Laurey à Strasbourg et qui a côtoyé Nasser Larguet lorsqu’il était en Alsace.

« Je me méfie des louanges »

C’est d’ailleurs ce qu’il a apprécié en dirigeant l’effectif professionnel de l’OM. « C’est un groupe qui me rend heureux, avec lequel j’ai aimé travailler, que j’ai fait adhérer aux idées d’apaisement et de retour à la normale. On a pu travailler avec beaucoup de sérénité », s’est-il satisfait.

Une aventure réussie au point de lui donner envie de poursuivre sur le banc d’un effectif professionnel ? « Je vis bien ces retours positifs, mais je ne m’enflamme pas. Je me méfie des louanges. C’est aux joueurs qu’il faut les adresser, ils se sont mis à notre disposition pour revenir aux fondamentaux du foot. Et vous savez, j’ai déjà fait une belle carrière », avait-il rétorqué après le match nul contre Lyon.

Plus d’exigence au centre de formation

Nasser Larguet va retrouver le centre de formation de l’OM, avec une nouvelle forme d’exigence envers les jeunes. « L’OM sera plus exigeant par rapport à leur entrée dans l’effectif pro, avec une excellence du recrutement des jeunes. S’ils signent un contrat pro, ils devront être performants avec l’équipe pro au bout de six mois, un an. On appliquera très rapidement cette exigence », a-t-il prévenu.

Mais avant cela, il va s’entretenir avec Franck McCourt, « qui tient à le féliciter pour ce qu’il a accompli », confie son entourage, avant de discuter avec Jorge Sampaoli « de l’état du groupe et de [sa] fonction à la formation ». Une première victoire en championnat, qui plus est contre le leader, serait un beau cadeau d’au revoir.