OM : Eyraud au placard, Longoria adoubé, la paix avec les ultras… Frank McCourt fait un point sur la situation du club

FOOTBALL Le propriétaire de l’OM est venu mettre de l’ordre dans la baraque et en a profité pour accorder un entretien fleuve à « La Provence »

A.L.G.

— 

Avec les recrutements de Pablo Longoria et d'Hugues Ouvrard, Frank McCourt entame la phase 2 de son projet.
Avec les recrutements de Pablo Longoria et d'Hugues Ouvrard, Frank McCourt entame la phase 2 de son projet. — B. Horvat / AFP

Dad is home. Arrivé en quatrième vitesse à Marseille, ce lundi, pour éteindre les multiples incendies qui commençaient à attaquer les fondations de la maison OM, Frank McCourt a sifflé la fin de la récré en mettant Jacques-Henri Eyraud au placard et en le remplaçant par l’ancien directeur du football Pablo Longoria. « Il était temps de changer », a-t-il annoncé à nos confrères de La Provence dans une interview fleuve publiée ce mardi.

Avant de rencontrer les principaux groupes de supporters, les South Winner et le Commando Ultras 84, le propriétaire de l’OM a donc accordé une heure et demie d’entretien au média local pour fixer le nouveau cap et, surtout, apaiser une situation devenue explosive sur la Cannebière ces dernières semaines. Pour cela, rien de mieux que d’assurer aux fans que Eyraud fait désormais partie de l’histoire ancienne, ce dont certains doutaient en voyant celui-ci exfiltré vers le conseil de surveillance du club.

« Le conseil de surveillance n’a aucun pouvoir légal sur le management du club. Celui-ci est sous l’autorité de Pablo Longoria. Ça n’est pas un écran de fumée, c’est très clair. Pablo est le président de l’OM », a-t-il répété à plusieurs reprises avant de dresser un portrait dithyrambique du nouveau boss du bled. « J’ai appris à très bien le connaître, je l’ai vu, je l’ai observé dans l’action, je l’ai vu prendre des décisions, je comprends son jugement, je vois son regard sur les talents du football, son action sur le mercato. Il y a des gens qui ont un talent unique, peu importe leur âge. Ils ont un sens réel d’expertise du football. Il y a aussi des gens qui sont des leaders nés. Je crois que Pablo réunit tous ces critères », a-t-il déclaré.

« McCourt veut restaurer la relation » avec les supporters

Après avoir conforté Longoria dans son choix de prendre Jorge Sampaoli (« un choix brillant qui permet de ramener la passion du football à Marseille » dixit McCourt), le natif de Boston a réaffirmé sa volonté de ne vendre le club à aucun prix. « Le club n’a jamais été à vendre, il ne l’est pas aujourd’hui et il ne le sera pas demain. Je ne veux pas qu’il y ait le moindre malentendu sur ce point. Ce club sera accompagné par mes enfants et mes petits-enfants après moi. C’est un projet générationnel », a-t-il été jusqu’à dire.

Pour finir, McCourt a fait amende honorable en admettant qu’il s’était un peu égaré en comparant les violences de la Commanderie fin janvier à l’assaut du Capitole avant la passation de pouvoir entre Donald Trump et Joe Biden. Il a par ailleurs tenu à saluer l’attitude des groupes de supporters qui ont condamné ces débordements. « Pour moi, c’est très important, a-t-il précisé. Il ne peut pas y avoir de violence. Le fait qu’ils le reconnaissent ouvre une large porte pour une discussion très constructive avec eux concernant la convention ».

« Mon objectif est de restaurer la relation avec eux. Ils font partie de l’âme de l’OM. Nous avons besoin d’être unis, de regarder et d’avancer dans la même direction. L’OM n’est rien sans ses supporters. Plus que n’importe où ailleurs, les supporters, le club et la ville ne font qu’un. Cela crée une grande énergie. Nous devons être alignés autour d’un même objectif. C’est ce que je veux restaurer. Je suis optimiste. » Ça en fait au moins un.