Droits TV : Le tribunal de commerce de Paris rendra sa décision dans le litige qui oppose la LFP aux diffuseurs le 11 mars

FOOTBALL Canal + conteste toujours la validité de l’appel d’offres des droits de la Ligue 1 après le fiasco Mediapro

A.L.G. avec AFP

— 

La LFP et Canal + ont rendez-vous le 11 mars au tribunal de commerce de Paris.
La LFP et Canal + ont rendez-vous le 11 mars au tribunal de commerce de Paris. — FRANCK FIFE / AFP

Tiens, ça faisait longtemps qu’on n’avait plus reparlé des droits TV. Alors que Canal a repris le bébé Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison, c’est désormais vers le tribunal de commerce de Paris que les regards sont tournés. Le 11 mars , en effet, celui-ci rendra sa décision dans le litige opposant la Ligue de football professionnel (LFP) aux diffuseurs Canal+ et beIN Sports sur le mode de réattribution des droits TV de la Ligue 1 après la défaillance de Mediapro.

Alors que la LFP a remis en jeu les seuls lots laissés vacants par le groupe sino-espagnol, portant sur 80 % de la L1, les deux chaînes ont contesté cette modalité et réclamé un appel d’offres global sur l’ensemble des lots, y compris celui obtenu par beIN Sports et sous-licencié par Canal+ pour 330 millions d’euros, un montant désormais jugé surévalué par la chaîne cryptée.

« Une absolue mauvaise foi » de Canal pour les avocats de la LFP

Pour les avocats des deux chaînes présents ce mardi à l’audience, la Ligue, en refusant la restitution de ce lot et la tenue d’un appel d’offres global, a commis un « abus de position dominante » et une « discrimination ». L’Autorité de la concurrence a également été saisie par Canal+ et pourrait prendre plusieurs mois pour se prononcer. « Les lots étaient distincts, ils étaient autonomes au moment de leur commercialisation », a plaidé pour sa part Me Yves Wehrli, avocat de la LFP, dénonçant une « absolue mauvaise foi » de la part du Canal+.

Mais la chaîne du groupe Vivendi continue de contester la validité de cet appel d’offres, affirmant que la Ligue aurait dû remettre en jeu aussi le lot qu’elle exploitait déjà (deux matchs par journée) et estimant qu’elle paie trop puisque les prix du marché des droits TV ont considérablement baissé depuis.

Par ailleurs, une autre affaire judiciaire reste en cours entre Canal+ et la LFP. La chaîne demande 46 millions d’euros à la Ligue après la reprogrammation de nombreux matchs lors des manifestations de « Gilets jaunes » pendant la saison 2018-2019. Ce dossier devrait quant à lui être jugé à la rentrée.