FC Nantes : Pays d’Ancenis, Orvault… Kita prospecte (toujours) pour un nouveau centre d’entraînement

FOOTBALL Estimant être à l’étroit à la Jonelière, le président nantais envisage déjà depuis plusieurs mois de déménager… et si possible en dehors de Nantes Métropole

David Phelippeau

— 

La Jonelière.
La Jonelière. — D.P. / 20 minutes
  • Depuis plusieurs mois, la direction du FC Nantes cherche un terrain pour déménager son centre d’entraînement.
  • Après notamment l’échec d’une parcelle à Pont-Saint-Martin, le président Kita prospecte du côté d’Ancenis et Orvault.

La direction du FCN n’a toujours pas abandonné l’idée de quitter la Jonelière, où les différentes sections n’ont plus la place pour cohabiter. « Le club grandit, les pros ont d’autres exigences, le centre de formation ne peut prétendre aux nouvelles catégories, déclarait Franck Kita, le directeur général délégué du FCN, en juin. On est restreint et les filles prennent beaucoup plus de place. Dans cette situation, c’est logique de penser à autre chose. Nous, on veut que toute la famille du FC Nantes soit au même endroit. Et ici, on ne peut pas être satisfait. » Waldemar Kita, le président nantais, continue donc à prospecter pour un terrain pour déménager son centre d’entraînement actuel, dont la mairie de Nantes est propriétaire et dont le bail se termine en juin 2021 (45.000 euros de loyer par an).

Après avoir eu des vues sur un terrain à Casson et surtout à Pont-Saint-Martin, et avoir refusé un déménagement de l’école de foot à la Roseraie ou aux Basses-Landes (ville de Nantes), la direction travaille désormais sur au moins deux autres pistes depuis plusieurs semaines : une proche d’ Ancenis-Saint-Géréon (le nom de la commune exacte n’a jamais fuité encore) et une à Orvault. Le président Kita a confirmé cette information au micro de RMC mardi soir, sans préciser davantage d’éléments.

WK veut aller dans le pays d’Ancenis, mais…

Selon les informations de 20 Minutes, le terrain du pays d’Ancenis, relevant du domaine public et d’une superficie de 35 hectares, a les faveurs du président Kita. D’une part, car il est proche de l’aérodrome sur lequel le président nantais atterrit le plus souvent, mais surtout parce qu’il est en dehors de Nantes métropole. WK n’a toujours pas digéré l’arrêt du projet YelloPark et en tient beaucoup rigueur notamment à Johanna Rolland, présidente de Nantes métropole. Là-bas, les élus promettent de lui dérouler le tapis rouge pour qu’il choisisse ce terrain.

Inconvénient de taille néanmoins, la distance (une quarantaine de km) entre ce terrain et la ville de Nantes, qui ne faciliterait pas le fonctionnement général du club (école de foot pour les plus jeunes, école du Cens basée à La Chapelle-sur-Erdre, etc.). Waldemar Kita et son fils Franck, ont visité ce terrain le 20 septembre. Le club travaille toujours sur cette option, qui ne manque cependant pas d’obstacles.

L’autre solution se situe à Orvault. Il s’agirait d’un terrain privé. La proximité avec la ville de Nantes (notamment l’école du Cens) donne du sens et du crédit à cette option. Cependant, on se répète, Waldemar Kita, très remonté après l’échec de YelloPark, n’a pas envie d’investir un centime sur le territoire de Nantes métropole.