Abandon du nouveau stade au FC Nantes: Quid de l'avenir de Kita à la tête du club maintenant?

FOOTBALL Johanna Rolland, la maire de Nantes, a mis un terme au projet de nouveau stade privé du FCN, chantier prioritaire du président nantais

D. Phelippeau avec F. Brenon

— 

Le président Waldemar Kita.
Le président Waldemar Kita. — AP/SIPA
  • Le projet de nouveau stade que portait le président nantais a été enterré ce lundi midi par la maire de Nantes, Johanna Rolland.
  • Depuis son arrivée à Nantes en 2007, avoir un stade flambant neuf était la marotte de Waldemar Kita.
  • Le président nantais peut-il avoir des envies de départ avec l’arrêt de ce projet, qui lui tenait à cœur ? En attendant, lundi soir, dans les colonnes de 20 Minutes, Yoann Joubert s’est dit intéressé par le projet de reprise du FCN.

Et si c’était l’élément déclencheur d’une envie de départ ? Lundi midi, le rêve de Waldemar Kita de doter le FC Nantes d’un nouveau stade est parti en fumée. Six jours après l’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet national financier (PNF) concernant la situation fiscale de l’homme d’affaire franco-polonais, la présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland, a annoncé qu’elle mettait un terme au processus de vente d’une parcelle voisine de l’actuel stade de la Beaujoire pour y construire le futur stade du FC Nantes. En clair, le projet de nouveau stade que le président nantais portait et qu’il avait érigé au rang de ses priorités vient d’être définitivement enterré.

Depuis son arrivée sur les bords de l’Erdre en 2007, WK – contacté par 20 Minutes, il n’a pas donné suite à nos demandes – n’avait jamais cessé de sensibiliser les élus sur une Beaujoire plus aux normes sur le plan du confort, des loges et de la sécurité. Il répétait à l’envi l’obligation d’avoir un équipement flambant neuf pour le FCN. « J’ai dit, et je répète, sans le stade, ça ne peut pas marcher, ce n’est pas possible, affirmait-il en mai dernier dans les colonnes de Ouest-France. Ça veut dire qu’on disparaîtra. Il faut prendre conscience que nous avons une opportunité unique face à nous. »

Il s’interroge sérieusement sur son avenir au FCN

L’été dernier, lors d’un barbecue organisé à la Jonelière, le président nantais avait expliqué devant l’ensemble des salariés qu’un nouveau stade était un vrai choix stratégique et qu’il allait participer au développement et à la pérennité du club dans les années à venir. Sous-entendant qu’en cas d’échec dans ce projet qui lui tenait tant à cœur, il se poserait forcément beaucoup de questions sur son avenir à la tête du club.

C’est plus que jamais l’état d’esprit qui anime Waldemar Kita, visé en plus depuis la semaine dernière par une enquête pour soupçon de fraude fiscale. « Le stade, c’était son bébé, entendait-on souvent au club. Il avait les yeux qui brillaient quand il en parlait. » « Ça lui permettait de laisser une trace… », lâche un salarié. « Il me disait qu’il ferait son stade et qu’il partirait derrière », confie un de ses anciens collaborateurs.

« C’est un vrai échec pour lui ce qu’il vient de se passer, explique une source proche du dossier de nouveau stade. Sa fierté en prend un coup. Il peut se dire : “Vous voulez que je parte ? Je vais partir…” » Certains estiment aussi que sa famille – qui à certaines périodes compliquées l’aurait déjà sommé de jeter l’éponge – pourrait l’inciter fortement (ou le conforter) à se désengager du FCN à court ou moyen terme.

En tout cas, l’histoire semble se répéter inlassablement pour Waldemar Kita. A Lausanne, où il a été président de 1998 à 2001, son vœu de construire un stade neuf n’avait pas non plus été exaucé. « Je pense que cet échec dans la construction d’une enceinte neuve a été une des raisons de son départ de Lausanne », confiait à 20 Minutes en décembre Christian Larièpe, directeur sportif à Lausanne puis au FCN avec Kita.

Joubert candidat à la reprise

Lundi soir, dans les colonnes de 20 Minutes, Yoann Joubert (patron de Réalités), qui avait été associé avec le président Kita puis écarté par Johanna Rolland sur le volet immobilier du feu projet YelloPark​, s’est confié longuement : « Il [Kita] reste propriétaire du FCN, mais jusqu’à quand ? On verra. On peut imaginer que les choses bougent. C’est à lui de faire une évaluation de la situation. C’est à lui de prendre sa décision. »

Il a ensuite expliqué tout en reconnaissant être intéressé par une reprise du FCN : « On a le sentiment qu’on arrive à la fin d’une étape. Le club a besoin d’avancer, il ne peut pas rester dans un statu quo. On a besoin de gens qui font des compromis, qui sont bienveillants, qui s’attachent à reconstruire ce soutien qui n’existe plus. C’est possible. Un président comme Jean-Michel Aulas est apprécié de son public. »