YelloPark à Nantes: Le groupe Réalités et Yoann Joubert, grands perdants du jour

URBANISME Le projet urbain à la Beaujoire est annulé par Nantes Métropole. Fin de la partie pour le promoteur Réalités…

Frédéric Brenon

— 

Yoann Joubert, PDG de Réalités, devant une maquette du projet YelloPark.
Yoann Joubert, PDG de Réalités, devant une maquette du projet YelloPark. — F.Brenon/20Minutes
  • Le projet de nouveau de stade de football, pour le FCN, est maintenu. Il sera érigé juste à côté de l’actuel stade de la Beaujoire, lequel sera conservé.
  • La création de 1.500 logements sur le site est annulée.

Ce sont les grands perdants du jour. L’annonce ce vendredi après-midi de l'abandon du volet urbain du projet YelloPark, lequel prévoyait la construction de 1.500 logements, de bureaux et d’activité tertiaires, est un coup d’arrêt retentissant pour le groupe Réalités et son PDG, Yoann Joubert. Le promoteur nantais défendait en effet avec vigueur ce dossier, en partenariat avec le président du FCN, Waldemar Kita, qui, lui, portait le volet stade.

« Il n’y aura pas de projet urbain, pas de logements, ni aujourd’hui, ni demain », a déclaré Johanna Rolland, en réponse aux oppositions qui s’exprimaient ces derniers mois. « Pour Réalités, l’aventure s’arrête ici », a ajouté la présidente de Nantes Métropole.

« Cela faisait partie du risque »

« Nous étions conscients que le projet devait franchir successivement des étapes majeures. Le projet urbain en avait franchi de nombreuses, mais il n’aura pas supporté la dernière. C’est ainsi. Cela faisait partie du risque que nous avions choisi d’assumer », a réagi Yoann Joubert dans un communiqué, au cours duquel il multiplie les remerciements à l’intention de Nantes Métropole, des élus, du FC Nantes, des Nantais et de ses équipes.

« Nos énergies et nos connaissances grandies vont donc s’investir sur les 150 autres projets que nous portons aujourd’hui. La vie est ainsi faite, de réussite et d’échecs qui apportent toujours autant que de succès », conclut le PDG.

Critiques et renoncements

Le projet urbain porté par Réalités était critiqué depuis de nombreuses semaines. Tant par les riverains inquiets de voir grandir près de chez eux de nouveaux immeubles que par les amoureux du FCN mécontents d’imaginer la destruction du stade de la Beaujoire. Sous pression, Réalités avait déjà été contraint ces dernières semaines de renoncer à sa tour de très grande hauteur, puis de réduire le nombre de logements de 2.000 à 1.500.

Samedi dernier, le groupe avait même dévoilé de nouvelles images de synthèse d’un projet urbain corrigé comprenant moins de hauts immeubles et davantage d’espaces verts. Son PDG avait également pris l’habitude de multiplier les explications de texte sur les réseaux sociaux, quitte à s’empêtrer parfois dans des échanges stériles avec des opposants.

Ce dossier, « porté à bout de bras depuis deux ans », rappelle Yoann Joubert, est désormais placé aux oubliettes.