Stade Toulousain : « Des expériences que l’on aime »… Après avoir croqué Clermont, Toulouse a faim de Coupe d'Europe

RUGBY Tombeur de Clermont samedi après le retour de ses Bleus, le Stade Toulousain a bien préparé le début de la Coupe d’Europe, vendredi chez les Anglais de Gloucester

Nicolas Stival

— 

Vainqueurs avec le bonus de Clermont, le Stade Toulousain a désormais la tête tournée vers la Coupe d'Europe.
Vainqueurs avec le bonus de Clermont, le Stade Toulousain a désormais la tête tournée vers la Coupe d'Europe. — Rémy Gabalda / AFP
  • Renforcé par la plupart de ses Mondialistes, le Stade Toulousain va commencer la Coupe d'Europe vendredi, six jours après sa victoire bonifiée sur Clermont.
  • Le demi-finaliste de la saison dernière se rendra chez les Anglais de Gloucester, huit jours avant de recevoir les Irlandais du Connacht. Montpellier est la quatrième équipe de cette poule 5 de la Champions Cup.

 

Régis Sonnes n’est pas mécontent d’avoir « bien lancé ce bloc de douze ». Ce n’est pourtant pas un youtubeur spécialisé dans les tutos bricolage qui s’exprime, mais l’entraîneur des avants du Stade Toulousain, joli vainqueur, avec bonus, de Clermont samedi soir en Top 14 (34-8). Pour le champion de France, c’était le premier d’une série de douze week-ends de match d’affilée, jusqu’à la réception de l’UBB le 25 ou 26 janvier.

Et le deuxième marque l’entrée dans la Champions Cup, dès vendredi chez les Anglais de Gloucester. « J’attends avec impatience la Coupe d’Europe, assure Sonnes. Ce sont des conditions extraordinaires pour s’épanouir, continuer à progresser et vivre des expériences que l’on aime. » Ce discours enthousiaste a été prononcé après la victoire sur l’ASM, dans une ambiance de liesse, au cœur d’un Stadium rempli de 32.800 spectateurs.

Une bonne préparation à l’Europe, forcément, pour le quadruple vainqueur de l’épreuve continentale, demi-finaliste l’an dernier. « Oui et non, réplique Maxime Médard, l’un des Bleus de retour à point nommé de la Coupe du monde. Clermont, avec le contexte, c’était un match facile à préparer. Cela va aider pour la confiance, mais ce sera vraiment autre chose vendredi. »

Une poule a priori moins relevée que la saison dernière

Cinquième du championnat anglais (deux victoires, deux défaites), battu samedi dans son Kingsholm Stadium par les Saracens, ténors en sursis (12-21), Gloucester incarne une poule 5 de Coupe d’Europe un brin moins effrayante que la saison dernière (Leinster, Wasps, Bath). Après ce rendez-vous à 180 km à l’ouest de Londres (toujours sans Antoine Dupont, ménagé à cause de son dos), Toulouse recevra les Irlandais du Connacht dans la foulée, le 23 novembre, alors que Montpellier complète le groupe.

« On ne sait pas trop ce qu’on pourra faire à Gloucester, on ne les connaît pas trop, on rentre d’une Coupe du monde, avoue Yoann Huget, autre Bleu fraîchement revenu du Japon. Mais on va y aller comme on avait pu aller au Leinster [défaites 29-13 en poule puis 30-12 en demi-finale] ou chez les Wasps [victoire, 16-24], la saison dernière. »

Gare à Cipriani

Un succès sur la pelouse des coéquipiers du talentueux ouvreur Danny Cipriani éclaircirait forcément l’avenir continental. « On va juste essayer de mettre le maillot du Stade Toulousain là où il est supposé être en Coupe d’Europe », assène Huget. Assez haut, donc.