RC Strasbourg : Le succès contre Montpellier, il est pour le gardien Matz Sels

FOOTBALL Le précieux succès du Racing, dimanche contre Montpellier (1-0), porte la marque de Matz Sels. Le gardien belge a été incroyable

Thibaut Gagnepain

— 

Matz Sels a stoppé le penalty de Skuletic juste avant la pause.
Matz Sels a stoppé le penalty de Skuletic juste avant la pause. — Patrick HERZOG / AFP
  • Les Strasbourgeois se sont relancés en Ligue 1 grâce à leur victoire, dimanche contre Montpellier.
  • Un joueur alsacien a été particulièrement en vue pendant ce match : le gardien Matz Sels.
  • Il a notamment stoppé un pénaly tiré par Skuletic.

Au stade de la Meinau,

Son nom était sur toutes les lèvres, dimanche à la Meinau. Matz Sels par ci, Matz Sels par là… Le gardien du Racing a battu presque à lui tout seul Montpellier (1-0). Il faut aussi citer le buteur du jour, Ludovic Ajorque. L’attaquant a coupé un centre de Djiku après une belle séquence de possession strasbourgeoise (26e). Puis le show Sels a donc commencé…

Pas n’importe comment. Sur un penalty, sifflé contre Simakan pour une faute peu évidente sur Skuletic (45e). Ce dernier s’élance, frappe à droite du but… mais voit son tir être détourné ! Le Belge avait tout lu. Fin du spectacle ? Non, le gardien a remis ça en toute fin de partie. En deux temps. Sur un tir de Delort en angle fermé, stoppé avec autorité (77e). Puis surtout sur cette parade incroyable à bout portant face à Camara (90e+1).

« Un an et demi qu’il est comme ça »

« Un arrêt de grande classe », résume son partenaire Dimitri Lienard, pas surpris de voir le Belge briller. « Ça fait un an et demi qu’il est comme ça. » Depuis son arrivée en Alsace à l’été 2018, l’ancien joueur d’Anderlecht séduit. En dehors du terrain, où il est un modèle de professionnalisme, et dessus, où il est l’un des Strasbourgeois les plus réguliers. A un très haut niveau de performance. « On le voit tous les jours à l’entraînement, il faut être très précis pour lui marquer un but », s’amuse Ludovic Ajorque, lui aussi admiratif.

« Je suis super fier et content d’avoir un gardien pareil », apprécie son entraîneur, Thierry Laurey. « Il est jeune (27 ans), il bosse et peut encore progresser, j’espère qu’on le gardera encore longtemps. »

Dimitri Liénard aussi. Le milieu de terrain a juste une petite remarque à faire à son partenaire. « Il nous apporte beaucoup de sérénité mais il peut encore craquer par moments. Moins d’une minute après son super arrêt, il a envoyé une chandelle, je n’ai rien compris ! » Les Montpelliérains non plus. Dimanche, ils n’ont vu qu’un mur dans le but alsacien.