Mercato OL: La «traque aérienne», l'insolite passe-temps des supporters accros à la surveillance des vols en temps réel

FOOTBALL Durant la période de mercato, quelques « dingues » supporters de l’OL s’amusent depuis trois ans à suivre de très près des vols pouvant concerner des recrues lyonnaises. Avec en point d’orgue le scoop d’une rencontre Aulas-Juninho en avril à Los Angeles

Jérémy Laugier

— 

Le 11 juillet, Joachim Andersen a publié une photo de l'intérieur de son avion privé. Des twittos supporters de l'OL ont fait le reste en devinant le vol exact du défenseur lyonnais jusqu'à Lyon.
Le 11 juillet, Joachim Andersen a publié une photo de l'intérieur de son avion privé. Des twittos supporters de l'OL ont fait le reste en devinant le vol exact du défenseur lyonnais jusqu'à Lyon. — Captures d'écran Instagram et Twitter
  • La période de mercato déclenche souvent un vent de folie chez les supporters. A Lyon, depuis 2016, certains passionnés d’aéronautique vont jusqu’à surveiller les vols dans lesquels pourraient se trouver de futurs joueurs de l’OL.
  • Plusieurs twittos expliquent à 20 Minutes comment ce « jeu de piste » s’est mis en place depuis le transfert du jeune Argentin Emanuel Mammana.
  • « On me dit parfois que je devrais travailler au FBI », s’amuse ainsi Maxime, LE spécialiste lyonnais des applications de tracking aérien et à l’origine de ce suivi de mercato si spécial.

« J’avoue que c’est une histoire marrante. J’ai l’impression que ces supporters sont contents de ma venue. » Joachim Andersen n’imaginait pas que son vol d’arrivée à Lyon, le 11 juillet, serait à ce point scruté en temps réel sur les réseaux sociaux par les supporters de l’OL. Tout est parti de la story Instagram postée ce jour-là par l’ancien défenseur de la Sampdoria depuis un avion privé. « Sa photo les jambes croisées dans la cabine d’un jet nous a servi d’indice de départ, explique Farid (23 ans). Ensuite, on a trouvé un article de presse danois qui indiquait que le joueur allait décoller de l’aéroport de Roskilde près de Copenhague. » Farid mais aussi CreegOL, qui « a repéré un petit logo rouge sur un des sièges de l’avion », se lancent alors dans une véritable enquête.

« Grâce à la photo publiée, on savait qu’il s’agissait d’un jet privé de moyenne taille (pour cinq à dix passagers), poursuit Farid. Mais ça pouvait être un Dassault, un Cessna, un Bombardier, un Embraer… J’ai alors recherché des photos de l’intérieur des cabines des jets privés de chacun de ces constructeurs pour les comparer à la photo. » Banco, ils concluent que le joueur est à bord d’un Cessna modèle Citation CJ4.

Ils ne manquent pas une miette du vol privé d’Andersen du Danemark à Bron

Ils s’en remettent alors à Maxime, « LA référence » de cette étonnante branche aviation de la Team OL sur Twitter. « Même si on ne peut jamais savoir à l’avance l’aéroport d’arrivée d’un vol privé, je sentais bien qu’il filait vers Lyon quand j’ai vu l’avion ciblé descendre à 8.000 m d’altitude près de Lausanne », indique celui-ci. Et pour cause, après avoir travaillé durant quatorze années dans l’aéronautique, cet abonné au Parc OL connaît par cœur les applis de tracking aérien en direct comme FlightAware et surtout Flightradar24, ainsi que les subtilités des modèles.

Il active même sur Twitter à chaque période de mercato le compte Alerte vol Bron qui génère automatiquement des notifications de la plupart des vols privés quittant Bron ou y atterrissant. Pour boucler « ce grand travail d’équipe », certains n’hésitent pas à se rendre à l’aéroport d’affaires de la région lyonnaise pour confirmer l’arrivée d’un joueur, comme ci-dessous avec Joachim Andersen aux côtés de Florian Maurice.

« On devient en quelque sorte notre propre média d’information »

L’aventure sur Twitter a commencé très fort le 2 juillet 2016 avec le transfert du jeune défenseur argentin Emanuel Mammana. Des fans de l’OL se mettent carrément à analyser les coussins du selfie posté sur Instagram par l’agent de Mammana au départ du vol. Ils déterminent alors que l’ancien joueur de River Plate est installé dans la classe business d’un vol de la compagnie Lufthansa, et ils devinent ainsi son arrivée à Lyon. Vous ne rêvez pas, vous avez tout simplement face à vous une bluffante équipe d’investigation.

« Le véritable boom de cette pratique remonte bien à l’arrivée de Mammana, un joueur estampillé Foot Manager qui a suscité énormément d’excitation, explique Farid. Des milliers de twittos lyonnais ont suivi heure par heure la progression GPS de son vol, si bien que le hashtag #VolMammana est pendant un temps devenu numéro 1 national des trending topics de Twitter France, c’était hallucinant. Personnellement, c’est ce qui m’a poussé à m’initier aux sites de suivi en temps réel du trafic aérien. » Farid explique à quel point ce jeu 2.0 tient en haleine ces quelques amateurs si particuliers du mercato.

Tout part d’une information concernant un joueur s’apprêtant à aller à Lyon pour passer sa visite médicale en vue d’un transfert ou d’une publication du joueur ou d’un de ses proches le montrant dans un avion ou un aéroport. A partir de là, un jeu de piste s’enclenche. Cette enquête informelle est en soi très excitante et elle permet de vivre différemment l’arrivée d’un joueur. On n’est plus là à attendre une brève d’un média. On devient en quelque sorte notre propre média d’information en temps réel. »

Un tour de cou Delta Airlines sur un selfie comme départ d’enquête

Depuis Emanuel Mammana, il y a aussi eu l’exemple Memphis Depay, que Florian Maurice est allé récupérer à bord d’un avion privé dans un aller-retour express entre Bron et Manchester en janvier 2017. « Il y a eu d’autres "traques" aériennes sympas mais elles n’ont jamais été aussi excitantes que pour Memphis », estime CreegOL.

Si le transfert est moins prestigieux que celui de l’international néerlandais, l’arrivée de Jean Lucas cet été, a bien amusé nos twittos. « Un gars s’est pris en photo avec le joueur sur Instagram, explique Maxime. J’ai repéré qu’il avait un tour de cou Delta Airlines puis j’ai découvert en fouinant sur les réseaux qu’il bossait à l’aéroport de Rio. Je sais que je suis dingue, on me dit parfois que je devrais travailler au FBI. » Le 23 juin, Jean Lucas a bien débarqué à Lyon Saint-Exupéry via le vol déterminé par Maxime.

Maxime a tiqué sur un vol Bron-Los Angeles resté moins de vingt-quatre heures sur place

Mais surtout, le 30 avril, ce Lyonnais a livré le scoop d’une fameuse rencontre Aulas-Juninho, que le président lyonnais n’a avoué qu’après coup, lors de la présentation du nouveau directeur sportif de l’OL. « Quand il y a un vol privé en aller-retour sur très peu de temps, j’ai tendance à tiquer. Ce n’est quand même pas commun, un vol Bron-Los Angeles qui reste moins de 24 heures sur place avant de revenir. D’ailleurs, Juninho s’est mis à me suivre sur Twitter dans la foulée », s’amuse Maxime.

Facteur de 33 ans, Lionel est lui aussi comme chaque été sur le qui-vive jusqu’au 1er septembre et la fin du mercato : « Quand je sais qu’un transfert est en cours à l’OL, je ne lâche pas l’appli Flightradar24 et les réseaux sociaux des joueurs en instance d’arrivée chez nous pour chercher à savoir d’où ils partent. J’ai l’impression qu’on est un peu des précurseurs sur ce créneau en France. Disons qu’on tient à ce que tout ce qu’il se passe dans notre espace aérien ne nous échappe pas. »

Les folles rumeurs Martial et Ziyech alimentées par cette Team OL Aviation

« Ce jeu révèle vraiment tout notre esprit décalé sur Twitter », apprécie Farid, qui cite aussi la tradition lyonnaise des tweets 100 % auto-dérision envoyés massivement sur les comptes de futurs adversaires européens de l’OL. Maxime, qui souhaite « seulement renseigner les gens et se marrer » espère « ne pas porter préjudice à l’OL » avec ses révélations. En janvier 2017, le club lyonnais a justement surfé sur ce délire de supporters en proposant de suivre le vol de l’attaquante américaine Alex Morgan, recrue phare de l’OL.

Avec la Team OL Aviation, les frémissements sont nombreux, comme l’an passé quand un vol en provenance de Manchester avait déclenché la rumeur d’un retour d’Anthony Martial. Ou plus encore ces dernières semaines avec le désir virant quasiment au running gag de la piste Hakim Ziyech (Ajax), juste après un aller-retour rapide Bron-Amsterdam repéré par Maxime. L’heure était moins aux fantasmes d’accros au mercato lundi, lorsque les vols Lyon-Séville étaient fébrilement scrutés jusqu’au départ officiel de Nabil Fekir.